Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Résultat d´un essai
Produire des jeunes bovins de moins d´un an reste intéressant

Un essai réalisé en Dordogne montre qu´il est toujours intéressant de finir des mâles à moins de douze mois, mais plutôt des veaux de fin d´année qui peuvent repasser à l´herbe.


La chambre d´agriculture de la Dordogne et le lycée agricole de Périgueux ont conduit en 2006 un essai d´engraissement de jeunes bovins mâles de moins de douze mois. « Le but premier était de déterminer l´âge au sevrage le mieux adapté pour produire des carcasses lourdes à moins d´un an. Nous avions constaté lors d´un précédent essai que cette date de sevrage dépend de la date de naissance », explique Laurent Aymard du service élevage de la chambre.
Étude de trois lots
Trois lots d´animaux issus de l´élevage du lycée ont été comparés. La première bande était constituée de veaux nés en moyenne le 15 septembre 2005 et sevrés en fin d´hiver à six mois. « Le passage à l´herbe d´animaux de plus de cinq mois est pénalisant pour obtenir des carcasses lourdes en moins de douze mois, les croissances à l´herbe étant inférieures à un kilogramme par jour. Par contre, des animaux qui ont quatre mois ou moins, on peut les remettre à l´herbe jusqu´à sept mois », argumente le technicien.
Les veaux du second lot, nés autour du 9 novembre, ont donc bénéficié d´un bref passage à l´herbe (2 mois) avant leur sevrage à six mois et demi.
Quant aux veaux de la troisième bande, nés en moyenne le 14 décembre, ils sont restés plus de quatre mois à l´herbe et ont fait l´objet d´un sevrage plus tardif, à un peu plus de sept mois. Pendant la phase d´engraissement à l´auge, ils étaient tous nourris avec une ration sèche à base d´un aliment laminé à 1,10 UFV par kilo (rapport UF/PDI de 105 à 110).
La production de jeunes bovins de moins d´un an présente aussi l´avantage de vendre les animaux avant la rentrée des vaches. ©B. Griffoul

Les animaux nés en novembre et décembre
Finalement, ce sont les animaux restés le plus longtemps à l´herbe qui ont affiché le meilleur poids sur la bascule (350 kilos carcasse). Ils ont obtenu de bonnes performances à la pâture (1325 g de GMQ) et n´ont pas faibli pendant les quatre mois et demi d´engraissement proprement dit (1720 g). Ce sont les veaux sevrés le plus tôt qui ont eu les moins bonnes performances (321 kilos carcasse et 1425 g de GMQ pendant les six mois à l´auge). Mais, à leur décharge, ce lot était constitué à 60 % de veaux issus de premiers vêlages et a été défavorisé par de fortes chaleurs.
Le deuxième lot a présenté des résultats intermédiaires (337 kilos carcasse et un GMQ de 1235 g à l´herbe et 1640 g en engraissement).

« C´est plus une observation qu´une expérimentation. Les lots n´étaient pas totalement comparables, avertit Laurent Aymard. Mais on peut se poser des questions pour les animaux nés en septembre qu´il n´est pas judicieux de passer à l´herbe. Ils ne sont pas les plus adaptés pour faire du jeune bovin de moins d´un an. Pour ceux-là, il vaudrait mieux viser du taurillon plus lourd, de quinze mois, et les remettre à l´herbe. Les plus adaptés, ce sont plutôt les animaux nés en novembre ou décembre, car ils bénéficient pleinement de la production laitière des vaches à la pâture et de l´herbe qu´ils consomment. Économiquement, ils coûtent un peu moins cher à produire, car ils restent moins de temps en engraissement. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande