Aller au contenu principal

Luzerne
L'indice de dormance permet de bien choisir une variété de luzerne

Le premier critère de choix d’une variété de luzerne est l’indice de dormance. La finesse des tiges n’a plus lieu d’être prise en compte.

© S. Leitenberger

Une variété de luzerne se choisit au sein de celles ayant un indice de dormance adapté à la zone géographique, tout comme on choisit un maïs dans une gamme de précocité », explique Julien Greffier du Gnis. Si la dormance n’est pas adaptée aux conditions locales, la qualité de l’implantation de la luzerne n’est pas impactée mais le potentiel de la variété peut être affecté tout en limitant la pérennité de la luzernière.


La dormance est une adaptation de la plante pour supporter le froid de l’hiver. Elle est estimée pour chaque variété par un indice. Une note faible corres- pond à une dormance élevée c’est-à- dire un repos végétatif précoce à l’au- tomne et un redémarrage tardif au printemps. Physiologiquement, la dormance correspond à une mise en réserve plus ou moins importante de substances nutritives pour passer l’hiver. Elle illustre la capacité de la plante à supporter le froid dans la durée, mais elle n’est pas liée à la résistance aux basses températures.


La terminologie des types de luzerne évolue. « On ne parle plus de type flamand et type provence, mais plutôt de type nord et type sud », précise Julien Greffier. Les luzernes de type nord ont un indice de dormance variant à peu près de 3,5 à 5,5 et celles de type sud omme on choisit un maïs dans une ont un indice plutôt supérieur ou égal à 6. Il n’existe pas de limite officielle pour qualifier les types, mais un indice de 6 semble être une valeur charnière. Ensuite, le choix d’une variété se raisonne en fonction du mode d’exploitation que l’on souhaite. Les luzernes de type nord fournissent une première coupe relativement plus abondante que les types sud, et sont donc bien plus intéressantes dans les situations où l’on veut privilégier les stocks de printemps. Elles restent par ailleurs les seules adaptées au climat de certaines régions de la moitié nord de la France. Les variétés de type sud pour leur part résistent mieux à des coupes fréquentes et répondent bien au besoin des éleveurs qui souhaitent étaler la production sur l’année. Leur utilisation se développe, comme en région Pays de la Loire par exemple. Il existe par ailleurs des variétés à port étalé et plus résistantes au piétinement qui sont bien adaptées au pâturage.


Résistance aux nématodes et à la verticilliose


La finesse des tiges n’a plus lieu d’être prise en compte pour choisir une variété étant donnée l’offre disponible au catalogue aujourd’hui. Ce critère n’est d’ailleurs plus noté pour l’inscription officielle depuis 2005. « Certaines grosses tiges sont riches en cellulose, bien digestibles, et des tiges fines peuvent être riches en lignine, donc apporter une résistance à la verse mais être peu digestibles », poursuit Julien Greffier.


L’un des critères à ne pas négliger en fonction des risques locaux demeure la résistance aux nématodes. Les notes de résistance des variétés disponibles actuellement varient de 4,7 à 7,7, ce qui correspond à une capacité plus ou moins importante de la luzerne à limiter la multiplication des nématodes. Il n’y a aucun produit homologué actuellement pour le traitement des semences de luzerne. Le brossage mécanique des graines pratiqué par certains semenciers fonctionne plutôt bien, mais acheter de la semence certifiée apporte la garantie « zéro nématode ». Enfin, la résistance à la verticilliose mérite une certaine attention notamment au nord de la Loire, les variétés présentant des différences assez significatives entre elles quant à leur résistance à ce pathogène.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande