Aller au contenu principal

Alimentation
Nouveau contexte pour les rations sèches suite à la flambée des céréales


Faut-il encore utiliser généreusement les céréales dans les rations d´engraissement ? La question se pose avec une acuité toute particulière pour les rations « sèches » basées sur les céréales aplaties. La flambée du prix du grain et des différentes matières premières a soumis les calculettes à rude épreuve ces derniers jours pour évaluer l´intérêt économique de ce mode d´alimentation pour le bétail à l´engrais.
Gérard Boutinet a évalué quel allait être le coût supplémentaire de la ration comparativement à l´automne dernier tout au long des 210 jours de la durée d´engraissement. ©F. d´Alteroche

Des rations à haute teneur en céréales
Ces rations à haute teneur en céréales ont fait de nombreux nouveaux adeptes ces dernières années. Même si elles demandent un certain savoir-faire dans la distribution pour éviter les problèmes d´acidose, elles permettent d´obtenir des niveaux de croissance intéressants alliés à une indéniable souplesse d´utilisation. Particulièrement adaptées à la finition d´animaux en cycle court, l´émergence d´un marché attractif pour les animaux de moins de 12 mois suite aux décisions sur le retrait de la colonne dans l´immédiat après-crise, ainsi que les tarifs alors incitatifs des céréales avait constitué pour beaucoup d´éleveurs une incitation supplémentaire pour adopter ce type de ration particulièrement bien adapté à des Limousins ou des Blonds. Souplesse d´utilisation et obtention de bons résultats techniques ont ensuite été des arguments pour maintenir à l´identique ce choix de ration malgré l´évolution de la réglementation.
Pour chiffrer le coût alimentaire de la finition de ce type d´animaux et surtout l´impact de la hausse du prix des céréales sur le coût de la ration, Gérard Boutinet, responsable du service « bovins viande » à la chambre d´agriculture de Charente, a réalisé différents calculs. Il s´est basé sur un broutard limousin engraissé en 210 jours avec un âge objectif d´abattage de 13 mois, en se basant - hors période de transition alimentaire - sur une consommation quotidienne moyenne de 6 kg de céréales (mélange en proportion équivalente de blé et d´orge aplati) et 1,7 kg de complémentaire azoté minéralisé à 40 %. Avec cette ration et en faisant successivement varier le prix moyen pondéré du mélange de céréales de 120 à 200 euros la tonne et de même celui du complémentaire de 25 à 28 ? les 100 kg, le coût alimentaire journalier moyen - paille alimentaire non comprise - oscille de 1,15 à 1,70 ? par jeune bovin et par jour pour les deux situations extrêmes, soit un coût alimentaire total tout au long des 210 jours théoriques de la période d´engraissement qui varie de 215 à 326 ? par jeune bovin en fonction du prix croissant des deux matières premières entrant dans la composition du mélange.
Gérard Boutinet a ensuite chiffré quel allait être le coût supplémentaire de la ration comparativement à l´automne dernier tout au long des 210 jours de la durée d´engraissement. En prenant comme situation de départ un mélange orge + blé à 120 ? la tonne et un complémentaire à 25 ? le quintal, correspondant à quelques centimes d´euros près aux tarifs pratiqués l´automne dernier, il a ainsi chiffré la hausse du prix de revient de la ration sur les 210 jours d´engraissement avec là aussi différentes hypothèses de prix pour le mélange céréalier et le complémentaire.

Répercussions sur le prix de vente des produits
A partir des différentes valeurs calculées, il a ensuite évalué quels devraient être les gains de GMQ à réaliser sur les animaux pour arriver à compenser les hausses de coûts de production liés à la flambée du tarifs des matières premières utilisées pour l´alimentation animale. « Dans le cas extrême, si on prend les céréales à 200 ? la tonne et un complémentaire à 28 ? le quintal, sur la base d´un prix kilo carcasse net à 3,50 ?, il faut faire 0,247 kg de GMQ en plus (soit 110,8 ? divisé par 3,5 ? le kiloC divisé par un rendement de 0,61 divisé par les 210 jours de la durée d´engraissement). Ou alors pour un très jeune bovin à 330 kilos carcasse, il faudrait une amélioration de la conjoncture commerciale de 0,33 ? par kilo de carcasse qui ferait passer le prix de la viande de 3,50 à 3,83 ?. Ce qui finalement était le prix de vente des très jeunes bovins fin 2006 début 2007. » Donc au final et sans grande surprise, si la hausse des coûts de production n´est pas répercutée sur le prix de vente des produits, les éleveurs n´auront pas d´autres possibilités que d´améliorer leurs performances techniques s´ils veulent maintenir leurs marges.
En ration sèche, cinq points-clés à respecter
. Une transition alimentaire très progressive à partir du sevrage.
. Un paillage abondant et régulier.
. Une eau de qualité toujours disponible .
. Une alimentation à volonté et fractionnée deux fois par jour avec un nettoyage quotidien des refus.
. La mise à disposition en permanence de fibres par une paille alimentaire de qualité. Donc attention à la qualité de la paille distribuée surtout si elle est issue de la moisson 2007 !
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande