Aller au contenu principal

Herd book Limousin
Modes et habitudes doivent évoluer

L´actuelle bonne santé de la race Limousine est un motif de satisfaction pour ses instances raciales. A l´occasion de la dernière assemblée générale du livre généalogique, le risque engendré par la volonté de rechercher toujours plus de poids et de volume a été souligné.


La bonne conjoncture de l´année écoulée a eu un impact positif sur les ventes d´animaux reproducteurs. Cette tendance est très nette pour la Limousine. A l´occasion de sa dernière assemblée générale, les responsables de son herd-book ont tiré un bilan satisfaisant de l´année écoulée. Le nombre d´animaux inscrits a enregistré une progression record au cours de la campagne écoulée : « +18,8 % par rapport à l´an passé, grâce à des évolutions comparables des inscriptions de mâles et de femelles. Près de 23 500 animaux ont ainsi été certifiés en 2004-2005, dont plus de 5000 mâles », a expliqué Sébastien Stamane, responsable technique du herd-book.
En France ou à l´étranger, la demande a été et est toujours très active pour les animaux d´élevage de cette race. 1356 animaux ont d´ailleurs été exportés hors de nos frontières et tout particulièrement en Lituanie, Italie, Suisse et Espagne.

Poids et format désormais suffisants
Sans s´attarder davantage sur ces données positives, l´essentiel du débat a ensuite été orienté sur le devenir morphologique à rechercher pour la race. « En France, dans les années à venir, la taille des troupeaux va décupler ; tout le système y incite les éleveurs. Le nombre de veaux sevrés sera un facteur de revenu plus important que les quelques dizaines de grammes gagnés sur la croissance quotidienne maintenant correcte », a estimé Bernard Roux, président du herd-book. Or toutes les données statistiques le soulignent. La Limousine a beaucoup progressé en poids et en format depuis vingt ans(1). Certes, cette évolution était souhaitable à une époque, mais n´est-t-on pas arrivé désormais à un optimum ? Faut-il continuer à orienter les efforts de sélection sur ces critères avec autant d´intensité ?
« L´antagonisme entre la sélection sur l´augmentation de la vitesse de croissance et la facilité de vêlage, qualité qui a fait la force de notre race doit être maîtrisé. Je ne voudrais pas que demain les éleveurs de notre belle Limousine nous reprochent la déviance que certains commencent à enregistrer sur les vêlages dans leurs élevages », a averti Bernard Roux.
Ce dernier a alors pointé du doigt les différents concours. Ces manifestations constituent une vitrine pour la race mais les animaux le plus souvent mis en avant sur les podiums sont généralement les plus extrêmes côté format. Ils ne représentent guère l´idéal recherché par les éleveurs dont la viande finie ou même le bétail maigre constitue le premier objectif de production. « Les habitudes et les modes doivent évoluer. Si les concours ne consacrent que les plus grands et les plus gros, il n´y a plus besoin de juges. Une bascule et une toise à l´entrée du ring départageront les compétiteurs. » Des réunions avec les juges agréés des concours ont donc été organisées. Cette révision des critères de jugement suscite inévitablement moult débats, aussi passionnés que passionnants.

(1) A l´occasion de cette assemblée générale, avait également été organisée une table-ronde consacrée à ce sujet sur laquelle nous reviendrons dans notre prochain numéro.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Si les feed-lots représentent une part toujours plus importante pour la finition des bovins, 50 % des bovins sont encore exclusivement finis au pâturage. © C. Deloume
Le Brésil, une puissance exportatrice de viande bovine touchée par la pandémie
Si 2020 fut encore une année de records pour le premier exportateur mondial de viande bovine, l’année 2021 s’annonce sous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande