Aller au contenu principal

Alimentation
L´ingestion conditionnée par la disponibilté de l´herbe

Selon le système fourrager, la période de vêlage et la région, la vache allaitante tire du pâturage de 50 à 75 % de ses besoins alimentaires annuels. Le point avec l´Inra sur les connaissances de l´ingestion au pâturage.


Pour une Charolaise de 650 kg élevée en région de plaine et ayant vêlé début février, le pâturage fournit 70 % des besoins énergétiques du couple mère-veau ramenés à l´année. « Les besoins se répartissent entre 2260 UFL en période de pâturage et 960 UFL en période d´hivernage », rapporte l´Inra. La contribution du pâturage est maximale dans le cas d´un vêlage après la mise à l´herbe et d´un allaitement de courte durée, allant jusqu´au milieu de l´automne. Par contre, elle est d´autant plus faible que la période de lactation en bâtiment est longue et que la perte d´état hivernale doit rester modeste pour assurer la reproduction avant la mise à l´herbe. Des vêlages précoces en hiver permettent cependant de tirer le meilleur parti de la pousse de printemps du fait que les veaux sont suffisamment développés et âgés pour brouter et que la vache, étant avancée dans sa lactation, a atteint sa pleine capacité d´ingestion.
En cas de complémentation des veaux en aliments concentrés, la contribution du pâturage à la satisfaction de leurs besoins est très vite réduite car le taux de substitution des concentrés à l´herbe est élevé : il est de 0,5. Ceci signifie que si les veaux consomment 1 kg de MS de concentré supplémentaire par jour, ils ingèreront 0,5 kg de matière sèche d´herbe en moins soit environ 3,3 kg bruts d´herbe.
Facteur de « disponibilité » de l´herbe
La contribution du pâturage à la satisfaction des besoins azotés ramenés à l´année est comparable. Il existe cependant un grand excès azoté lors du pâturage des jeunes pousses de printemps et des regains.
Théoriquement, la capacité d´ingestion au pâturage peut être évaluée selon le même modèle que celui utilisé pour la période hivernale. L´ingestion augmente marginalement en fonction du poids vif et de la quantité de lait produite. Mais en pratique, l´Inra s´est aperçu que les quantités d´herbe ingérées réellement mesurées représentent 10 à 20 % de moins que ce que le calcul pouvait estimer. « Au pâturage, l´offre est souvent volontairement restreinte pour maîtriser la hauteur des refus et maintenir la qualité des repousses. Dans ces conditions, la capacité d´ingestion des vaches n´est vraisemblablement pas toujours comblée, note l´Inra. Il faut faire intervenir le facteur de « disponibilité » de l´herbe pour estimer mieux la capacité d´ingestion. » La disponibilité est souvent estimée par modélisation à partir de la biomasse ou de la hauteur d´herbe et elle est aussi liée au chargement appliqué.

Source : Les tables Inra 2007.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Des fiches pour réussir son bâtiment logettes en vaches allaitantes
Communes dans les élevages laitiers, les stabulations à logettes sont nettement moins fréquentes dans les systèmes allaitants. L’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande