Aller au contenu principal

Maîtriser la finition des femelles en élevage bovin allaitant biologique

L’âge à l’abattage, la note d’état initiale, le poids d’engraissement sont autant de facteurs qui viennent influencer la finition des femelles. Dans le Maine-et-Loire, la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou s’est penchée sur ces paramètres.

Pour la finition des femelles en agriculture biologique, mieux vaut privilégier les fourrages riches en MAT.
Pour la finition des femelles en agriculture biologique, mieux vaut privilégier les fourrages riches en MAT.
© J. Fortin - Ferme expérimentale Thorigné d'Anjou

« Depuis 2003, les prix payés à l’éleveur en agriculture biologique sont en augmentation, ce qui rend le contexte favorable à l’engraissement des femelles, sous réserve bien entendu, de disposer des surfaces fourragères nécessaires. La finition des femelles en régime hivernal pose encore problèmes en agriculture biologique. Afin d’aborder les différents paramètres inhérents à cette période de la vie des bêtes, on a relevé les résultats concernant la finition des femelles de l’exploitation de 2000 à 2014 », explique Julien Fortin de la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou dans le Maine-et-Loire. Pour comprendre les données présentées, il faut rappeler que le choix a été fait, sur la ferme conduite en agriculture biologique (depuis 1998), de partir sur une orientation génétique mixte viande. Il faut préciser également que le taux de renouvellement est assez élevé et que l’objectif est de produire des carcasses lourdes.

Sur la période étudiée, les vaches de conformation R+/U- ont été abattues en moyenne à un âge moyen de 5,3 ans pour un poids moyen carcasse de 418 kilos et un rendement de 54,8 %. La population d’étude se compose de 267 vaches ayant eu au moins un veau et abattues entre 2000 et 2014, avec un âge au premier vêlage supérieur à 27 mois.

Une augmentation des durées d’engraissement

L’évolution dans le temps a tout d’abord été appréciée sur trois périodes distinctes : de 2000 à 2004, de 2005 à 2009 et de 2010 à 2014. Sur les trois périodes étudiées, on constate que les vaches sont moins en état en début d’engraissement. Entre 2000 et 2004, la note d’état corporelle moyenne en début d’engraissement était de 2,27 contre 1,69 entre 2010 et 2014. Les durées d’engraissement sont également plus longues, passant de 81 jours en moyenne sur la période 2000-2004 à 136 jours entre 2010 et 2014, ce qui s’explique par une note moyenne d’état corporel initiale plus faible. « On observe également une augmentation des croissances et des rendements au cours du temps, ainsi que des gains de carcasse plus importants. D’autre part, on remarque que seulement 50 % des GMQ engraissement dépassent les 900 grammes par jour, les 1000 grammes de gain en finition ne sont donc pas atteints. Ces résultats peuvent s’expliquer par la sélection génétique faite sur la ferme, avec des animaux moins précoces, donc plus longs à engraisser néanmoins, il y a une forte variabilité des résultats », précise Julien Fortin.

Plusieurs critères ont par ailleurs été retenus afin de voir leurs conséquences sur la maîtrise de la finition des femelles. « On s’est donc attaché à regarder les effets de l’âge à l’abattage, de la note d’état initiale, du poids en début d’engraissement et du régime alimentaire. »

Pour en savoir plus : voir intégralité de l'article dans Réussir Bovins Viande de juin 2015. RBV n°227, p. 36 à 39.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande