Aller au contenu principal

Métro déploie une charte origine France

Patrick Eychenié, secrétaire général de Métro France, annonce le lancement d’une charte qui concrétise sa solidarité avec le monde agricole, et ne cache pas que cette démarche colle aux attentes sociétales de ses clients.

 © S. Bourgeois
© S. Bourgeois

La démarche Éleveur et engagé est testée par votre entreprise depuis avril 2019. Quel bilan tirez-vous de cette expérience après près d’un an de fonctionnement ?

Patrick Eychenié - Nous sommes le premier grossiste engagé dans la démarche Éleveur et engagé. Depuis avril 2019, cinq entrepôts de Métro France(1) qui travaillent avec l’entreprise EVA à Saint-Pierre-sur-Dives dans le Calvados, proposent de la viande de race Charolaise. En janvier 2020, trois autres points de vente ont suivi, en collaboration avec Puigrenier : Vaulx-en-Velin et Limonest en région lyonnaise et Saint-Étienne.
Nous travaillons avec des abattoirs qui connaissent les besoins spécifiques de la restauration, différents de ceux de la grande distribution. Nous commandons une viande persillée et maturée (plus de 10 jours), avec une taille du piécé convenable. Il a fallu caler les choses, en particulier sur la régularité des commandes, qui permet en amont d’adapter la sortie des animaux. Et aujourd’hui ces produits partent bien. Désormais, les établissements Puigrenier proposent du steak haché dans le cadre de la démarche Éleveur et engagé, à nos 98 points de vente répartis sur toute la France. Nous allons parvenir, grâce à cela, à réaliser la péréquation à l’échelle de la demi-carcasse pour que le prix de revente à notre client ne soit pas trop décalé par rapport au marché et permette justement la rémunération des éleveurs.

Quel a été le retour financier pour les éleveurs ? Des objectifs de volume ont-ils été fixés pour le déploiement de cette démarche pour la viande bovine ?

P. E. - Sur la période de test, nous avons réalisé un chiffre d’affaires d’environ 80 000 euros et 20 000 euros de complément de prix ont été retournés aux éleveurs. Le cahier des charges Éleveur et engagé garantit un prix juste pour les éleveurs, basé sur leurs coûts de production, et vise à apporter de la transparence dans les relations entre éleveurs et distributeurs.
Actuellement, en moyenne 60 % de la viande bovine proposée par Métro est française. Dans le cadre de la charte lancée en janvier 2020, nous visons une augmentation de la quote-part origine France des produits bruts utilisés dans la restauration indépendante. Cette augmentation sera évaluée tous les ans grâce à la mise en place d’indicateurs.
Nous avons en France de beaux produits, et la consommation de viande bovine en restauration ne baisse pas. Nous allons créer des dynamiques de réseaux entre éleveurs et restaurateurs avec Métro France en trait d’union. Nous prévoyons des temps de réflexion filière et des temps de communication autour d’événements (animation dans les points de vente, visites d’élevages…). Le consommateur pourra reconnaître cette démarche grâce à la mise en place d’un logo J’aime cuisiner français ! qui pourra être intégré sur les cartes des restaurants.

Cette démarche d’éthique et de proximité initiée sur la viande bovine se décline désormais sur les autres produits, avec le lancement de la charte origine France.

P. E. - En août 2019, la balance commerciale agricole française est devenue négative, une situation inédite depuis 74 ans. L’origine France et l’approvisionnement local correspondent pourtant à une demande croissante des clients. Nous avons chez Métro France des équipes très motivées par cette approche. La charte origine France rassemble dix fédérations parmi les principales intervenant dans le secteur de la restauration commerciale, et d’autres sont invitées à nous rejoindre.

« Les échanges avec les éleveurs sont francs et efficaces »

(1) Nanterre, Nantes, Caen, Rouen et Rennes.

En savoir plus

La charte origine France lancée en janvier 2020 réunit la FNSEA, Jeunes agriculteurs, la FNB, Légumes de France, la Confédération française de l’aviculture, la Fédération nationale porcine, la Feef (Fédération des entreprises et des entrepreneurs de France), l’Umih et le GNI (syndicats de la restauration indépendante) et Métro France. Métro France est le 1er fournisseur de la restauration indépendante française avec 400 000 clients métiers de bouche.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Pour toucher le bonus haies, il faut faire certifier la gestion durable des haies.
PAC 2023 : un bonus haies de 7 euros l’hectare
Le bonus haies et le nouveau barème pour les infrastructures agroécologiques sont les deux nouveautés de la PAC 2023-2027…
Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
La convergence aggrave la perte sur l'aide couplée pour les systèmes engraisseurs spécialisés de jeunes bovins, naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins et naisseurs-engraisseurs de veaux sous la mère.
PAC 2023 : les aides du premier pilier ne favorisent pas les systèmes qui engraissent
D’après une simulation de l’Institut de l’élevage, les systèmes qui engraissent seraient franchement perdants sur le premier…
En Espagne, la convergence n'est pas favorable aux systèmes engraisseurs.
PAC 2023 : quels choix ont fait nos voisins européens pour les bovins viande ?
Chez nos voisins et partenaires européens, les aides couplées aux bovins viande évoluent globalement peu, et il n’y a pas…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Pour l’engraissement de jeunes bovins ou de femelles, les repères sont bousculés entre de nouveaux niveaux de charges alimentaires, et des cotations des animaux qui évoluent constamment et rapidement.
Une conjoncture déstabilisante pour l’engraissement
Entre volatilité des cours des matières premières pour l’engraissement des bovins viande et cotations inédites des animaux, les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande