Aller au contenu principal

Herd book Limousin
Modes et habitudes doivent évoluer

L´actuelle bonne santé de la race Limousine est un motif de satisfaction pour ses instances raciales. A l´occasion de la dernière assemblée générale du livre généalogique, le risque engendré par la volonté de rechercher toujours plus de poids et de volume a été souligné.


La bonne conjoncture de l´année écoulée a eu un impact positif sur les ventes d´animaux reproducteurs. Cette tendance est très nette pour la Limousine. A l´occasion de sa dernière assemblée générale, les responsables de son herd-book ont tiré un bilan satisfaisant de l´année écoulée. Le nombre d´animaux inscrits a enregistré une progression record au cours de la campagne écoulée : « +18,8 % par rapport à l´an passé, grâce à des évolutions comparables des inscriptions de mâles et de femelles. Près de 23 500 animaux ont ainsi été certifiés en 2004-2005, dont plus de 5000 mâles », a expliqué Sébastien Stamane, responsable technique du herd-book.
En France ou à l´étranger, la demande a été et est toujours très active pour les animaux d´élevage de cette race. 1356 animaux ont d´ailleurs été exportés hors de nos frontières et tout particulièrement en Lituanie, Italie, Suisse et Espagne.

Poids et format désormais suffisants
Sans s´attarder davantage sur ces données positives, l´essentiel du débat a ensuite été orienté sur le devenir morphologique à rechercher pour la race. « En France, dans les années à venir, la taille des troupeaux va décupler ; tout le système y incite les éleveurs. Le nombre de veaux sevrés sera un facteur de revenu plus important que les quelques dizaines de grammes gagnés sur la croissance quotidienne maintenant correcte », a estimé Bernard Roux, président du herd-book. Or toutes les données statistiques le soulignent. La Limousine a beaucoup progressé en poids et en format depuis vingt ans(1). Certes, cette évolution était souhaitable à une époque, mais n´est-t-on pas arrivé désormais à un optimum ? Faut-il continuer à orienter les efforts de sélection sur ces critères avec autant d´intensité ?
« L´antagonisme entre la sélection sur l´augmentation de la vitesse de croissance et la facilité de vêlage, qualité qui a fait la force de notre race doit être maîtrisé. Je ne voudrais pas que demain les éleveurs de notre belle Limousine nous reprochent la déviance que certains commencent à enregistrer sur les vêlages dans leurs élevages », a averti Bernard Roux.
Ce dernier a alors pointé du doigt les différents concours. Ces manifestations constituent une vitrine pour la race mais les animaux le plus souvent mis en avant sur les podiums sont généralement les plus extrêmes côté format. Ils ne représentent guère l´idéal recherché par les éleveurs dont la viande finie ou même le bétail maigre constitue le premier objectif de production. « Les habitudes et les modes doivent évoluer. Si les concours ne consacrent que les plus grands et les plus gros, il n´y a plus besoin de juges. Une bascule et une toise à l´entrée du ring départageront les compétiteurs. » Des réunions avec les juges agréés des concours ont donc été organisées. Cette révision des critères de jugement suscite inévitablement moult débats, aussi passionnés que passionnants.

(1) A l´occasion de cette assemblée générale, avait également été organisée une table-ronde consacrée à ce sujet sur laquelle nous reviendrons dans notre prochain numéro.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande