Aller au contenu principal

Bruno Colin, président de la filière bovine de Coop de France
« Nous n’allons pas en rester là pour l’aide à l’engraissement »

Réaction à l'annonce tardive du non-versement de l’aide à l’engraissement pour la campagne 2012.

© S. Bourgeois

Quelle est votre réaction à la modification de l’aide à l’engraissement de l’article 68 annoncée par le ministère ?

Bruno Colin - Nos adhérents ne comprennent pas et sont en colère. L’aide est notifiée à la Commission européenne. Une circulaire est parue en avril 2012 et a été transmise à la Commision. Comment est-il possible qu’on annonce fin novembre que les aides pour la campagne 2012 ne seront pas versées ? Les organisations de producteurs ont des contrats à respecter. Environ 5 000 éleveurs se sont engagés dans ce dispositif et ont déclaré cette aide PAC. Ceci est d’autant plus incompréhensible que le ministre délivre dans le même temps, des messages allant dans le sens de l’organisation de la filière et du développement de l’engraissement, qui est gage de maintien des emplois dans les régions. Rappelons qu’un élevage, c’est huit à dix emplois induits dans le reste de la filière agricole. Coop de France avec le SNIV-SNCP et la FNICGV, et à côté de la FNSEA, étudient les recours possibles sur cette aide de l’article 68. Nous n’allons certainement pas en rester là !

La concurrence entre productions végétales et animales est rude en ce moment. Que faire ?

B. C. - La restructuration laitière s’accélère. Ceux qui arrêtent le lait, une fois sur deux, arrêtent toute forme d’élevage. Il faut trouver des solutions par l’accompagnement technique pour éviter ce phénomène, et les organisations de producteurs y emploient leur fonds de développement avec des aides à la trésorerie pour création ou reconversion d’ateliers. Mais vu l’ampleur du mouvement, il faudrait une aide d’État. Les organisations de producteurs s’emploient aussi à faciliter la transmission du capital pour la reprise des cheptels allaitants et la sécurisation des premières années.

Vous avez travaillé sur la compétitivité, pour les élevages. Peut-elle progresser selon vous et comment ?

B. C. - On observe des écarts allant de 1 à 6 entre les élevages sur le critère du coût de production et de la productivité en kilos de viande vive par UGB. Une énorme marge de progrès technique existe et nous mettrons l’accent sur le développement de l’accompagnement technique des éleveurs. Il y a aussi des efforts importants à faire sur l’autonomie fourragère. Nous avons des races formidables, mais il faut exploiter en génétique les qualités maternelles d’une part, les indices de consommation et la croissance des animaux d’autre part.
Une meilleure compétitivité passe aussi par une meilleure relation avec l’administration. La réglementation sur les installations classées freine la création et l’agrandissement des ateliers, de même que le plafonnement du plan de modernisation des bâtiments d’élevage. En Allemagne, le pragmatisme prévaut et ces règles n’existent pas. 

Le problème de compétitivité est aussi celui de l’aval. Avez-vous des idées à ce sujet ? 

B. C. - Le dumping social avec le cas de la rémunération du travail dans les abat- toirs en Allemagne est toujours notre principal thème de travail. La sur-segmen- tation est également une problématique, même si cela est beaucoup plus aigu en aviculture. La multiplicité des marques et des signes officiels de qualité ne coûte- rait-elle pas plus que ce qu’elle ne rapporte à la filière bovine française ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande