Aller au contenu principal

Maîtriser les formats et conforter l’autonomie

Le National Aubrac a confirmé la dynamique de ces dernières années. Organisé tous les deux ans pour limiter les frais, l’édition 2014 sera couplée au Sommet de l’élevage.

L ‘ambiance semblait sereine sur le foirail de Laguiole, dans l’Aveyron lors du dernier National Aubrac. La progression régulière des effectifs, le nombre et l’engouement des jeunes éleveurs dont la passion semble au moins autant chevillée au corps que leurs aînés, la belle activité commerciale… Henry Peyrac, président de l’OS ne camouflait pas sa satisfaction devant les 520 animaux venus de six départements. « Le moral est revenu, mais il faut rester prudent. Nous continuons à conforter nos effectifs dans le berceau et de nouveaux cheptels se mettent en place dans d’autres départements. C’est très positif. Si de nouveaux éleveurs optent pour nos animaux ce n’est pas pour leurs beaux yeux, c’est pour les résultats économiques qu’ils permettent d’obtenir. » Il n’est donc pas question de dévier du cap fixé. L’objectif reste de travailler avec des animaux qui ne font pas la course au toujours plus gros et plus lourd. Surtout quand la conjoncture donne raison à l’autonomie alimentaire et à la recherche d’animaux avant tout valorisateurs de fourrages grossiers. « Nous ne cherchons pas à accroître poids et gabarit. Nos animaux sont très bien tels qu’ils sont actuellement. Il ne faut pas s’éloigner de cette notion de vache de montagne qui se nourrit de ce qui pousse sur nos estives et nos parcours. » Des mesures ont d’ailleurs été prises pour ne pas aller au-delà des formats actuels. Elles semblent bien acceptées des éleveurs, bien conscients que de la règle du « toujours plus » côté poids et format découle le constat du « beaucoup moins » pour l’aspect facilité de naissance et qualités d’élevage. Au moment du classement, les juges ont mis en avant des animaux râblés, compacts, solides sur leurs aplombs. Bernard de Lapanouse, chantre de l’Aubrac et éleveur passionné n’a pas manqué de remettre en avant la fameuse « ligne du dessous » à laquelle il accorde tant d’importance pour caractériser la notion de poids sans volume excessif avec surtout une bonne profondeur et capacité d’ingestion.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Beaujolais charolaises
PAC : une coupe dans l'enveloppe des aides couplées bovins viande est envisagée
La Fédération nationale bovine alerte dans un communiqué après avoir découvert la première "copie" de la France pour la prochaine…
 © F. d'Alteroche
Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande
Les services du ministère de l’Agriculture ont présenté mi-mars aux professionnels les différentes options envisagées pour le…
De gauche à droite : Jérôme Séguinier, Thomas Gagnepain et Mathieu Haugoubart ont l'habitude de travailler ensemble en Cuma avec d'autres éleveurs. © M. Haugoubart
« Des matières premières haut de gamme à bon prix grâce à l’achat en commun pour complémenter mon troupeau »
À l’EARL Haugoubart dans la Nièvre, des matières premières sont achetées en commun par camions entiers avec un groupe de voisins…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande