Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Herd book Limousin
Modes et habitudes doivent évoluer

L´actuelle bonne santé de la race Limousine est un motif de satisfaction pour ses instances raciales. A l´occasion de la dernière assemblée générale du livre généalogique, le risque engendré par la volonté de rechercher toujours plus de poids et de volume a été souligné.


La bonne conjoncture de l´année écoulée a eu un impact positif sur les ventes d´animaux reproducteurs. Cette tendance est très nette pour la Limousine. A l´occasion de sa dernière assemblée générale, les responsables de son herd-book ont tiré un bilan satisfaisant de l´année écoulée. Le nombre d´animaux inscrits a enregistré une progression record au cours de la campagne écoulée : « +18,8 % par rapport à l´an passé, grâce à des évolutions comparables des inscriptions de mâles et de femelles. Près de 23 500 animaux ont ainsi été certifiés en 2004-2005, dont plus de 5000 mâles », a expliqué Sébastien Stamane, responsable technique du herd-book.
En France ou à l´étranger, la demande a été et est toujours très active pour les animaux d´élevage de cette race. 1356 animaux ont d´ailleurs été exportés hors de nos frontières et tout particulièrement en Lituanie, Italie, Suisse et Espagne.

Poids et format désormais suffisants
Sans s´attarder davantage sur ces données positives, l´essentiel du débat a ensuite été orienté sur le devenir morphologique à rechercher pour la race. « En France, dans les années à venir, la taille des troupeaux va décupler ; tout le système y incite les éleveurs. Le nombre de veaux sevrés sera un facteur de revenu plus important que les quelques dizaines de grammes gagnés sur la croissance quotidienne maintenant correcte », a estimé Bernard Roux, président du herd-book. Or toutes les données statistiques le soulignent. La Limousine a beaucoup progressé en poids et en format depuis vingt ans(1). Certes, cette évolution était souhaitable à une époque, mais n´est-t-on pas arrivé désormais à un optimum ? Faut-il continuer à orienter les efforts de sélection sur ces critères avec autant d´intensité ?
« L´antagonisme entre la sélection sur l´augmentation de la vitesse de croissance et la facilité de vêlage, qualité qui a fait la force de notre race doit être maîtrisé. Je ne voudrais pas que demain les éleveurs de notre belle Limousine nous reprochent la déviance que certains commencent à enregistrer sur les vêlages dans leurs élevages », a averti Bernard Roux.
Ce dernier a alors pointé du doigt les différents concours. Ces manifestations constituent une vitrine pour la race mais les animaux le plus souvent mis en avant sur les podiums sont généralement les plus extrêmes côté format. Ils ne représentent guère l´idéal recherché par les éleveurs dont la viande finie ou même le bétail maigre constitue le premier objectif de production. « Les habitudes et les modes doivent évoluer. Si les concours ne consacrent que les plus grands et les plus gros, il n´y a plus besoin de juges. Une bascule et une toise à l´entrée du ring départageront les compétiteurs. » Des réunions avec les juges agréés des concours ont donc été organisées. Cette révision des critères de jugement suscite inévitablement moult débats, aussi passionnés que passionnants.

(1) A l´occasion de cette assemblée générale, avait également été organisée une table-ronde consacrée à ce sujet sur laquelle nous reviendrons dans notre prochain numéro.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Covid 19] Quand l'éleveur François Garrivier prend la plume et dénonce l’attitude des acteurs de l’aval de la filière viande
Eleveur de Charolaises dans la Loire, François Garrivier dénonce le double discours des acteurs de l’aval de la filière viande…
chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande