Aller au contenu principal
Font Size

Nathalie Grégoire dans le Puy de Dôme : éleveuse, mère et maire

Nathalie Grégoire, 60 Aubrac dans le Puy de Dôme © DR
Nathalie Grégoire, 60 Aubrac dans le Puy de Dôme
© DR

"Je débute mon second mandat comme Maire de Grandeyrolles, une commune de 54 habitants située sur le contrefort est du massif du Sancy, dans le Puy de Dôme, près de Saint Nectaire. Nous avons 47 inscrits. 39 personnes ont voté le 15 mars et nous étions 7 à nous présenter sur l’unique liste. Dans les toutes petites communes, trop peu de personnes veulent s’investir. Même si nous ne sommes pas nombreux à Grandeyrolles, c’est quand même beaucoup de responsabilités et de nombreux petits tracas à résoudre au quotidien. Nous n’avons pas d’employé communal. Beaucoup de tâches sont réalisées par des bénévoles et en particulier par le premier adjoint. Une partie du travail d’entretien est délégué à des prestataires, c’est le cas de la fauche et de l’entretien des haies.

Je me suis installée en 2007. Mon mari travaille à l’extérieur et mes deux enfants ont actuellement 13 et 8 ans. Je réserve mon mercredi après-midi pour la mairie. Je passe également beaucoup de temps au suivi et aux soins de mon cheptel de soixante mères Aubrac. Une quinzaine sont en vêlage d’automne, mais la plupart des mises-bas se déroulent en février-mars. Mes animaux sont en plein-air intégral, sauf les génisses de renouvellement. L’essentiel de mes 110 ha se situent à 750 mètres d’altitude avec un terrain très portant, idéalement adapté à ce mode de conduite en 100% herbe. Les mâles sont vendus broutards, quelques femelles partent pour l’élevage et je fais également un peu de vente directe. Depuis trois ans, les sècheresses récurrentes limitent les frais pour la commune pour l’entretien des bas-côtés des routes dans la mesure où l'herbe ne pousse plus que quelques semaines au printemps. Pour nous éleveurs, cela devient une préoccupation de tous les instants. L’an dernier heureusement que j’avais trente couples en estive près du col de la Croix-Morand, car mes autres lots ont été complémentées en foin 10 mois sur 12. Mon élevage comme ceux situés à proximité ne pourront pas tenir de la sorte une année supplémentaire.

Mon activité d’éleveuse fait que je fréquente régulièrement tous les différents chemins et routes de la commune. Je vois donc pratiquement au jour le jour tout ce qu’il y a à faire en termes d’entretien."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Les nuisances géobiologiques peuvent avoir deux origines, naturelle (failles, veines d’eau souterraines…) ou artificielle (rayonnements électromagnétiques, courants électriques vagabonds, lignes haute tension, éoliennes, wifi ...). © Chambre d’agriculture des ...
Identifier les nuisances électromagnétiques en élevages bovins
Un diagnostic géobiologique permet de prévenir l’impact des ondes électriques et électromagnétiques sur les bovins, ainsi que l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande