Aller au contenu principal

Bovins Viande : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière viande bovine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches al

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Détection des chaleurs
Prendre en compte les comportements sexuels secondaires

Du fait de la faible part des acceptations de chevauchement par rapport à l’ensemble des signes de l’oestrus, une bonne connaissance des signes sexuels secondaires est nécessaire pour inséminer au moment adéquat.

© P. Pulvéry-Unceia

Cinq expérimentations ont été conduites entre 2008 et 2010 pour décrire les manifestations associées à l’oestrus chez la vache allaitante par l’Inra,VetAgro Sup, Oniris, l’Institut de l’élevage et l’Unceia(1).

Des vaches Charolaises, Limousines et Blondes d’Aquitaine ont été filmées en continu depuis le vêlage jusqu’à la mise à l’herbe et les images ont été analysées par un logiciel pour étudier tous les comportements sociaux et sexuels exprimés. Les ovulations ont été confirmées par un dosage de la progestérone plasmatique. Cette étude a permis de mettre en évidence les différents comportements caractéristiques de l’oestrus de vaches conduites en stabulation libre pendant l’hiver.

Même si le facteur race n’a pas pu être testé, les résultats obtenus sur l’ensemble de ces essais suggèrent qu’il n’existe pas de grande différence entre les trois races. Par contre, une très grande variabilité de comportement d’une vache à l’autre a été mise en évidence.

Les acceptations de chevauchement ont été spécifiques de l’oestrus. Elles n’ont jamais été observées en phase lutéale, et elles ont été exprimées dans 90 % des oestrus d’après l’analyse des films. Par contre, elles n’ont été que rarement observées comparativement à l’ensemble des comportements sexuels exprimés. « Les acceptations de chevauchement n’ont représenté que 2 à 5 % de la totalité des comportements relevés de cette façon, explique Fabienne Blanc de VetAgro Sup. Ceci incite à développer une détection des chaleurs basée sur plusieurs critères combinés. »

Pour cette étude, les signes ont été regroupés en plusieurs catégories. Les interactions sociales d’affinité s’expriment par des léchages et flairages ne concernant pas la zone génitale et les jeux de tête. Les interactions sociales agonistiques regroupent les menaces, coups de tête, lutte, évitements. Les comportements sexuels discrets ou secondaires correspondent à des léchages et flairages vers la zone génitale, flehmens, appuis du menton sur le dos ou la croupe d’un congénère. Et les signes de chevauchement regroupent les chevauchements, les tentatives de chevauchement et les acceptations de chevauchement. Enfin le temps passé debout a été mesuré. Une étude en cours devrait permettre de hiérarchiser la spécificité de ces différents signes et de leur fréquence pour améliorer la détection des chaleurs.

OESTRUS ALLONGÉ POUR DES VACHES SOUS-ALIMENTÉES

Autre enseignement de cette étude, un critère intéressant pour la détection des chaleurs des vaches allaitantes a été mis en évidence. Il s’agit du temps passé debout, qui a été accru de 30 % durant l’oestrus : les vaches ont passé 86 % du temps en position debout durant l’oestrus, contre 55 % en phase lutéale.

La durée moyenne de l’oestrus, si on prend en compte les signes secondaires, est de 12 heures en race Charolaise, 11 heures en races Limousine et Blonde. Les cas d’ovulation silencieuse ont été extrêmement rares.

UN EFFET DU NOMBRE D’OESTRUS SIMULTANÉS

La parité (primipares/multipares) n’a pas eu d’effet sur l’expression comportementale de l’oestrus. Par contre, un effet du niveau alimentaire des vaches en post partum sur l’expression de l’oestrus a été pour la première fois mis en évidence dans cette étude pour les vaches allaitantes.

« Nous avons comparé des Charolaises recevant, sur toute la période allant du vêlage à la mise à l’herbe, 3 UFL de moins que leurs besoins à des vaches recevant 2 UF de plus que leurs besoins », explique Fabienne Blanc. Un écart important entre les deux pour les vaches sous-alimentées, de près de 4 heures, et par une expression accrue de leurs comportements sexuels. »


Ce résultat doit encore être conforté par des observations complémentaires. L’étude a aussi permis de mettre en évidence sur les Charolaises que lorsqu’il y a plusieurs vaches simultanément en oestrus, l’expression des comportements sexuels est accrue. Ainsi plus les vêlages seront groupés, plus les chaleurs seront potentiellement mieux exprimées et détectées. Un résultat qui était déjà connu sur vaches laitières mais pas encore montré sur vaches allaitantes.


(1) Ce travail a été mené dans le cadre du Casdar « améliorer la détection des chaleurs dans les troupeaux bovins ». niveaux alimentaires a été ménagé dans le but d’observer des variations de production laitière et d’état corporel. « Le niveau alimentaire a eu dans ces conditions un effet sur la durée et l’expression de l’oestrus des vaches. Cet effet s’est caractérisé par un accroissement de la durée de l’oestrus

MÉTHODE DET’OESTRUS

Les signes de chaleurs à considérer


L’acceptation du chevauchement : si une vache exprime ce comportement, elle est considérée en chaleurs et doit être inséminée.



Les signes sexuels secondaires (flairage et léchage de la zone ano-génitale, menton posé sur la croupe ou le dos d’une congénère…) et le chevauchement d’autres congénères sont des signes moins spécifiques mais exprimés beaucoup plus fréquemment que l’acceptation du chevauchement. Si une vache exprime au minimum quatre de ces comportements sur une période d’observation, elle est considérée en chaleurs et doit être inséminée.



Le temps passé debout est un bon indicateur de l’oestrus mais il est difficile à chiffrer. Il est à utiliser en association avec d’autres signes pour conforter la prise de décision.



Les comportements sociaux (flairage et léchage en dehors de la zone ano-génitale, coup de tête, affrontement tête contre tête…) sont des signes fréquemment exprimés en dehors des périodes de chaleurs. À utiliser avec précaution et uniquement en complément des signes de chaleurs plus spécifiques.



Les glaires sont très peu spécifiques de l’oestrus et donc peu fiables.



 


La méthode Det'oestrus est téléchargeable gratuitement sur le site de l'Institut de l'Elevage ici

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
Un accord est conclu avec le Mercosur
Vendredi 28 juin 2019 au soir, après vingt ans de mandat et trente-sept rounds de négociation, un accord commercial a été conclu…
Vignette
Accord UE et Mercosur : berlines allemandes contre aloyaux sud-américains 
En concluant un accord avec le Mercosur, la commission européenne donne priorité à son industrie et ses services aux dépends de…
Vignette
Gènes Diffusion : Charolais+ veut offrir de nouvelles perspectives
Gènes Diffusion a dévoilé le fonctionnement en détail de son organisme de sélection Charolais+, ainsi que son modèle économique.
Vignette
Des rations autonomes pour des vêlages d’automne en bio
À la ferme expérimentale bio de Thorigné-d’Anjou, quatre rations ont été testées sur des vaches en vêlage d’automne. Cet essai…
Vignette
Sécheresse : pâturage et fauchage possible des jachères dans 24 départements
Le ministère de l'agriculture annonce mettre en oeuvre la clause de force majeure pour aider les éleveurs touchés par la…
Vignette
Quand la Chine prend goût à la viande bovine
Les importations chinoises de viande bovine ne cessent de progresser. Les principaux fournisseurs sont l’Océanie et l’Amérique…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande