Aller au contenu principal

Partager le matériel ou déléguer les travaux pour réduire les coûts de mécanisation ?

Une étude de l'Inrae en élevages bovins viande du Centre de la France fait le point sur les stratégies de mécanisation.

Les agriculteurs faisant le plus appel à des ETA ont tendance à avoir des charges de mécanisation par hectare parmi les plus faibles.
Les agriculteurs faisant le plus appel à des ETA ont tendance à avoir des charges de mécanisation par hectare parmi les plus faibles.
© C. Delisle

Une étude a été réalisée sur les résultats des cinq dernières années disponibles du réseau d’élevages Inrae bovins allaitants charolais, soit de 2012 à 2016. L’échantillon concerné comprenait 66 exploitations qui ont été classifiées selon leurs stratégies vis-à-vis de la mécanisation. Trois groupes ont été constitués : le groupe "en propriété" (29 élevages), le groupe "Cuma" (17 exploitations) et le groupe "entreprises" (20 exploitations). Aucune exploitation n’avait recours à un seul mode d’utilisation du matériel. Elles ont donc été groupées selon la part respective des charges allouées au poste Cuma et au poste travaux par tiers.

Des charges et des coûts identiques

Aucune différence significative n’a été mise en évidence entre les trois groupes concernant la taille des exploitations, le nombre d’hectares de cultures annuelles, la part des cultures annuelles dans la SAU, le nombre d’UGB, la production de viande et la productivité physique du travail. Les agriculteurs des trois groupes gèrent des structures semblables. « L’autre fait marquant, les charges de mécanisation par hectare de SAU ou par kilo de viande vive produit sont identiques, même si la composition des charges est différente. Enfin, ce travail a également fait ressortir une tendance (non significative) pour les exploitations ayant le plus recours au Cuma, à avoir des charges de mécanisation par hectare légèrement plus élevées que les autres exploitations », souligne Patrick Veysset.

Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ce résultat surprenant. Tout d’abord, les Cuma permettent d’avoir du matériel plus puissant et performant que s’il était acheté en propre, l’investissement est donc plus important. De plus le matériel est renouvelé plus régulièrement d’où une durée d’amortissement relativement courte. Le matériel tracté (travail du sol, tonne à lisier, épandeur à fumier…) des Cuma est souvent de grande dimension et/ou de grande capacité, ce qui nécessite une puissance de traction conséquente. Par ailleurs, certains agriculteurs ont des parts dans du matériel en Cuma tout en maintenant ce type de matériel en propriété. Ce matériel en doublon, même ancien, génère des coûts (entretien, assurance, place de stockage).

Les agriculteurs faisant le plus appel à des ETA ont tendance à avoir des charges de mécanisation par hectare parmi les plus faibles. « Si ces coûts leur paraissent parfois élevés, tout est intégré (matériel, amortissement, entretien, carburant, main-d’œuvre). Les agriculteurs délégant aux ETA peuvent ainsi se concentrer sur d’autres tâches, notamment sur leur troupeau », observe Patrick Veysset.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
Alexandra, Jean-Pierre et leur fils Florian Lannez travaillent en Gaec avec 95 vaches sur 140 ha. Ils sont confrontés aux…
De combien augmente le coût de production de la viande bovine avec la flambée des charges ?
L’Institut de l’Elevage a simulé l’impact de la flambée des charges sur le coût de production du kilo de viande bovine.
Fin de la rétention des jeunes bovins
Depuis fin mars, les sorties de jeunes bovins de type viande sont plus importantes. Elles correspondent à un décalage des ventes…
Alexis Thibault, Gaec de la Vallée des Blondes, 250 mères Blondes d’Aquitaine naisseur-engraisseur, 3 associés, à Le Busseau, dans les Deux-Sèvres
[Bioscurité] « J’utilise une cloche pour protéger les cadavres de bovins adultes»
Alexis Thibault du Gaec de la vallée des blondes dans les Deux-Sèvres a acheté une cloche à cadavres de grande dimension, qui…
Des salers abreuvées avec l’eau collectée des toitures
Des salers abreuvées avec l’eau collectée des toitures
De la toiture à l’abreuvoir, Thierry Champeix récupère, filtre, stocke puis redistribue la pluie qui tombe sur une partie de ses…
Thierry Morin éleveur en bio à Machecoul-Saint-Même en Loire-Atlantique.
« Nous démarrons un programme de relance de la race bleue de Bazougers »
Thierry Morin et Grégory Laguille sont éleveurs laitiers et allaitants en bio à Machecoul-Saint-Même en Loire-Atlantique.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande