Aller au contenu principal
Font Size

Dégâts
Maîtriser l’expansion démographique du grand gibier

Les populations de grand gibier sont désormais surabondantes, dans de nombreuses régions françaises. Cela se traduit par des dégâts aux cultures, un risque accru de collision sur les axes routiers et une forêt qui peine à se renouveler.


À cela vient s’ajouter « la suspicion grandissante quant à l’existence de liens entre certaines épizooties et une faune sauvage sur le même territoire ». Un rapport intitulé «mission sur les dégâts de grand gibier » publié par le ministère de l’Agriculture le 18 juin recommande la maîtrise des populations de grand gibier dans les 3 à 5 ans. Les actions à mettre en oeuvre doivent correspondre à une politique territorialisée de façon à répondre aux spécificités locales.


Ce rapport préconise entre autres, la suppression du plan de chasse pour le chevreuil et le sanglier dans certains départements. Ce rapport revient sur la tuberculose bovine. « La découverte dans la faune sauvage de cas ou de foyers installés (ou en voie d’installation) pose la question du risque de re-contamination des animaux domestiques et/ou de transmission à l’homme. » Et de préciser: « l’installation d’un réservoir sauvage persistant pourrait mettre en péril les programmes de lutte chez les bovins.


En effet, les expériences étrangères, notamment au Royaume-Uni, montrent que la tuberculose bovine est très difficile à éradiquer une fois installée dans la faune sauvage quels que soient les écosystèmes et les espèces touchées. Il convient par ailleurs de signaler que la surveillance et la lutte contre la tuberculose bovine ont un coût pour la société: en 2009, l’État a directement engagé près de 13,5 M€ pour la surveillance et la lutte contre la tuberculose bovine, dont 88 % d’indemnisation aux éleveurs. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande