Aller au contenu principal

Miser sur les vaccins pour réduire la facture d’antibiotique

Une large couverture vaccinale pour optimiser la productivité numérique et réduire les frais vétérinaires liés aux pathologies respiratoires. Telle est la stratégie choisie par Olivier Maroiller, éleveur en Côte-d’Or.

À Pothières, dans le nord de la Côte-d’Or, la conduite du troupeau charolais d’Olivier Maroiller est en grande partie calée sur le calendrier des façons culturales de ses quelque 200 hectares de culture. Avec un assolement qui repose sur le colza et les céréales à paille, la volonté est d’avoir pour les soixante vaches le plus possible de vêlages à compter de fin octobre quand la plupart des semis sont terminés. Cela permet d’avoir suffisamment de temps pour bien les surveiller. « J’ai une cinquantaine de naissances entre fin octobre et fin décembre puis une petite quinzaine en début d’année », précise Olivier Maroiller. La productivité numérique est satisfaisante. « L’un dans l’autre, les vêlages gémellaires compensent les pertes de veaux naissants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Laurent Poirier, naisseur engraisseur de Charolaises. « Je ne vois pas le blocage des veaux comme une contrainte mais plutôt comme l’opportunité de faire un point sur la production laitière de mes vaches. » © C. Delisle
« Mes veaux sont plus dociles et homogènes avec la limitation des tétées »
Laurent Poirier trouve de nombreux avantages à limiter les tétées à deux lâchers par jour à compter de la rentrée stabulation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande