Aller au contenu principal

Quand le bio peine à être plus cher que le conventionnel

La contraction des disponibilités en femelles au cours du premier semestre 2013 a réduit la plus-value sur les animaux bio et réorienté une partie d’entre eux vers les circuits conventionnels.

L'érosion des disponibilités a fait monter les prix en conventionnel, ce qui a eu un impact sur la filière viande bovine bio.
L'érosion des disponibilités a fait monter les prix en conventionnel, ce qui a eu un impact sur la filière viande bovine bio.
© P. Cronenberger

Des réformes laitières et des allaitantes de second choix issues d’élevages « bio » achetées pour être valorisées en circuits conventionnels ? Oui, c’est possible et cela a même été une pratique courante au cours du premier semestre 2013, quand la hausse conséquente du prix des femelles a provoqué quelques perturbations dans différents circuits commerciaux, en réorientant certains flux d’animaux.


La baisse des abattages en bio liée à un problème d’approvisionnement


Des évolutions très liées au manque ponctuel de disponibilités en vaches issues d’élevages conventionnels et en particulier pour celles de poids et de conformation ordinaire. « Au cours des huit premiers mois de 2013, les abattages de vaches ont reculé de 12 % comparativement à 2012, toutes catégories confondues », rappelait Fabien Champion, agroéconomiste à l’Institut de l’élevage à l’occasion d’un colloque sur la viande bio organisé dans le cadre du Sommet de l’élevage.
Cette érosion des disponibilités a fait monter les prix, et la plus-value permise par certaines démarches qualité a été rattrapée par la hausse des tarifs dans le conventionnel. Un phénomène qui n’a pas épargné la viande bio et plus particulièrement les réformes laitières, souvent vendues au plus offrant et de ce fait, au moins momentanément, dirigées vers les circuits conventionnels. « On a très nettement ressenti l’impact de la bonne santé du conventionnel dans nos filières », confirmait Célia Pasquetti, animatrice de la commission bio d’Interbev. « Les baisses d’abattage en bio ne correspondent pas à un problème commercial pour écouler la viande, mais sont liées à un problème d’approvisionnement », confirmait Luc Mary, directeur de Sicaba, une entreprise d’abattage de statut coopératif de l’Allier dont une grosse partie des volumes sont des viandes label rouge ou bio. « Sur le premier semestre 2013, nous sommes à – 9 % pour les abattages d’animaux bio. C’est une problématique qui concerne d’abord la réforme laitière. Il nous a manqué certaines semaines jusqu’à 40 % des volumes habituels pour ce type d’animaux. Cela remet en cause des marchés que l’on a pourtant mis du temps à bâtir. » Et d’ajouter que bien des producteurs laitiers bio ne se préoccupent guère de ce que va devenir la viande de leurs animaux. « C’est le premier qui passe ou le plus offrant qui ramasse la vache. Il y a eu une concurrence très forte sur le terrain. Certains abattoirs industriels ont abattu des réformes bio pour les passer en conventionnel et faire tourner les outils. »


La grande distribution presque en rupture d’approvisionnement


Déjà les abattages d’animaux valorisés en circuits bio s’étaient stabilisés entre 2011 et 2012 alors que les disponibilités auraient du être en progression sensible compte tenu du nombre croissant d’élevages (laitiers comme allaitants) qui ont achevé leur période de conversion mais qui trop souvent ne finissent qu’une proportion limitée de leurs animaux, faute de fourrages et de céréales.
Le débouché le plus impacté par ce détournement des disponibilités est celui de la grande distribution. « Actuellement on est presque en situation de rupture avec un vrai manque d’animaux pour approvisionner des marchés qui jusque-là étaient en développement. L’an dernier, les disponibilités en laitières bio étaient annoncées en progression et cela ne générait pas de grosses craintes. Tout a bien changé au cours du printemps », ajoutait Célia Pasquetti.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande