Aller au contenu principal

Maintien de la production française de taurillons allaitants

Des opportunités d'ateliers de jeunes bovins se dessinent dans les élevages laitiers où les éleveurs de plus de 50 ans n'ont pas de successeur.
Des opportunités d'ateliers de jeunes bovins se dessinent dans les élevages laitiers où les éleveurs de plus de 50 ans n'ont pas de successeur.
© C. Delisle

Selon les prévisions de l'Institut de l'élevage, la production française de gros bovins mâles plafonnerait à un peu plus de 480 000 tonnes équivalent carcasse en 2020 (- 6 % par rapport à 2013). Cette baisse proviendrait essentiellement du recul de l’engraissement de taurillons laitiers (- 30 % par rapport à 2013), alors que celle de taurillons de race à viande devrait se maintenir (753 000 têtes en 2020). « Le nombre de bœufs et de taurillons issus du troupeau allaitant et engraissé en France à l’horizon 2020 baisserait très marginalement, de 10 à 15 000 têtes. L’alourdissement des carcasses se poursuivra par ailleurs, avec un poids moyen des carcasses en hausse de 3 % », note l’Institut de l’élevage.

Des opportunités dans certaines exploitations laitières

Dans les élevages laitiers, l’avenir des ateliers de jeunes bovins devrait dépendre de leur dimension. « Les petits ateliers (inférieurs à 20 JB/an) paraissent en sursis dans les exploitations qui veulent développer la production laitière si les disponibilités en logement et en main-d’œuvre sont limitées. En revanche, la production de jeunes bovins peut se maintenir dans les exploitations sociétaires au sein desquelles chaque associé est responsable d’un atelier de taille conséquente, ce qui permet ainsi de répartir les risques face aux aléas croissants des marchés. »

Des opportunités de développement, voire de création d’ateliers semblent d’autre part apparaître dans les exploitations laitières où les éleveurs âgés de plus de 50 ans sans successeur peuvent faire le choix de cesser le lait au profit du jeune bovin, moyennant des investissements limités pour adapter des bâtiments amortis.

La DPI stimule l'engraissement de broutards

Une autre raison, fiscale, entre parfois en ligne de compte dans le maintien voire le développement d’ateliers de jeunes bovins. « Il s’agit de la déduction fiscale pour investissements, la DPI, qui permet aux agriculteurs de réduire leur bénéfice imposable sur lequel sont calculées les cotisations MSA. Elle permet de financer dans les cinq ans la constitution de stocks ou de parts sociales de coopératives. Dans des exploitations mixtes, le plus souvent de bonne taille, la DPI est ainsi devenue un outil stimulant l’engraissement de broutards achetés, participant ainsi au maintien de leur mixité. »

Professionnalisation de l’engraissement

La nouvelle PAC (perte de DPU par convergence) va principalement impacter les exploitations avec engraissement de jeunes bovins. Elle devrait ainsi accélérer la restructuration des engraisseurs spécialisés. Selon les estimations de l’Institut de l’élevage, ils pourraient perdre jusqu’à 30 % de leurs aides à l’horizon 2019. Aussi pour faire face à cette perte de revenus, soit ils peuvent faire plus de céréales et réduire l’engraissement, soit ils peuvent investir dans un atelier d’engraissement de plus en plus professionnel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande