Aller au contenu principal

Service de remplacement
Parce que les malheurs n’arrivent pas qu’aux autres

En cas de maladie ou d’accident, le recours au service de remplacement est variable suivant les départements.

Il n’existe pas, sur le plan national, de données statistiques précises qui ventilent département par département le nombre de journées de remplacement prises dans les seuls élevages bovins viande suite à une maladie ou à un accident.« En 2009, l’activité de remplacement a connu sur le plan national, tous motifs confondus, une nouvelle année de croissance. Nous avons comptabilisé 581762 journées, soit + 5 % en un an », explique Franck Laur, directeur du Service de remplacement France, l’organisme qui fédère les 471 services de remplacement existant sur le territoire national. Tous systèmes de production confondus, 34 % de ces journées sont liées à des problèmes de maladies ou d’accidents. « Après plusieurs années de stabilité, la maladie et l’accident connaissent un rebond de 5 % avec près de 200000 journées réalisées. »


Dans les départements où l’élevage bovin allaitant assure une part importante de l’activité agricole, le service de remplacement est diversement utilisé (carte ci-dessous). « Dans des départements comme la Saôneet- Loire, la Loire-Atlantique, la Vendée ou la Mayenne il y a un très fort ancrage à ce type de service », souligne Franck Laur.

Dans la Nièvre, département à forte tradition d’élevage allaitant, qui se caractérise par des exploitations souvent de grande dimension, adhérer au service de remplacement n’est pas un réflexe. « Nous touchons actuellement un peu plus de 12 % des quelque 3 500 exploitations du département, principalement celles en polyculture élevage », indique Jérôme Ferré, l’animateur départemental de ce service. Ces adhérents sont souvent des voisins ou des proches d’éleveurs confrontés un jour à un accident ou à une maladie qui les a obligé à réduire leur activité professionnelle ou l’a même momentanément interrompue. Le souhait délibéré de ne pas adhérer est souvent le fait de grosses structures sous forme sociétaire ou ayant recours à de la main-d’oeuvre extérieure que ce soit par un salarié à plein temps ou un groupement d’employeurs. Dans leur argumentaire pour refuser d’adhérer au service de remplacement, ces agriculteurs mettent généralement en avant le fait qu’en cas de coup dur, ils pourront s’appuyer sur leurs associés ou leur salarié. « C’est vrai si leur impossibilité de travailler a lieu en période creuse ou si elle est d’une durée limitée (une à deux semaines). Cela l’est beaucoup moins s’ils doivent s’absenter deux ou trois mois. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande