Aller au contenu principal

Maya ou le mariage du maïs et du soja

Des associations bio de Rhône-Alpes expérimentent l’association de maïs et de soja. Un fourrage qui conserve le rendement et la valeur énergique du premier et voit sa valeur protéique améliorée.

Alors que le maïs est réputé mal supporter la concurrence d’une autre espèce végétale jusqu’au stade six feuilles, il semble plutôt heureux de sa cohabitation avec le soja sur le même rang.
Alors que le maïs est réputé mal supporter la concurrence d’une autre espèce végétale jusqu’au stade six feuilles, il semble plutôt heureux de sa cohabitation avec le soja sur le même rang.
© DR

En agriculture biologique, les prix très élevés des correcteurs azotés incitent les éleveurs à produire le maximum de protéines sur l’exploitation avec des assolements assez novateurs qui peuvent intéresser tout aussi bien les agriculteurs conventionnels à la recherche d’autonomie. Surtout, avec une culture aussi déséquilibrée que le maïs. Or, il a déjà été montré par le passé que celui-ci se marie bien au soja, grand pourvoyeur de protéines. Deux associations d’agriculteurs bio de Rhône-Alpes (Adabio, Ardab) conduisent depuis trois ans des essais d’association maïs-soja, également dénommée maya, et des éleveurs bio de la région, laitiers principalement, en ont déjà introduite dans leurs assolements. Les deux premières années d’essai - la troisième est en cours - ont montré que le soja ne pénalise ni le rendement ni la valeur énergétique du fourrage, tout en améliorant sensiblement la teneur en protéines.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande