Aller au contenu principal

« Nous avons retrouvé la fierté du métier d'éleveur » se réjouit le président de l'Irva

Le veau d'Aveyron et du Ségala a 20 ans. Son interprofession, l'Irva, a été fondée par le charismatique Daniel Carrié. Patrick Mouysset, qui lui a succédé en 2007, analyse les raisons d'un succès.

Éleveur dans l’Aveyron, Patrick Mouysset est le président de l’Irva, l’interprofession régionale du veau d’Aveyron et du Ségala.
Éleveur dans l’Aveyron, Patrick Mouysset est le président de l’Irva, l’interprofession régionale du veau d’Aveyron et du Ségala.
© B. Griffoul

. La filière veau d'Aveyron et du Ségala a fêté ses 20 ans. D'où est venue l'idée d'identifier cette production ?


Patrick Mouysset - « En 1988, des producteurs de la filière ont fait un voyage précurseur en Italie, pays qui était devenu le principal débouché du veau de notre région. Ils ont fait le constat que la production avait dérivé par rapport à la demande italienne. Elle n'était pas homogène, les veaux étaient souvent sevrés et de plus en plus lourds. De là est née l'idée d'organiser et encadrer cette production de qualité, ancrée dans son territoire, pour sauver les marchés. Ces producteurs ont créé l'Interprofession régionale du veau d'Aveyron et du Ségala (IRVA) en 1989, puis ils ont écrit un premier cahier des charges avec la volonté de le faire reconnaître officiellement. Le label rouge a été obtenu en 1993 et une marque a été créée pour identifier la production autour d'un nom capable de rassembler tous les producteurs, quel que soit leur département : Veau d'Aveyron et du Ségala. L'IGP a été obtenue en 1996. »



. Le veau d'Aveyron et du Ségala a acquis reconnaissance et notoriété. Comment expliquez-vous ce succès ?


P. M. - « Encadrer un produit est une chose, mais il faut aussi pouvoir le produire et savoir le vendre. La force du veau d'Aveyron et du Ségala a été de s'organiser en filières qui rassemblent producteurs, abatteurs, transformateurs et distributeurs, d'avoir été à l'écoute de tous les maillons de la filière et d'avoir su se faire confiance. Ce n'était pas évident d'arriver sur le marché français avec un veau rosé. Mais c'est aussi cette spécificité de viande rosée et de goût qui a fait notre force, à partir du moment où nous avons su aller au-devant du consommateur pour lui expliquer que nous proposions un veau différent, par sa couleur et son goût. Savoir encadrer un produit, savoir le mettre en avant, savoir communiquer auprès du consommateur, lui proposer un produit qui correspond aussi à ses attentes sociétales et environnementales, assurer la régularité de la production, organiser le marché... voilà sans doute les secrets du succès. Cette réussite a permis aussi à nos jeunes de s'identifier à un produit et à leur métier d'éleveur. Hier, on était éleveur, avec parfois un peu de honte, aujourd'hui, nous sommes éleveurs de veau d'Aveyron et du Ségala et nous avons retrouvé la fierté. »

. Comment évoluent les ventes ?


P. M. - « En 2012, avec 18 200 veaux en pré-label, nous avons progressé de 6,75 % dans un marché du veau à -4 %. Et, pour le premier semestre 2013, nous sommes à +8 %. Les points de vente augmentent leurs volumes et de nouveaux lieux de vente s'ouvrent, aussi bien en boucheries traditionnelles qu'en grandes surfaces ou dans la restauration hors domicile. Une étude de notoriété, réalisée sur internet, a montré que 30 % des consommateurs audités en ligne connaissent le veau d'Aveyron et du Ségala. »


. Quels sont les enjeux de la filière pour les années à venir ?


P. M. - « Un des enjeux porte sur l'installation des jeunes éleveurs. Nous devons être capables de les séduire en leur proposant une production conforme à la vie sociale d'aujourd'hui. Nous devons aussi leur transmettre notre fierté du métier et leur montrer le côté positif et rassurant des démarches collectives. Nous allons aller à leur rencontre, dans les écoles, dans des forums... y compris de non-agriculteurs. Avec un âge moyen de 46 ans, la pyramide des âges n'est pas dramatique, mais nous devons anticiper cette capacité à produire demain. Nous sommes en train de recenser ce qu'il en est du renouvellement des générations afin de proposer des solutions permettant d'améliorer les conditions de vie et de donner un attrait à ce métier. Un des enjeux va être aussi de nous adapter aux nouvelles formes de distribution que sont le web ou les drives... »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande