Aller au contenu principal

Alimentation
L´ingestion conditionnée par la disponibilté de l´herbe

Selon le système fourrager, la période de vêlage et la région, la vache allaitante tire du pâturage de 50 à 75 % de ses besoins alimentaires annuels. Le point avec l´Inra sur les connaissances de l´ingestion au pâturage.


Pour une Charolaise de 650 kg élevée en région de plaine et ayant vêlé début février, le pâturage fournit 70 % des besoins énergétiques du couple mère-veau ramenés à l´année. « Les besoins se répartissent entre 2260 UFL en période de pâturage et 960 UFL en période d´hivernage », rapporte l´Inra. La contribution du pâturage est maximale dans le cas d´un vêlage après la mise à l´herbe et d´un allaitement de courte durée, allant jusqu´au milieu de l´automne. Par contre, elle est d´autant plus faible que la période de lactation en bâtiment est longue et que la perte d´état hivernale doit rester modeste pour assurer la reproduction avant la mise à l´herbe. Des vêlages précoces en hiver permettent cependant de tirer le meilleur parti de la pousse de printemps du fait que les veaux sont suffisamment développés et âgés pour brouter et que la vache, étant avancée dans sa lactation, a atteint sa pleine capacité d´ingestion.
En cas de complémentation des veaux en aliments concentrés, la contribution du pâturage à la satisfaction de leurs besoins est très vite réduite car le taux de substitution des concentrés à l´herbe est élevé : il est de 0,5. Ceci signifie que si les veaux consomment 1 kg de MS de concentré supplémentaire par jour, ils ingèreront 0,5 kg de matière sèche d´herbe en moins soit environ 3,3 kg bruts d´herbe.
Facteur de « disponibilité » de l´herbe
La contribution du pâturage à la satisfaction des besoins azotés ramenés à l´année est comparable. Il existe cependant un grand excès azoté lors du pâturage des jeunes pousses de printemps et des regains.
Théoriquement, la capacité d´ingestion au pâturage peut être évaluée selon le même modèle que celui utilisé pour la période hivernale. L´ingestion augmente marginalement en fonction du poids vif et de la quantité de lait produite. Mais en pratique, l´Inra s´est aperçu que les quantités d´herbe ingérées réellement mesurées représentent 10 à 20 % de moins que ce que le calcul pouvait estimer. « Au pâturage, l´offre est souvent volontairement restreinte pour maîtriser la hauteur des refus et maintenir la qualité des repousses. Dans ces conditions, la capacité d´ingestion des vaches n´est vraisemblablement pas toujours comblée, note l´Inra. Il faut faire intervenir le facteur de « disponibilité » de l´herbe pour estimer mieux la capacité d´ingestion. » La disponibilité est souvent estimée par modélisation à partir de la biomasse ou de la hauteur d´herbe et elle est aussi liée au chargement appliqué.

Source : Les tables Inra 2007.

Les plus lus

élevage de vaches de race aubrac en Lozère
« Avec nos 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement, nous dégageons 50 000 euros de revenu disponible pour deux associés »

En Lozère, David et Ludovic Cayrel élèvent 90 vaches aubracs et 60 génisses à l’engraissement chaque année. La valorisation de…

éleveurs bovins viande bâtiment charolaise
« Nous faisons naître 360 veaux dans l’hiver sous un même bâtiment »

Le Gaec Gauthé, dans la Nièvre, a choisi il y a une vingtaine d’années de faire vêler dans un grand bâtiment les vaches…

Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises situé à Ceyrat dans le Puy-de-Dôme
Astuce d'éleveur : des piquets fixés par du sable dans des manchons de PVC

Situé en zone pavillonnaire, Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises, a dû tenir compte des contraintes…

Jean-Michel, Michelle et leur fils Damien : « Le bâtiment, peu profond, permet de voir tout le troupeau en un coup d'œil. »
Bâtiment d’élevage : « Nous avons changé plusieurs fois d’avis avant d’aboutir à un projet façonné selon nos besoins »

Jean-Michel, Michelle et Damien Martin, situés dans la Creuse, ont lancé leur projet de bâtiment en 2019. Entre l’idée de…

Les marchés de bétail vif font face à la décapitalisation

En 2023, les marchés de bétail vif ont enregistré une baisse d’activité de 8,8 %, en lien notamment avec la décapitalisation.…

« Ma rotation n’est pas figée. Elle est plutôt opportuniste et s’adapte en fonction des rendements », explique Fabien Fabre, basé à Cassagnes-Bégonhès dans ...
« Je produis toute l’alimentation des vaches allaitantes en semis direct sous couvert »

Au cœur de l’Aveyron, l’EARL Mazel Fabre produit toute l’alimentation de ses vaches allaitantes en semis direct sous couvert…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande