Aller au contenu principal

SIA
Philippe Deshoulières et le Gaec Pimpin sur le podium

La Haute-Vienne a été tout particulièrement à l’honneur lors du concours Limousin au Salon de l’Agriculture. Un concours qui a également permis mettre en avant la viande Limousine à l’attention du grand public avec le label rouge Blason Prestige. 

Avec Jouvence et Jersey, ce sont deux représentants de l’élevage Haut-Viennois qui ont été plus particulièrement mis en avant le jeudi 28 février lors du concours limousin à la porte de Versailles. Tout au long du concours, le juge unique Olivier Robert a expliqué à de multiples reprises les fondamentaux de la race et les a surtout vulgarisés à l’attention du grand public lors de son classement. « La Limousine se distingue par la variété de ses types morphologiques. Précoces ou tardifs, nous avons besoins de différents types d’animaux pour répondre aux attentes de nos différents marchés. » 

Olivier Robert a tout particulièrement mis en avant les largeurs aux hanches, aux ischions et aux trochanters pour les femelles. Et d’insister aussi longuement sur la qualité des mamelles avec l’importance d’avoir des trayons fins, facilement préhensibles. « Et avoir un veau naissant qui prend seul et au plus tôt le colostrum, c’est décisif pour mettre toutes les chances de son côté pour qu’il démarre dans de bonnes conditions ! »

Sur les différentes sections de mâles, à côté de l’importance donnée à des masses musculaires bien placées, Olivier Robert a précisé son choix de ne retenir que des animaux possédant une très bonne locomotion. Le rôle d’un taureau est d’abord de procréer et pour être en mesure de remplir cette tâche, il doit se déplacer aisément.

Ces descriptifs morphologique ont ensuite été traduit en espagnol et en anglais par Nicolas Restituito et Olivier Rambert à l’attention des différentes délégations étrangères.

Vulgariser l’élevage et la viande

Dans leur volonté d’avoir la présentation la plus pédagogique possible, Renaud Champmartin et Nicolas Restituito, les deux animateurs du concours ont répondu aux différentes questions qui leur ont été posées par le grand public. Comme par exemple pourquoi la totalité des reproducteurs de ce concours Limousin n’avaient plus de cornes. Sans oublier de mentionner dans leurs explications l’existence du gène sans cornes et son intérêt croissant de la part des éleveurs pour faciliter les conditions d’élevage mais également contribuer à améliorer le bien-être animal.

Ce concours a également été l’occasion de rappeler le trentième anniversaire du label rouge Blason Prestige et de faire par la même occasion déguster un peu de viande grillée de boeuf et de veau à un public associant professionnels et béotien de l'élevage lesquels ont manifestement bien apprécié cette initiative !

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Elevage bovins viande : mieux s'organiser pour mieux vivre au travail
Elevage bovins viande : mieux s'organiser pour mieux vivre au travail
Le travail, sujet très personnel n’est pas facile à aborder. Pourtant, il est un point de tension de plus en plus fort pour les…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande