Aller au contenu principal
Font Size

Service de remplacement
Parce que les malheurs n’arrivent pas qu’aux autres

En cas de maladie ou d’accident, le recours au service de remplacement est variable suivant les départements.

Il n’existe pas, sur le plan national, de données statistiques précises qui ventilent département par département le nombre de journées de remplacement prises dans les seuls élevages bovins viande suite à une maladie ou à un accident.« En 2009, l’activité de remplacement a connu sur le plan national, tous motifs confondus, une nouvelle année de croissance. Nous avons comptabilisé 581762 journées, soit + 5 % en un an », explique Franck Laur, directeur du Service de remplacement France, l’organisme qui fédère les 471 services de remplacement existant sur le territoire national. Tous systèmes de production confondus, 34 % de ces journées sont liées à des problèmes de maladies ou d’accidents. « Après plusieurs années de stabilité, la maladie et l’accident connaissent un rebond de 5 % avec près de 200000 journées réalisées. »


Dans les départements où l’élevage bovin allaitant assure une part importante de l’activité agricole, le service de remplacement est diversement utilisé (carte ci-dessous). « Dans des départements comme la Saôneet- Loire, la Loire-Atlantique, la Vendée ou la Mayenne il y a un très fort ancrage à ce type de service », souligne Franck Laur.

Dans la Nièvre, département à forte tradition d’élevage allaitant, qui se caractérise par des exploitations souvent de grande dimension, adhérer au service de remplacement n’est pas un réflexe. « Nous touchons actuellement un peu plus de 12 % des quelque 3 500 exploitations du département, principalement celles en polyculture élevage », indique Jérôme Ferré, l’animateur départemental de ce service. Ces adhérents sont souvent des voisins ou des proches d’éleveurs confrontés un jour à un accident ou à une maladie qui les a obligé à réduire leur activité professionnelle ou l’a même momentanément interrompue. Le souhait délibéré de ne pas adhérer est souvent le fait de grosses structures sous forme sociétaire ou ayant recours à de la main-d’oeuvre extérieure que ce soit par un salarié à plein temps ou un groupement d’employeurs. Dans leur argumentaire pour refuser d’adhérer au service de remplacement, ces agriculteurs mettent généralement en avant le fait qu’en cas de coup dur, ils pourront s’appuyer sur leurs associés ou leur salarié. « C’est vrai si leur impossibilité de travailler a lieu en période creuse ou si elle est d’une durée limitée (une à deux semaines). Cela l’est beaucoup moins s’ils doivent s’absenter deux ou trois mois. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande