Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Nathalie Grégoire dans le Puy de Dôme : éleveuse, mère et maire

Nathalie Grégoire, 60 Aubrac dans le Puy de Dôme © DR
Nathalie Grégoire, 60 Aubrac dans le Puy de Dôme
© DR

"Je débute mon second mandat comme Maire de Grandeyrolles, une commune de 54 habitants située sur le contrefort est du massif du Sancy, dans le Puy de Dôme, près de Saint Nectaire. Nous avons 47 inscrits. 39 personnes ont voté le 15 mars et nous étions 7 à nous présenter sur l’unique liste. Dans les toutes petites communes, trop peu de personnes veulent s’investir. Même si nous ne sommes pas nombreux à Grandeyrolles, c’est quand même beaucoup de responsabilités et de nombreux petits tracas à résoudre au quotidien. Nous n’avons pas d’employé communal. Beaucoup de tâches sont réalisées par des bénévoles et en particulier par le premier adjoint. Une partie du travail d’entretien est délégué à des prestataires, c’est le cas de la fauche et de l’entretien des haies.

Je me suis installée en 2007. Mon mari travaille à l’extérieur et mes deux enfants ont actuellement 13 et 8 ans. Je réserve mon mercredi après-midi pour la mairie. Je passe également beaucoup de temps au suivi et aux soins de mon cheptel de soixante mères Aubrac. Une quinzaine sont en vêlage d’automne, mais la plupart des mises-bas se déroulent en février-mars. Mes animaux sont en plein-air intégral, sauf les génisses de renouvellement. L’essentiel de mes 110 ha se situent à 750 mètres d’altitude avec un terrain très portant, idéalement adapté à ce mode de conduite en 100% herbe. Les mâles sont vendus broutards, quelques femelles partent pour l’élevage et je fais également un peu de vente directe. Depuis trois ans, les sècheresses récurrentes limitent les frais pour la commune pour l’entretien des bas-côtés des routes dans la mesure où l'herbe ne pousse plus que quelques semaines au printemps. Pour nous éleveurs, cela devient une préoccupation de tous les instants. L’an dernier heureusement que j’avais trente couples en estive près du col de la Croix-Morand, car mes autres lots ont été complémentées en foin 10 mois sur 12. Mon élevage comme ceux situés à proximité ne pourront pas tenir de la sorte une année supplémentaire.

Mon activité d’éleveuse fait que je fréquente régulièrement tous les différents chemins et routes de la commune. Je vois donc pratiquement au jour le jour tout ce qu’il y a à faire en termes d’entretien."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
Cédric Mandin, en Gaec avec son frère François à Sainte-Cécile, en Vendée. © C. Mandin
Cédric Mandin : "nos vaches attendent dans la stabulation"
Pour manifester sa colère face à la baisse du prix des bovins finis, Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la…
Élodie et Florent Gobet élèvent 75 à 80 Charolaises à Propières dans le Rhône) et commercialisent tout en vente directe. © Gaec Gobet
Chez Elodie et Florent Godard : « avec le confinement, la demande en vente directe a nettement augmenté »

« Avec mon mari, Florent, nous élevons 75 à 80 Charolaises à Proprières, dans le Rhône. Je gère l…

clôture virtuelle Nofence
Un premier test de clôtures virtuelles par Arvalis
Arvalis a testé pendant deux mois à l’automne 2019 le système de clôtures virtuelles Nofence à la ferme expérimentale de Saint-…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
Antoine et Pascal Perrin ont apprécié que cette plante valorise très bien l’eau tombée. © C. Sudraud/SAS Scanner
"Le sorgho fourrager multicoupe pour compléter les stocks"
Le Gaec Perron a cultivé en 2019 du sorgho fourrager multicoupe sur 3,5 hectares. Semé mi-mai, en choisissant une variété bon…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande