Aller au contenu principal

PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027

A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors d'une conférence de presse ses arbitrages concernant la déclinaison française de la Pac pour la période 2023-2027.

charolaises pâturage
© S.Bourgeois

Impossible d'avoir pour l'instant une vision complète de la situation car de nombreux points ne sont pas encore tranchés. Pour autant, Julien Denormandie a annoncé que pour les élevages allaitants, l'ensemble des soutiens directs (paiements directs et ICHN) aboutirait de façon progressive, à l'issue de la période c'est à dire en 2027, à une baisse de 3 à 4 % par rapport à la situation actuelle.

"Bien sûr c'est une moyenne sur systèmes types, et certains élevages gagneront alors que d'autres perdront davantage. Mais on est très loin des 50 % de pertes redoutés par certains sur les seules aides couplées", a t'il insisté.

Lire aussi : Réforme de la PAC : grandes cultures, élevage, zones intermédiaires... qui sont les gagnants et les perdants ?

"La mise en place de l'aide couplée pour la production de protéines végétales sera faite progressivement, à raison de +0,3 % par an. En parallèle, la convergence se poursuit et elle est globalement favorable aux élevages allaitants" a expliqué Julien Denormandie. Il a d'ailleurs été annoncé que la convergence ira jusqu'à 85%, avec un mécanisme limitant la perte à 30 % maximum. 

Le Ministre a confirmé que la création d'une aide couplée bovine à l'UGB était actée. "Ce dispositif vise à mieux structurer la production, en s'affranchissant de la référence aux naissances et donnant par exemple la possibilité de faire de l'engraissement" a-t'il expliqué. Il a précisé que deux types d'UGB (lait et allaitant) seront créés et que le dispositif est encore en cours de préparation. Les informations sur le fonctionnement de cette aide seront disponibles "dans les prochains jours". Il va donc falloir encore patienter...

Julien Denormandie a annoncé aussi une consolidation du budget de l'ICHN. Le budget annuel de l'ICHN s'élevait en 2019 à 1,1 milliard d’euros, financé à 25 % par l’Etat et à 75 % par l’Europe (Feader). L'Europe a décidé de n'en financer plus que 65 %. Le Ministre a annoncé que la France compensera cette baisse, en mobilisant hors budget de la PAC les 108 millions d'euros par an nécessaires.

Le Ministre a aussi insisté sur le fait que son arbitrage sur la Pac devait être mis en parallèle du travail réalisé sur Egalim2. Il est prévu que la proposition de loi soit présentée en juin 2021, pour une entrée en application avant les prochaines négociations commerciales.

Du 25 au 27 mai se tiendra le "super trilogue" qui devrait notamment entre autres cadrer le budget des éco-régimes, Difficile de savoir pour l'instant si ce nouveau dispositif pourra participer au soutien des élevages allaitants.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Frédéric Capsenroux. « J’ai changé ma vision de la conduite de la reproduction. Avant, je ne voulais que des taureaux mais, l’insémination permet de sécuriser la production et d’avoir accès à un plus large choix côté génétique. » © E. Durand
Un système salers cohérent entre tout herbe et génétique
Frédéric Capsenroux élève 75 mères salers à Ytrac dans le Cantal. Il produit essentiellement du broutard et de la génétique, mais…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande