Aller au contenu principal

Mauvaise adéquation entre offre et demande de viande bovine

© Infographie Réussir

La production française de viande bovine est déséquilibrée avec 60 % de femelles pour 40 % de mâles. Ce déséquilibre s’accentue encore un peu plus si on analyse les préférences du consommateur français. Ce dernier plébiscite la viande de femelles et boude celle de mâles, même si certaines régions ont une tradition de consommation de viande de jeunes bovins. Cela conduit à importer de la viande des femelles et à exporter celle des taurillons pour rétablir les équilibres entre offre et demande. « Le rééquilibrage se fait par le commerce extérieur », rappelait Caroline Monniot agro-économiste à l’Institut de l’élevage, dans une présentation visant à introduire les débats préalables à cette soirée « viande bovine » nivernaise. Cela s’est traduit en 2013 par l’importation de 317 500 tec (tonne équivalent carcasse) de viande de vache laitière, 21 500 tec de viande de vache allaitante, 7500 tec de viande de génisse allaitante, 21 000 tec de viande de bœuf de race à viande. Des chiffres à mettre en parallèle avec l’exportation de 241 000 tec de viande fraîche, congelée ou transformée. Des tonnages qui concernent alors principalement de la viande de JB.

Autre donnée clef à ne surtout pas occulter, la consommation de viande hachée vendue fraîche ou surgelée ne cesse de progresser. « Sa part est passée de 31 % en 2003 à 41 % du total de la consommation française de viande bovine cette année. C’est devenu le moteur de la consommation. » Il est désormais courant de voir des restaurants qui ne font pas partie des principales enseignes de la restauration rapide proposer des « burgers » à leur carte. Cette tendance commence à se ressentir dans les évolutions de prix des animaux. Sur certaines carcasses, la proportion de muscles destinés à être vendus hachés va croissante tandis que la viande vendue piécée tend à perdre du terrain. Cela a un impact sur le prix de certaines catégories et en particulier les vaches de conformation intermédiaire. « En faisant abstraction des écarts de prix très ponctuels, si on analyse sur le long terme l’évolution de la cotation entre les vaches O et R on observe une tendance à un resserrement des courbes. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande