Aller au contenu principal
Font Size

Désherbage des prairies
Privilégier le traitement chimique à l´installation

L´installation de la prairie est le moment où le recours à un désherbage chimique est certainement le plus pertinent.
Y associer les autres moyens de lutte permet de limiter le risque de salissement des prairies.


Quand une prairie est installée, ce sont d´abord surtout des espèces annuelles de mauvaises herbes qui se développent. Petit à petit, des espèces pluriannuelles et vivaces peuvent faire leur apparition et prendre le pas sur les annuelles. Elles sont en effet mieux adaptées au cycle d´exploitation d´une prairie installée ; les annuelles ont plus de mal à se resemer d´une année sur l´autre.
La pénétration des désherbants dans les mauvaises herbes peut se faire par voie racinaire, par voie foliaire ou par les deux voies à la fois. « L´essentiel des matières actives entrant dans des compositions autorisées sur prairies sont à pénétration foliaire. Elles s´utilisent donc une fois que les mauvaises herbes ont levé », explique Jean-Luc Verdier, d´Arvalis. Elles ont soit un mode d´action systémique c´est-à-dire qu´elles circulent dans la plante, soit un mode d´action par contact. Un produit efficace sur des plantes développées ou pluriannuelles et vivaces a forcément un mode d´action systémique.
Les matières actives qui agissent par contact, c´est-à-dire au niveau des gouttelettes déposées sur les feuilles des mauvaises herbes, ont quant à elles un impact important sur des mauvaises herbes jeunes et plutôt sur des annuelles. « Ce sont des produits de désherbage précoce, efficaces sur les dicotylédones au stade plantule, qui sont donc à utiliser principalement à l´installation d´une prairie », analyse Jean-Luc verdier.
Avec ces produits, plus l´intervention est précoce et plus l´installation de la prairie se fera facilement. Les mauvaises herbes ne devraient pas dépasser le stade trois quatre feuilles pour que le traitement soit le plus efficace possible. Ces produits doivent être utilisés à un volume suffisant pour que la pulvérisation couvre bien les feuilles. Il faut traiter à au moins 200 litres par hectare, et avec une hygrométrie de l´air pas trop basse.
Ces traitements sont par contre moins exigeants sur les conditions météorologiques que ceux qui agissent de façon systémique et qui représentent l´essentiel des matières actives entrant dans des compositions utilisables sur prairies. Elles agissent en circulant dans les plantes, et doivent donc être pulvérisées en conditions « poussantes ». La température ne doit pas être inférieure à 10ºC et l´hygrométrie de l´air supérieure à 50 ou 60 % pour qu´elles traversent bien la cuticule des mauvaises herbes. Ces conditions se trouvent assez facilement réunies au début du printemps. On peut s´équiper d´un hygromètre pour le vérifier. Il faut en tous cas éviter d´intervenir dans une période longue de temps sec, et entre dix-onze heures et seize-dix-sept heures. Rappelons que pour éviter le lessivage du produit, il faut attendre que la rosée, voire une éventuelle pluie, soient ressuyées avant de traiter.
Intervention dès l´installation pour être efficace
Il existe aussi quelques matières actives utilisables sur prairies au mode de pénétration mixte, c´est-à-dire à dominante foliaire systémique et aussi racinaire. C´est le cas par exemple des sulfonylurées. Une matière active à mode de pénétration racinaire s´applique avant ou au tout début de la levée des mauvaises herbes. Son efficacité nécessite une certaine humidité du sol pour que les molécules pénètrent dans le sol et atteignent bien les racines.
« S´il y a un moment où le désherbage chimique des prairies s´avère le mieux valorisé, c´est à l´installation », analyse Jean-Luc Verdier. Sur une prairie installée, on a intérêt à associer tous les moyens de lutte pour limiter le salissement (voir encadré).
Quand un traitement chimique dans une prairie installée s´avère nécessaire, il faut respecter, avant de reprendre son exploitation, un délai qui permet, d´une part, que les résidus du produit soient éliminés par les plantes, et, d´autre part, que la matière active ait le temps d´agir. Ce qui en général met entre quinze jours et trois semaines, et peut être au printemps très pénalisant pour l´exploitation de l´herbe. Il faut aussi faire suivre le traitement par une rénovation de la prairie (sursemis), afin de ne pas laisser vides les espaces libérés par la destruction des adventices.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande