Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Ethologie
L'Inra observe et analyse comment les vaches choisissent leur repas au pré

Ce que les bovins choisissent d’avaler au pâturage, en qualité et en quantité, influence leurs performances zootechniques et leur impact sur les couverts végétaux.

La diversité du couvert végétal stimule l’ingestion des bovins. F. D’ALTEROCHE
La diversité du couvert végétal stimule l’ingestion des bovins. F. D’ALTEROCHE
© F.Alteroche

La vitesse de prise d’une bouchée, le choix des sites alimentaires dans une parcelle, le temps passé à pâturer dans une journée… toutes ces décisions résultent d’un compromis entre les préférences de l’animal et différentes contraintes du milieu. Ces contraintes sont relatives au chargement, à la disponibilité et à l’agencement des différents végétaux dans le couvert végétal, à la localisation des points d’eau et des zones de couchage, à l’éventuelle complémentation mise à disposition, mais aussi à la morphologie de l’animal, à son état physiologique, à son statut « social ». Les apprentissages alimentaires jouentils un rôle dans le comportement des bovins ? Ou bien cherchent-ils simplement à maximiser leur ingestion d’énergie en un minimum de temps ? « Les deux logiques jouent », a expliqué Cécile Ginane, de l’équipe relations animal-plantes et aliments de l’Inra de Theix, à l’occasion des journées 3 R en décembre 2008.

Un régime équilibré

Sur un couvert homogène, c’est la disponibilité en herbe et le format des animaux qui déterminent principalement l’ingestion. L’Inra a modélisé l’ingestion des bovins allaitants au pâturage, ce qui permet de prévoir les performances animales permises. Mais ce modèle, qui utilise le type de prairies, le chargement et la stratégie de conduite, demeure un outil de recherche car il n’est pas validé dans toutes les situations rencontrées en élevage. Sur des couverts hétérogènes, les animaux ont une possibilité de choix. De nombreuses expériences ont montré que les ruminants tendent à sélectionner des aliments leur apportant un équilibre entre protéines et énergie ingérées, et par là un certain confort digestif. Le format des bovins et le niveau de leurs besoins influencent alors ces choix. « Les femelles en lactation sélectionnent davantage les zones à haute valeur nutritive que les femelles taries. La complémentation au pâturage, telle que l’on peut la pratiquer en systèmes bovins allaitants, a été testée à l’Inra, mais elle n’a pas eu d’effet sur ce comportement », rapporte Cécile Ginane. Les herbivores peuvent apprendre les conséquences nutritionnelles et toxiques des végétaux. On a pu observer que les bovins et les ovins savent éviter des plantes toxiques ou encore la végétation contaminée par les fecès suspectibles de contenir des larves de parasites gastro-intestinaux. « Ils ont la capacité de catégoriser les aliments. Il faut encore trouver sur quels critères les animaux fondent ces choix. » L’expérience alimentaire qu’ont les animaux dans leur jeune âge joue aussi sur leurs choix faits à l’âge adulte. Par exemple, les jeunes habitués à consommer des fourrages plus ou moins ligneux en consomment davantage une fois adultes que ceux qui ne les ont pas goûtés jeunes.

Des apprentissages

Les prairies proposant plusieurs éléments à pâturer, plus ou moins disponibles et de qualité variable, augmentent la motivation des bovins et des ovins à pâturer. Le temps de pâturage est accru et les quantités ingérées aussi. Cette stimulation de l’ingestion pourrait s’organiser à différentes échelles de temps, que ce soit au cours d’une journée ou d’une semaine à l’autre. Expérimentalement, une augmentation de 10 % des quantités ingérées a aussi été mise en évidence à l’auge lorsqu’on offre à des bovins le choix entre différents types de fourrage conservés. « Proposer une certaine diversité alimentaire leur permet de sélectionner un régime équilibré et peut stimuler leur ingestion », conclut donc Cécile Ginane. Ces connaissances pourraient aboutir à mieux comprendre comment inciter les bovins à consommer davantage telle ou telle plante, pour planifier au mieux l’exploitation des parcelles, ou bien parce qu’elle est intéressante pour la qualité de la viande ou du lait

En savoir plus

Pour la préservation de milieux à intérêt environnemental, on utilise souvent des races rustiques. Une étude menée en 2007, à laquelle participait l’Inra, comparait la sélection alimentaire de différentes races de bovins et d’ovins, sur quatre sites à travers l'Europe. À format et expériences alimentaires identiques, les animaux de différentes races consomment un régime assez voisin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande