Aller au contenu principal

Race charolaise
L´organisme de sélection bientôt sur les rails

Les grands principes qui vont accompagner le passage de l´Upra charolaise à l´organisme de sélection dénommé « Charolais - France » ont été présentés à l´occasion de la dernière assemblée générale du herd-book Charolais.


Dans le cadre de la réforme du Dispositif génétique français inscrit dans la Loi d´orientation agricole du 5 janvier 2006, les actuelles Unités nationales de sélection et promotion de race (Upra) sont destinées à devenir organismes de sélection (OS). Cette transformation interviendra au plus tard le premier janvier prochain. Les différentes structures raciales sont donc déjà bien avancées dans les évolutions réglementaires à mettre en oeuvre de façon à modifier leurs statuts et passer de l´Upra à l´OS. Le 5 avril dernier, l´Upra charolaise qui avait été portée sur les fonds baptismaux en 1990 a présenté à la Commission nationale d´amélioration génétique (CNAG) les différents principes retenus pour le futur OS Charolais. A l´occasion de la dernière assemblée générale du herd-book Charolais, Jérôme Sagne, son directeur a donc fait un récapitulatif du projet tel qu´il a été présenté à la CNAG et qui est actuellement en attente de validation.
Jérôme Sagne. « L´organisme de sélection Charolais France va reprendre pratiquement toutes les missions de l´actuelle Upra, mais avec quelques bémols. » ©F. d´Alteroche

Des missions proches de celles des Upra actuelles
« Les évolutions de la réglementation font qu´un même OS peut être agréé pour une ou plusieurs races. Mais d´après les textes, rien n´empêche d´avoir plusieurs OS pour une seule et même race. L´état souhaite cependant conserver le principe d´une OS par race », a au préalable précisé Jérôme Sagne. Il devrait donc en être ainsi pour la première race allaitante française. Au sein des OS, la législation impose ensuite une notion de représentation équilibrée entre les partenaires pour que chaque intervenant et acteur au sein du dispositif puisse faire entendre son point de vue. Les trois collèges (voir schéma) qui vont composer le nouvel OS Charolais seront donc parfaitement équilibrés entre eux en disposant chacun de huit administrateurs pour autant de voix, tout en conservant une structure ouverte de façon à permettre l´entrée de nouveaux membres. « Nous avons voulu une structure légère dans son budget de fonctionnement. Ce sera possible en déléguant certaines missions à des organismes déjà existants. L´idée retenue est aussi d´utiliser au mieux les différentes compétences déjà existantes parmi les membres de l´OS. »
Autre aspect essentiel : le mode de financement de cet OS en tenant compte de la volonté de l´Etat de se désengager du financement de la génétique. Pour que l´OS puisse prétendre être agréé, il a été indispensable de prévoir et d´être en mesure de présenter un budget adapté, sans tabler sur des lignes de crédit en provenance des deniers publics pour boucher les trous.
Quelles seront ensuite les missions dévolues aux organismes de sélection ? « Ce seront peu ou prou celles relevant actuellement des Upra », a précisé Jérôme Sagne avant de les énumérer point par point. A savoir : définition des caractéristiques de la race, définition des critères d´appartenance d´un animal à la race et certification raciale, tenue du livre généalogique, orientation des programmes d´amélioration génétique et définition des objectifs de sélection, ingénierie de la morphologie raciale. Comme l´a précisé Jérôme Sagne, ce dernier aspect est relatif à la définition des tables de pointage des animaux, à la formation des agents chargés d´effectuer ce pointage mais également à l´habilitation de ces derniers à effectuer ce travail.

Enfin, parmi les autres missions attribuées à l´OS, vient la délivrance de documents relatifs à ces missions.
Il s´agit par exemple de l´édition des certificats généalogiques des reproducteurs de race pure. Enfin, l´OS est chargé de représenter les intérêts de la race auprès des partenaires institutionnels, qu´ils soient français ou étrangers.
« Mis à part quelques bémols, cela signifie donc que la quasi-totalité des missions jusque-là attribuées à l´Upra seront reprises par l´OS », a confirmé Jérôme Sagne. Parmi les changements, à signaler l´arrêt de l´agrément dans la conduite des programmes de sélection qui seront désormais du ressort des entreprises de sélection (ex Unités de sélection). De même, la notion d´agrément des reproducteurs à la monte publique est supprimée. Elle est laissée à l´appréciation de la nouvelle interprofession génétique (France Génétique Elevage) après qu´elle se soit concertée avec l´organisme de sélection.

« Cette interprofession génétique est donc garante du sérieux de la génétique française au niveau international », a souligné Jérôme Sagne. « Même si certaines actions ne relèvent plus forcément des missions réglementaires, cela ne veut pas dire pour autant que l´on passe la main. Il n´est simplement plus inscrit dans la loi que nous devons les réaliser. Mais rien ni personne ne pourra nous empêcher de le faire si nous les finançons nous-mêmes. »

Chaque collège disposera de huit voix et de huit administrateurs. Toutes les décisions seront prises à la majorité des deux tiers dans chacun des trois collèges et la direction sera collégiale avec un comité de direction qui inclura les directions du herd book Charolais mais également celles des deux principales entreprises de sélection concernées (Gènes Diffusion Optimal et Ucatrc).

Les plus lus

Charlie Peltier est installé depuis trois ans. Son système fourrager est basé sur un ensilage de méteil pour le volume et les prairies multiespèces pour la qualité.
En viande bovine, une installation bien pensée et bien vécue

Installé depuis trois ans en Loire-Atlantique, Charlie Peltier a choisi de conduire un système naisseur économe et autonome en…

Nicolas Viel élève 60 charolaises en bio en système naisseur sur 105 hectares de prairies. Il travaille seul mais peut compter sur le soutien de sa mère Catherine, qui ...
Installation en bovins viande : « J’ai dû adapter mon projet bâtiment au contexte économique »

Au moment de son installation en 2021, Nicolas Viel, éleveur de charolaises dans le Calvados, s’est lancé dans un projet de…

blonde d'Aquitaine salon de l'agriculture 2024
SIA 2024 : une blonde d'Aquitaine explose les scores des enchères à 28,40 euros le kilo de carcasse

Au Salon de l’Agriculture, l'association Blonde Pays d'Oc a organisé sa fameuse vente prestige ce lundi 26 février 2024. À la…

Vidéo : retrouvez le replay du concours de la race charolaise en direct au Salon de l'Agriculture 2024

Retrouvez ici le direct vidéo du grand ring du Salon International de l'Agriculture (Sia) 2024 à Paris et suivez en live le…

Photo de Minette et Rafael, champions du concours de la race Blonde d'Aquitaine, et de leurs éleveurs
SIA 2024 : retrouvez la vidéo et le palmarès du concours de la Blonde d'Aquitaine au Salon de l'Agriculture

Ce 29 février 2024, 40 animaux de race Blonde d'Aquitaine on défilé sur le grand ring du Salon de l'Agriculture à l'occasion…

SIA 2024 : retrouvez la vidéo et le palmarès du concours de la race salers au Salon de l'Agriculture

Ce mercredi 28 février 2024 s'est déroulé le concours de la race salers au Salon de l'Agriculture. Sur le ring principal, dix-…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande