Aller au contenu principal

Nette progression de la semence sexée en insémination animale

La gamme des taureaux de race à viande disponibles s'élargit. Reste à évaluer quel sera à terme l’effet du recours aux semences sexées sur la production de viande bovine et le commerce du maigre.
La gamme des taureaux de race à viande disponibles s'élargit. Reste à évaluer quel sera à terme l’effet du recours aux semences sexées sur la production de viande bovine et le commerce du maigre.
© J. Chabanne

En 2013, le nombre d’inséminations animales (IA) réalisées avec des semences sexées a connu une très forte progression. Les données de l’Institut de l’élevage font état de plus de 400 000 IA soit une hausse de plus de 80 % en un an, sachant que ces statistiques sont sous-estimées puisque certaines entreprises de mise en place ne remontent pas ces informations. Les trois principales races laitières sont les plus concernées et totalisent à elles seules plus de 95 % de ces IA, principalement sur génisses. Conformément à ce qui est annoncé, le veau qui en résulte est du sexe souhaité dans 90 % des cas.


En races allaitantes, ce recours aux semences sexées est nettement moins élevé. Les statistiques de l’Institut font état de 6100 IA pour la race Charolaise, (2800 IA sexées mâles et 3300 IA sexées femelles), 1440 IA en Salers et 1431 en Blonde d’Aquitaine. Les prochaines années devraient permettre d’accroître le recours à cette technique compte tenu de l’élargissement en cours et à venir de la gamme des taureaux de race à viande disponibles. Reste à évaluer quel sera à terme l’effet du recours aux semences sexées sur la production de viande bovine et le commerce du maigre. Aucun travail n’a encore été réalisé sur ce sujet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Le marché du jeune bovin en Europe devient plus fluide
Les prévisions de production pour 2021 sont à la baisse chez tous nos partenaires européens sur le marché du jeune bovin. Et la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande