Aller au contenu principal

Maîtriser les formats et conforter l’autonomie

Le National Aubrac a confirmé la dynamique de ces dernières années. Organisé tous les deux ans pour limiter les frais, l’édition 2014 sera couplée au Sommet de l’élevage.

L ‘ambiance semblait sereine sur le foirail de Laguiole, dans l’Aveyron lors du dernier National Aubrac. La progression régulière des effectifs, le nombre et l’engouement des jeunes éleveurs dont la passion semble au moins autant chevillée au corps que leurs aînés, la belle activité commerciale… Henry Peyrac, président de l’OS ne camouflait pas sa satisfaction devant les 520 animaux venus de six départements. « Le moral est revenu, mais il faut rester prudent. Nous continuons à conforter nos effectifs dans le berceau et de nouveaux cheptels se mettent en place dans d’autres départements. C’est très positif. Si de nouveaux éleveurs optent pour nos animaux ce n’est pas pour leurs beaux yeux, c’est pour les résultats économiques qu’ils permettent d’obtenir. » Il n’est donc pas question de dévier du cap fixé. L’objectif reste de travailler avec des animaux qui ne font pas la course au toujours plus gros et plus lourd. Surtout quand la conjoncture donne raison à l’autonomie alimentaire et à la recherche d’animaux avant tout valorisateurs de fourrages grossiers. « Nous ne cherchons pas à accroître poids et gabarit. Nos animaux sont très bien tels qu’ils sont actuellement. Il ne faut pas s’éloigner de cette notion de vache de montagne qui se nourrit de ce qui pousse sur nos estives et nos parcours. » Des mesures ont d’ailleurs été prises pour ne pas aller au-delà des formats actuels. Elles semblent bien acceptées des éleveurs, bien conscients que de la règle du « toujours plus » côté poids et format découle le constat du « beaucoup moins » pour l’aspect facilité de naissance et qualités d’élevage. Au moment du classement, les juges ont mis en avant des animaux râblés, compacts, solides sur leurs aplombs. Bernard de Lapanouse, chantre de l’Aubrac et éleveur passionné n’a pas manqué de remettre en avant la fameuse « ligne du dessous » à laquelle il accorde tant d’importance pour caractériser la notion de poids sans volume excessif avec surtout une bonne profondeur et capacité d’ingestion.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Après : Les salers peuvent boire mais n'ont plus la possibilité de patouiller dans le ruisseau. À signaler au centre de la photo, l'aménagement d'un franchissement avec un tuyau en PHED permettant au bétail et aux engins de franchir à sec le ruisseau.
De l’eau propre pour abreuver les bovins sans salir les ruisseaux
L’aménagement de points d’eau en pâture diminue le salissement des ruisseaux et les atteintes à l’environnement en permettant aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande