Aller au contenu principal

Taurillons de moins d´un an
Pas de ruptures de croissance dans l´itinéraire technique de production

La production d´animaux abattus avant un an est très exigeante. Il s´agit d´obtenir des carcasses bien finies sans excédent de poids.


Produire des animaux de moins d´un an à même de donner des carcasses de 280 à 310 kilos (pour des Limousins) et qui puissent être suffisamment finies passe par un itinéraire technique de production exigeant. Les animaux concernés doivent notamment être aptes à bien transformer les céréales, car une finition sur une aussi courte durée ne peut se faire qu´à partir de rations à fortes densités énergétiques. La Limousine et la Blonde d´Aquitaine sont les deux races les plus utilisées et c´est avec des animaux de souches précoces que l´on va obtenir les meilleurs résultats. « Il convient de maintenir une croissance soutenue pendant toute la durée de production et exploiter au mieux le potentiel de croissance musculaire, sans chercher à retarder le dépôt adipeux », explique le réseau d´élevage Limousin dans une brochure consacrée à cette production. La complémentation des animaux doit donc démarrer précocement et dans les semaines précédant le sevrage, elle doit dans l´idéal être réalisée avec un concentré très voisin, sinon identique à celui qui sera utilisé pour l´engraissement afin de favoriser la transition alimentaire.

Si la finition avec une ration sèche à base de céréales est généralement préconisée, rien n´empêche d´utiliser de l´ensilage de maïs.
©S. Bourgeois


Une plus-value de 0,5 euro par kilo
« Il doit alors être incorporé en complément d´une ration sèche, avec un minimum de 4 kilos de céréales, sous réserve qu´il soit de très bonne qualité, riche en grains, digestible et parfaitement conservé. »
Côté tarif, le prix au kilo est bien entendu supérieur comparativement à des animaux plus âgés. Mi-juin, la grille de prix de la Celmar affichait ainsi à 3,66 euros le JB Limousin de moins de 12 mois de conformation U+, soit, à conformation équivalente, une plus-value oscillant autour de 0,5 euro comparativement à des animaux de moins de 18 mois de 350 à 400 kilos. Pour un naisseur-engraisseur, il est bien entendu illusoire de prétendre valoriser la totalité de ses animaux sur ce marché. Inévitablement une partie d´entre eux n´auront pas le niveau de finition suffisant et seront abattus à plus d´un an. Cependant conduits de façon intensive dès leur jeune âge sans rupture de croissance tout au long de la phase d´élevage puis d´engraissement, toutes les conditions seront alors réunies pour avoir des animaux suffisamment jeunes aptes à donner des carcasses à la viande claire telle qu´elle est demandée par la clientèle d´Europe du sud.
Des GMQ toujours supérieurs à 1100 g. ©Source : Celmar

Nota: Ces données correspondent à l´itinéraire technique idéal tel qu´il est préconisé par le groupement Celmar. Les niveaux de croissance indiqués correspondent à des Limousins à fort potentiel génétique et conduits dans de bonnes conditions depuis la naissance jusqu´à l´abattage.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Matthieu Fages achète une moyenne d’un taureau salers par an dont certain en copropriété en accordant une importance particulière au caractère à l’image de Milan, 6 ans, (Fervent/Odon/Onyx) indexé à 115 en Isevr. Il est né au Gaec de la colline d’Urfé dans la Loire et acheté à la station de Saint Bonnet de Salers. © F. d'Alteroche
[De conseiller à éleveur ] « J’applique chez moi mes conseils pratiques »
Aux confins du Cantal et de l’Aveyron, Matthieu Fages a repris l’exploitation familiale en 2011 après avoir été salarié à Bovins…
De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant
REPRO, VELAGE, FORMAT,...en tout six index "techniques", chacun correspondant à un grand thème d’aptitudes, seront livrés fin…
Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande