Aller au contenu principal

L’Italie réduit ses achats de maigre

Les Italiens mangent moins de viande. Elle est surtout de moins en moins produite sur place, cela réduit leurs besoins en broutards.

L’offre en maigre est trop conséquente 
à l’automne puis insuffisante au printemps surtout en Charolais et race rustiques.
L’offre en maigre est trop conséquente
à l’automne puis insuffisante au printemps surtout en Charolais et race rustiques.
© F. d'Alteroche

Client historique des éleveurs allaitants français tant pour le maigre que la viande, le marché italien de la viande bovine n’est pas au mieux de sa forme. « La tendance est à la baisse régulière de la consommation. Elle avoisinait 25 kilos par habitant et par an en 2005. Elle est passée à 19,5 kilos l’an dernier », expliquait Caroline Monniot, agro-économiste à l’Institut de l’élevage lors de la journée « Grand angle viande » organisée en décembre dernier.


-16 % d’ici 2020 pour les volumes en maigre par rapport à 2013


Même si la part des viandes importées est en forte hausse (31 % en 2002, 41 % en 2013) cela ne joue pas en faveur des JB et génisses engraissés en France. Ils doivent composer avec la rude concurrence de viandes venues d’autres horizons. Le challenger actuel qui ne cesse de gagner des parts de marché est la Pologne.
Du côté du maigre, l’Italie est et demeurera longtemps le premier client de la France, mais le contexte évolue. D’après les prévisions de l’Institut de l’élevage, ce débouché ne concernera guère plus de 650 000 têtes d’ici 2020, soit une érosion de 16 % des volumes comparativement aux chiffres de 2013. Les ateliers qui se maintiendront seront essentiellement les unités de plus de 500 places. Le fait de disposer d’un méthaniseur pour valoriser déjections et sous-produits est analysé comme un atout pour consolider l’atelier en diversifiant les ressources. « La crise fait le ménage. Les engraisseurs opportunistes n’ont plus leur place. » Et avec un consommateur qui donne sa préférence à des portions pas trop chères, donc pas trop lourdes, la tendance est à l’allègement des carcasses.


Mieux répartir la sortie des broutards tout au long de l’année


Confirmant ces perspectives côté statistiques, Pierre Richard, directeur commercial Deltagro Union a apporté sa vision sur l’évolution de ce marché en insistant sur la nécessité de mieux répartir les sorties de broutards tout au long de l’année en écrêtant le pic automnal et en comblant le creux du printemps. « Pour nous c’est le problème n° 1. » Il concerne avant tout le charolais et les races rustiques. Les Limousins et les Blonds font figure de bons élèves. « Les gros ateliers intégrés ont une demande très régulière. Pour le Charolais et les croisés, nos quatre plus gros clients représentent 40 000 têtes et ils nous achètent des animaux toutes les semaines. En mai dernier, nous avons commercialisé 5000 Charolais et croisés. En octobre, on était à plus de 12 000. Il faut réduire cet écart et il faudrait pour cela que davantage d’éleveurs optent pour deux périodes de vêlages dans l’année. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande