Aller au contenu principal

National aubrac : privé de son concours, la race maintient l’événement qu’elle axe sur le renouvellement des générations

L’OS Race Aubrac, qui avait pris la décision de ne pas maintenir la partie « concours » du national de la race, a remanié son programme. Le 13 octobre à Aumont-Aubrac, en Lozère, la journée a été consacrée à la thématique du renouvellement des générations et à la vente aux enchères Aubrac Prestige XVIII.

Concernés par des cas cliniques de fièvre catarrhale ovine de sérotype 8 (FCO-8) et sous la menace de la maladie hémorragique épizootique (MHE), les responsables professionnels de la race aubrac avaient fait « le choix raisonnable de ne pas maintenir le concours les 12, 13 et 14 octobre pour ne pas exposer les animaux au risque sanitaire, mais aussi limiter les risques de propagation de ces maladies […] », avait expliqué l’organisme de sélection (OS) dans un communiqué en date du 3 octobre dernier. Près de 400 animaux étaient inscrits pour cet évènement.

Deux temps sauvés

Les organisateurs ne se sont pour autant pas laissé abattre et ont su rebondir, en recalibrant la manifestation sur une journée. Le 13 octobre, à Aumont-Aubrac en Lozère, 150 étudiants en provenance de cinq lycées agricoles de la Lozère, de l’Aveyron et du Cantal (1) étaient réunis pour exposer le rendu de leurs travaux autour de la thématique du renouvellement des générations.

Pour Yves Chassany, président de l’OS Race Aubrac, ces temps d’échange ont été l’occasion de rappeler l’importance de se projeter avec des races françaises adaptées aux attentes des futures générations d’éleveurs, « en privilégiant des animaux équilibrés capables d’une grande autonomie, c’est-à-dire qui nécessitent le moins possible d’intrants et d’assistance humaine ».

Avant d’ajouter qu’en race aubrac, « les axes de sélection initiés par nos prédécesseurs et basés davantage sur l’optimum que le maximum nous semblent être la bonne voie pour faire face au changement climatique ».

« Nous poursuivons cette volonté affichée de la maîtrise de formats de nos animaux. Avec le changement climatique, nous sommes confortés dans nos choix de sélection, en termes de besoins d’entretien et de capacités à faire face à des périodes séchantes », évoque Yves Chassany, président de l’OS Aubrac.

« Dans la grosse perte qui est celle de la partie "concours", nous avons tout de même tiré des bénéfices de cette journée, où les éleveurs et les intervenants mobilisés ont pu se rendre davantage disponibles pour échanger avec les jeunes sur l’installation », reprend Yves Chassany.

Un taureau adjugé 30 000 euros à la vente aux enchères

En fin d’après-midi, la vente aux enchères Aubrac Prestige XVIII organisée par la SARL Nolorgues, membre de l’OS, a clôturé cette journée. Sur les vingt animaux prévus au départ, tous ont répondu présents. « Nous avons eu la chance que le test PCR MHE qui était demandé en plus du statut vaccinal FCO 4 et 8 soit ressorti négatif pour l’ensemble des lots sélectionnés », précise encore Yves Chassany.

Tous ont trouvé preneurs, et huit d’entre eux ont été vendus hors de nos frontières (Espagne, Irlande, République tchèque, Roumanie et Slovaquie). La moyenne de prix s’est établie à 8 135 euros. Trois animaux ont franchi la barre symbolique des 10 000 euros. Le record des enchères revient à Titan, un jeune taureau né au Gaec Brunel de Barres (Lozère).

Titan, né en décembre 2021, présente un très bon bassin, une rectitude parfaite et de très bons aplombs. Son propriétaire est le Gaec Brunel de Barres (Lozère).
Titan, né en décembre 2021, présente un très bon bassin, une rectitude parfaite et de très bons aplombs. Son propriétaire est le Gaec Brunel de Barres (Lozère). 
© SARL Nolorgues

 

 

 

 

La sélection a été faite dans le respect des fondamentaux raciaux, mettant en avant « des animaux bien conformés mais sans excès, assortis de bons aplombs », explique le président de l’OS Race Aubrac qui insiste sur l’équilibre recherché entre les qualités maternelles et d’élevage et les qualités bouchères.

(1) Lycée agricole Louis Mallet, Saint-Flour (Cantal), lycée agricole La Roque, Rodez (Aveyron), lycée agricole Terre Nouvelle, Marvejols (Lozère), lycée agricole La Cazotte, Saint Affrique (Aveyron) et lycée agricole François Rabelais, Saint Chély d’Apcher (Lozère)

Les plus lus

Charlie Peltier est installé depuis trois ans. Son système fourrager est basé sur un ensilage de méteil pour le volume et les prairies multiespèces pour la qualité.
En viande bovine, une installation bien pensée et bien vécue

Installé depuis trois ans en Loire-Atlantique, Charlie Peltier a choisi de conduire un système naisseur économe et autonome en…

génisses rouges des prés
Pac : le montant de l’aide aux bovins allaitants de plus de 16 mois fixé à 106 euros par UGB

À compter de la campagne 2023, les deux aides distinctes pour les bovins allaitants (ABA) et laitiers (ABL) sont remplacées…

blonde d'Aquitaine salon de l'agriculture 2024
SIA 2024 : une blonde d'Aquitaine explose les scores des enchères à 28,40 euros le kilo de carcasse

Au Salon de l’Agriculture, l’OS France Blonde d’Aquitaine Sélection a organisé sa fameuse vente prestige ce lundi 26 février…

Vidéo : retrouvez le replay du concours de la race charolaise en direct au Salon de l'Agriculture 2024

Retrouvez ici le direct vidéo du grand ring du Salon International de l'Agriculture (Sia) 2024 à Paris et suivez en live le…

Entrer et sortir des pâtures sans descendre du tracteur
Entrer et sortir des pâtures sans descendre du tracteur

À Montravers dans les Deux-Sèvres, Samuel Ouvrard a intégré un ressort aux fils qui constituent les portes d’entrée de ses…

vaches de race aubrac
MHE : les critères d’éligibilité pour bénéficier de l’aide d’urgence sont précisés par décret

Dans un décret paru au Journal officiel ce 4 février 2024, le ministère de l’Agriculture détaille le plan d’aide…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande