Aller au contenu principal

Maintien de la production française de taurillons allaitants

Des opportunités d'ateliers de jeunes bovins se dessinent dans les élevages laitiers où les éleveurs de plus de 50 ans n'ont pas de successeur.
Des opportunités d'ateliers de jeunes bovins se dessinent dans les élevages laitiers où les éleveurs de plus de 50 ans n'ont pas de successeur.
© C. Delisle

Selon les prévisions de l'Institut de l'élevage, la production française de gros bovins mâles plafonnerait à un peu plus de 480 000 tonnes équivalent carcasse en 2020 (- 6 % par rapport à 2013). Cette baisse proviendrait essentiellement du recul de l’engraissement de taurillons laitiers (- 30 % par rapport à 2013), alors que celle de taurillons de race à viande devrait se maintenir (753 000 têtes en 2020). « Le nombre de bœufs et de taurillons issus du troupeau allaitant et engraissé en France à l’horizon 2020 baisserait très marginalement, de 10 à 15 000 têtes. L’alourdissement des carcasses se poursuivra par ailleurs, avec un poids moyen des carcasses en hausse de 3 % », note l’Institut de l’élevage.

Des opportunités dans certaines exploitations laitières

Dans les élevages laitiers, l’avenir des ateliers de jeunes bovins devrait dépendre de leur dimension. « Les petits ateliers (inférieurs à 20 JB/an) paraissent en sursis dans les exploitations qui veulent développer la production laitière si les disponibilités en logement et en main-d’œuvre sont limitées. En revanche, la production de jeunes bovins peut se maintenir dans les exploitations sociétaires au sein desquelles chaque associé est responsable d’un atelier de taille conséquente, ce qui permet ainsi de répartir les risques face aux aléas croissants des marchés. »

Des opportunités de développement, voire de création d’ateliers semblent d’autre part apparaître dans les exploitations laitières où les éleveurs âgés de plus de 50 ans sans successeur peuvent faire le choix de cesser le lait au profit du jeune bovin, moyennant des investissements limités pour adapter des bâtiments amortis.

La DPI stimule l'engraissement de broutards

Une autre raison, fiscale, entre parfois en ligne de compte dans le maintien voire le développement d’ateliers de jeunes bovins. « Il s’agit de la déduction fiscale pour investissements, la DPI, qui permet aux agriculteurs de réduire leur bénéfice imposable sur lequel sont calculées les cotisations MSA. Elle permet de financer dans les cinq ans la constitution de stocks ou de parts sociales de coopératives. Dans des exploitations mixtes, le plus souvent de bonne taille, la DPI est ainsi devenue un outil stimulant l’engraissement de broutards achetés, participant ainsi au maintien de leur mixité. »

Professionnalisation de l’engraissement

La nouvelle PAC (perte de DPU par convergence) va principalement impacter les exploitations avec engraissement de jeunes bovins. Elle devrait ainsi accélérer la restructuration des engraisseurs spécialisés. Selon les estimations de l’Institut de l’élevage, ils pourraient perdre jusqu’à 30 % de leurs aides à l’horizon 2019. Aussi pour faire face à cette perte de revenus, soit ils peuvent faire plus de céréales et réduire l’engraissement, soit ils peuvent investir dans un atelier d’engraissement de plus en plus professionnel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande