Aller au contenu principal

Maïs fourrage : la variété et les conditions de culture déterminent la densité de semis

En-deçà des densités recommandées, la perte de rendement est en moyenne supérieure à l’économie réalisée sur le poste semences, observe Arvalis Institut du végétal au regard de résultats d’essais récents.

semis maïs fourrage
© DR

Comment définir la bonne densité d'un semis de maïs ?

Une vingtaine d’essais ont été réalisés par Arvalis Institut du végétal de 2014 à 2016 en Bretagne, Pays-de-la-Loire et Picardie. « La densité de plantes est la première composante du rendement » rappelle Arvalis Institut du végétal sur son site.

Rappelons que la densité de semis (grains/m²) peut être calculée directement à partir de la densité de plantation (plantes/m²). La densité de semis est toujours supérieure au nombre de plantes souhaité. Dans des conditions normales, on peut espérer une levée en champ de 95 %.

 

Formule de calcul de la densité de semis de maïs

La formule suivante permet de calculer la densité de semis du maïs fourrage :
Grains/m² = (plantes/m²/levée en champ) x 100

La densité optimale de semis d’une variété sur une parcelle doit être raisonnée en fonction de la précocité de la variété, du potentiel de la parcelle, de la date de semis, et de la disponibilité en eau aux différentes étapes du cycle.

La précocité et le type variétal sont à considérer d'abord pour déterminer la densité de semis car tout deux influent sur le nombre de plantes obtenues. Les variétés précoces ont en effet un nombre total de feuilles plus faible que les variétés tardives. Pour les variétés précoces, on devra augmenter le nombre de plantes afin d’atteindre une surface foliaire suffisante pour capter un maximum de rayonnement. D'autre part, les variétés à floraison précoce qui ont des grains cornés, ont un nombre potentiel de grains par épi défini. Pour augmenter le nombre de grains par hectare, lorsque les conditions sont bonnes, il faut dans ce cas augmenter le nombre de plantes. « En revanche pour les variétés à grains dentés, la différentiation du nombre d’ovules par rang est indéterminée ce qui offre davantage de possibilités de compensation en sous-densité. »

 

tableau arvalis densité semis maïs fourrage

 

 

Si le climat estival est favorable au maïs, les densités faibles pénalisent systématiquement le rendement

 

Ensuite, les conditions de culture influent sur l’impact de la densité au semis sur le rendement. « Lorsque le régime hydrique est moins favorable, la réponse à la densité est plus faible, voire nulle. Mais les incertitudes sur la disponibilité en eau ne doivent pas nécessairement conduire à des révisions à la baisse des densités. En conditions défavorables, les densités plus élevées sont mal valorisées mais n’entraînent pas pour autant de pertes de rendement. Par contre, si le climat estival est favorable au maïs, les densités faibles pénalisent systématiquement le rendement. La perte est alors plus importante que l’économie de semences réalisée à l’implantation » explique Michel Moquet d’Arvalis Institut du végétal.

 

Dans la plage des densités étudiées dans ces essais - entre 80 000 et 120 000 plantes/ha à la récolte - l’impact de la densité sur la valeur alimentaire reste relativement faible. « En tendance, la teneur en amidon et la digestibilité tiges-feuilles sont un peu plus faibles sur les densités plus élevées. »

 

Dans le cas d'un désherbage mécanique précoce (herse étrille), des pertes significatives entre semis et récolte peuvent intervenir. Il est alors conseillé d’enterrer un peu plus profond la graine et d’augmenter la densité.

 

Lire aussi :

 

Dossier : tout savoir sur le desherbage mécanique de précision

 

Quand les plantes appâts piègent les taupins

 

 

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
« A cause des campagnols terrestres, nos vaches ont mangé de la terre tout l’hiver »
Alexandra, Jean-Pierre et leur fils Florian Lannez travaillent en Gaec avec 95 vaches sur 140 ha. Ils sont confrontés aux…
De combien augmente le coût de production de la viande bovine avec la flambée des charges ?
L’Institut de l’Elevage a simulé l’impact de la flambée des charges sur le coût de production du kilo de viande bovine.
Alexis Thibault, Gaec de la Vallée des Blondes, 250 mères Blondes d’Aquitaine naisseur-engraisseur, 3 associés, à Le Busseau, dans les Deux-Sèvres
[Bioscurité] « J’utilise une cloche pour protéger les cadavres de bovins adultes»
Alexis Thibault du Gaec de la vallée des blondes dans les Deux-Sèvres a acheté une cloche à cadavres de grande dimension, qui…
Le cheptel allaitant poursuit son recul sur les premiers mois de 2022
Au 1er avril 2022, le cheptel de vaches allaitantes était en recul de 2.9 % par rapport à la même date en 2021.
Anticiper un recul des disponibilités en paille en réalisant dès à présent un stock de plaquettes
Le bois plaquette a fait ses preuves pour confectionner la litière dans les élevages cultivant peu de céréales mais disposant de…
Contrôle par vidéo en abattoir : un bilan positif de l'expérimentation
Après deux ans d’expérimentation, les cinq abattoirs qui ont testé la vidéo dressent un bilan positif. Si sa mise en œuvre est…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande