Aller au contenu principal

Installation des étrangers
L´intégration sociale et professionnelle dépend de nombreux facteurs


Comment s´intègrent ces nouveaux arrivants sur le sol français ? « L´intégration dans le tissu agricole local est d´autant plus facile pour un étranger que le contact avec son prédécesseur se passe bien », a constaté Stéphanie Lesage, stagiaire ingénieur, lors de ses enquêtes. Et de noter aussi que la scolarisation des enfants est « un facteur qui favorise très nettement l´insertion sociale de toute la famille étrangère en France ». Mais, les situations sont vraiment contrastées, nuance Christelle Brosset de Terres d´Europe qui insiste sur la difficulté parfois à faire coïncider le projet de vie avec le projet professionnel. Les raisons initiales de la migration sont généralement professionnelles et pas forcément partagées par toute la famille. « Quand les gens ne se sont pas assez préparés ou qu´il n´y a pas unanimité dans le couple, la vie de tous les jours, avec la barrière de la langue, peut être suffisamment difficile pour qu´ils repartent. »
Y a-t-il beaucoup de vrais échecs avec retour au pays ? Difficile à dire. Il semble surtout que les situations difficiles ne soient pas rares. « Certains s´investissent très vite dans les Cuma, les groupes d´entraide, dans la vie sociale, surtout quand dans le couple, au moins un des deux maîtrise la langue. Et puis il y a des cas de repli communautaire dans des régions où il y a beaucoup d´agriculteurs étrangers. Globalement, parmi les candidats que nous voyons, la majorité s´intègre bien, mais c´est clairement lié à la langue. »
Parfois aussi, les migrants éprouvent des désillusions, à la fois économiques et techniques. « Ils pensent pouvoir vivre de leur métier d´agriculteur dans de meilleures conditions, mais le revenu n´est pas toujours à la hauteur de ce qu´ils espéraient. Beaucoup cherchent à reproduire à l´identique ce qu´ils faisaient chez eux et ils ont du mal à se réadapter à un autre climat, un autre sol, un autre réseau agricole, un marché différent... Au début, parfois, ils se brûlent un peu les ailes. »
Pour en savoir plus
Voir dossier de Réussir Bovins Viande de février 2005 intitulé « Anglais, Hollandais, Suisses, Italiens. Ils ont investi en France ». La revue en explique les raisons. « Un foncier parmi le moins cher d´Europe, des surfaces agricoles encore disponibles, une agriculture mieux reconnue que dans certains autres pays... Tous ces facteurs font que des étrangers, pour la plupart européens, sautent le pas et viennent s´installer dans les régions françaises pour y exercer leur métier d´éleveur. » Analyse, témoignages et expériences vécues. (RBV nº113, 14 pages.)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

Pac: les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020
Le montant unitaire de l'aide aux bovins allaitants est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande