Aller au contenu principal

Diarrhées néonatales
Quand le curatif cède la place au préventif avec un plan collectif de lutte

En concertation avec le groupement technique vétérinaire, le groupement de défense sanitaire de la Creuse propose un plan collectif de lutte et de prévention contre les diarrhées néonatales. Les premiers résultats sont encourageants.


« Lorsqu´un éleveur connaît un gros problème de mortalité sur ses veaux, l´impact est d´abord économique. Mais le temps perdu et le coup porté au moral sont assez souvent les deux autres facteurs clé qui l´incitent à remettre en question ses pratiques », souligne Jean-Pierre Journal, vétérinaire dans la Creuse.
De plus en plus, beaucoup d´éleveurs se rendent compte de la nécessité de travailler en amont pour influer sur le volet préventif de façon à limiter le volet curatif.
Une décision qui résulte de la combinaison de plusieurs facteurs. Il y a tout d´abord l´accroissement des cheptels et le regroupement d´un nombre parfois très important d´animaux sous un même toit. Autant d´éléments qui accroissent les risques provoqués par une épidémie. Parallèlement, la main-d´oeuvre et donc le temps disponible pour la surveillance et les soins aux animaux diminuent. Cela se traduit souvent par un retard à la fois pour détecter l´animal malade mais aussi pour mettre en place un traitement.
Dans ces conditions, augmentation de la morbidité et aggravation de la mortalité se profilent. Le scénario catastrophe est enclenché.

Un plan élaboré en concertation avec l´éleveur
Pour répondre à la demande d´éleveurs soucieux de chercher à anticiper les évènements, le GDS de la Creuse, en concertation avec le groupement technique vétérinaire du département, propose aux éleveurs un plan départemental de lutte et de prévention contre les diarrhées néonatales.
Il s´accompagne d´un volet d´aides financières avoisinant 50 % des coûts générés lors de sa mise en place. Concrètement, ce plan explore les facteurs infectieux, le transfert immunitaire et le statut nutritionnel du troupeau, en particulier vis-à-vis des oligo-éléments. Cette démarche de diagnostic va ensuite déboucher sur un plan élaboré en concertation avec l´éleveur. « Ce plan a été proposé par certains vétérinaires à leurs clients. Auparavant, le GDS avait été l´instigateur auprès de ces mêmes vétérinaires et avait également fait la promotion aux éleveurs », souligne Jean-Pierre Journal en charge de cette démarche dans son cabinet, regroupant trois associés et dont la clientèle est essentiellement rurale. Ce volet préventif a pour l´instant été mis en place sur une dizaine des quelque 200 élevages composant leur clientèle.

« Développer ce volet prévention et conseil en amont contribue aussi à faire évoluer notre profession. Il ne s´agit plus de jouer au pompier en intervenant uniquement lorsque l´incendie se déclare mais davantage à faire en sorte que les risques d´incendie diminuent et que lorsque ils se déclarent, les dégâts soient moins importants. » Il s´agit d´analyser les facteurs de risques et de les résoudre progressivement un à un par ordre d´importance décroissant.
Le plus difficile à faire comprendre est aussi que la bonne santé des veaux naissants au cours de leurs premières semaines de vie résulte de la combinaison de plusieurs facteurs.
Par ailleurs, pour ne pas cantonner cette activité de conseil uniquement à la Creuse, une dizaine de vétérinaires répartis un peu partout en France ont eux aussi opté pour ce type de démarche et travaillent depuis peu en réseau sur ce sujet permettant ainsi de nombreux échanges.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
De nouvelles catégories pour les veaux mâles charolais engagés sur des concours reconnus par le Herd Book Charolais
Les 9 et 10 septembre prochain, la race Charolaise se donnera en spectacle sur le site du Marault à Magny-Cours dans la Nièvre.…
Une enchère record à 15 400 € pour un futur reproducteur Charolais prometteur
Une vente aux enchères conjointement organisée par Charolais Expansion et le herd book charolais à l’occasion du dernier concours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande