Aller au contenu principal

L’Insémination par l’éleveur poursuit sa progression

L’accroissement de la taille des troupeaux et la volonté des éleveurs de piloter de façon autonome la reproduction de leurs femelles favorisent le développement de l’insémination par l’éleveur. Le nombre d’exploitants ayant recours à cette pratique a cru de 10 % en 2019 par rapport à 2018.

semences paillettes inséminations
Le nombre d’exploitants ayant recours à l'insémination par l'éleveur a cru de 10 % en 2019 par rapport à 2018.
© C. Delisle

« Depuis la fin des années 2000, l’insémination par l’éleveur est une pratique en développement dans toutes les zones d’élevages. Accroissement de la taille des troupeaux, volonté des éleveurs de piloter de façon autonome la reproduction de leurs vaches et génisses, tant pour des raisons économiques que techniques, ont été propices à cette évolution », souligne l’Institut de l’élevage. En 2019, ce sont 5 000 éleveurs qui ont eux-mêmes réalisé plus de 725 000 inséminations bovines (+ 64 000 IAT par rapport à 2018) dans leurs exploitations, soit 10 % d’éleveurs en plus par rapport à l’année précédente et une augmentation de + 5 % quant à l’effectif de l’insémination animale.

Dans 66 % des élevages, cette pratique représente une activité exclusive et l’ensemble des inséminations est effectué par l’éleveur. « Dans les départements où la densité d’élevages est très faible, le recours à la pratique de l’IPE est plus fréquent. La pratique est aussi plus développée, là où les troupeaux sont de grande taille. L'activité IPE représente ainsi 16% des IAP totales dans les cheptels comptabilisant plus de 100 IAP et 22% dans ceux à plus de 200 IAP. »

 

Un délai d’enregistrement des inséminations par l’éleveur dans le SNIG, d’un mois

« Pour assurer à la fois la traçabilité de la semence des reproducteurs et la certification de la filiation des veaux qui en sont issus, la réglementation demande que les entreprises de mise en place déclarent les IA dans le SNIG (système national génétique) dans un délai de deux semaines. Pour les éleveurs inséminant au sein de leur troupeau, le délai est porté à mois », précise l’Institut de l’élevage. Le délai moyen d’enregistrement des éleveurs inséminateurs est de 19 jours. Toutefois, 22 % des inséminations par l’éleveur restent encore déclarés hors délai.

 

A savoir !

Pour bien connaître le cadre de la pratique de l'insémination par l'éleveur au sein de son troupeau, une plaquette à destination des éleveurs et des techniciens est proposée par l'APCA et l'Institut de l'Elevage.

 

Lire aussi : de la semence sexée mâle pour modifier le sexe ratio

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
« Nous voulons être encore là demain »
Delphine Freyssinier est en Gaec avec son père Christian à Trizac dans le Cantal. Leur exploitation est forcément très orientée…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Hugues Pichard, nouveau Président de Races de France
Le Président de l’Organisme de Sélection Charolais France est depuis le premier octobre le nouveau Président de Races de France,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande