Aller au contenu principal

Jean-Pierre Fleury, président de la Fédération nationale bovine
"Nos élevages sont en situation d’urgence"

Les revenus des producteurs de viande bovine se sont encore dégradés en 2015. Ajouté au sentiment de « ras-le-bol » qui en résulte, cela fait surtout craindre des cessations d’activités avec un impact pour l’équilibre des territoires.

Comment analysez-vous les mesures retenues par le plan d’urgence mis en place par le gouvernement ?
Jean-Pierre Fleury - " Ces mesures sont un pansement bien provisoire. Sur 80 000 détenteurs de cheptels allaitants, 10 000 sont actuellement dans une situation financière catastrophique. Et le sujet brûlant des dettes contractées auprès des fournisseurs n’est jamais pris en compte.

Le meilleur des soutiens serait la revalorisation du prix de notre produit. Ces quinze dernières années, le prix de la viande à la consommation a progressé de 62%, nos coûts de production ont augmenté de 58% alors que le prix moyen de vente de nos animaux a progressé de seulement 10%.

Au sein de la filière viande, les éleveurs demeurent l’éternelle variable d’ajustement. On ne supporte plus de s’entendre dire que nous devons encore baisser nos coûts de production. En 2015, de trop nombreux éleveurs ont prélevé moins d’un Smic par mois avec une rémunération horaire qui, dans certaines exploitations, peine à excéder cinq euros de l’heure. "

Comment réagissez-vous face à la décision du gouvernement de puiser dans le Fonds national de garantie des risques en agriculture (FNGRA) ?
J.-P. F. - " Rappelons que l’article 2 du projet de Loi de finances vise à prélever 255 millions d’euros provenant des réserves du FNGRA pour abonder le budget général de l’État. Cela va priver les agriculteurs de ressources constituées au fil des ans sur leurs propres contributions. C’est quand même un comble ! Cette décision est une couche supplémentaire. Elle vient accentuer un sentiment de ras-le-bol déjà bien perceptible. "
En sait-on davantage sur la répartition des marges entre acteurs de la filière ?
J.-P. F. - " Dans son dernier rapport, le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux n’apporte guère de nouveaux éléments. Une chose est certaine, les coûts de production des éleveurs sont faciles à trouver. C’est du pain bénit pour les acheteurs. Quand aux entreprises de transformation et de distribution, elles se gardent bien de dévoiler leurs chiffres.

La productivité des éleveurs est en hausse régulière de 2 % par an, et la coûteuse mise aux normes des exploitations est réalisée sans aucun transfert dans le prix producteur. Nous n'acceptons pas les discours culpabilisants adressés constamment aux éleveurs, au motif qu'ils ne seraient 'pas bons' dans la gestion de leurs exploitations, 'pas assez productifs', 'pas assez compétitifs', "pas assez dans le marché et pas assez organisés"... bref, que tout serait de notre faute. " 

Quel est l’impact de la progression de la demande en viande hachée sur le prix des animaux du cheptel allaitant ?
J.-P. F. - " À partir du moment où une proportion de plus en plus importante des muscles sont destinés au créneau de la viande haché, une revalorisation des quartier avants destinés a ce segment est aussi nécessaire pour permettre de retrouver un équilibre avec les muscles à griller. Certaines entreprises communiquent sur ces produits quand ils sont issus de race à viande, et c’est très bien. D’autres misent d’abord sur leurs propres marques pour mettre en avant le produit et occultent son origine « allaitante ». Si les tonnages de viandes hachées commercialisées sous marques d’entreprises continuent à prendre de l’ampleur, cela va se traduire par une proportion croissante de muscles orientés vers ce débouché. Les éleveurs allaitants tendront à devenir de simples producteurs de « minerai ». Un terme à lui seul évocateur. Il correspond à une ressource banalisée, payée la moins cher possible. Faut-il vraiment maintenir un cheptel allaitant s’il s’agit de produire de la viande dans ce seul objectif ? "
Les éleveurs demeurent l’éternelle variable d’ajustement
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande