Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L’indice de dormance permet de bien choisir une variété de luzerne

Le premier critère de choix d’une variété de luzerne est l’indice de dormance. La finesse des tiges n’a plus lieu d’être prise en compte.

Un indice faible correspond à une dormance élevée c’est-à-dire un repos végétatif précoce à l’automne et un redémarrage tardif au printemps.
Un indice faible correspond à une dormance élevée c’est-à-dire un repos végétatif précoce à l’automne et un redémarrage tardif au printemps.
© S. Leitenberger

« Une variété de luzerne se choisit au sein de celles ayant un indice de dormance adapté à la zone géographique, tout comme on choisit un maïs dans une gamme de précocité », explique Julien Greffier du Gnis. Si la dormance n’est pas adaptée aux conditions locales, la qualité de l’implantation de la luzerne n’est pas impactée mais le potentiel de la variété peut être affecté tout en limitant la pérennité de la luzernière.
La dormance est une adaptation de la plante pour supporter le froid de l’hiver. Elle est estimée pour chaque variété par un indice. Une note faible correspond à une dormance élevée c’est-à-dire un repos végétatif précoce à l’automne et un redémarrage tardif au printemps. Physiologiquement, la dormance correspond à une mise en réserve plus ou moins importante de substances nutritives pour passer l’hiver. Elle illustre la capacité de la plante à supporter le froid dans la durée, mais elle n’est pas liée à la résistance aux basses températures.
La terminologie des types de luzerne évolue. « On ne parle plus de type flamand et type provence, mais plutôt de type nord et type sud », précise Julien Greffier. Les luzernes de type nord ont un indice de dormance variant à peu près de 3,5 à 5,5 et celles de type sud ont un indice plutôt supérieur ou égal à 6. Il n’existe pas de limite officielle pour qualifier les types, mais un indice de 6 semble être une valeur charnière.
Ensuite, le choix d’une variété se raisonne en fonction du mode d’exploitation que l’on souhaite. Les luzernes de type nord fournissent une première coupe relativement plus abondante que les types sud, et sont donc bien plus intéressantes dans les situations où l’on veut privilégier les stocks de printemps. Elles restent par ailleurs les seules adaptées au climat de certaines régions de la moitié nord de la France. Les variétés de type sud pour leur part résistent mieux à des coupes fréquentes et répondent bien au besoin des éleveurs qui souhaitent étaler la production sur l’année. Leur utilisation se développe, comme en région Pays de la Loire par exemple. Il existe par ailleurs des variétés à port étalé et plus résistantes au piétinement qui sont bien adaptées au pâturage.



Résistance aux nématodes et à la verticilliose


La finesse des tiges n’a plus lieu d’être prise en compte pour choisir une variété étant donnée l’offre disponible au catalogue aujourd’hui. Ce critère n’est d’ailleurs plus noté pour l’inscription officielle depuis 2005.
« Certaines grosses tiges sont riches en cellulose, bien digestibles, et des tiges fines peuvent être riches en lignine, donc apporter une résistance à la verse mais être peu digestibles », poursuit Julien Greffier.
L’un des critères à ne pas négliger en fonction des risques locaux demeure la résistance aux nématodes. Les notes de résistance des variétés disponibles actuellement varient de 4,7 à 7,7, ce qui correspond à une capacité plus ou moins importante de la luzerne à limiter la multiplication des nématodes. Il n’y a aucun produit homologué actuellement pour le traitement des semences de luzerne. Le brossage mécanique des graines pratiqué par certains semenciers fonctionne plutôt bien, mais acheter de la semence certifiée apporte la garantie « zéro nématode ». Enfin, la résistance à la verticilliose mérite une certaine attention notamment au nord de la Loire, les variétés présentant des différences assez significatives entre elles quant à leur résistance à ce pathogène.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Yves Lagorsse est parti d’une idée de son épouse pour imaginer et construire ce parc mobile associant râtelier et cornadis et destiné à bloquer des bovins et intervenir plus aisément sur des lots à l’herbe. Construit il y a une vingtaine d’années avec deux voisins à partir de matériaux de récupération, l’outil est toujours utilisé aujourd’hui. Avec 10,5 mètres de long, « il n’est pas aux normes actuelles pour aller sur la route ». Lorsqu’il ... © E. Durand
Un parc mobile pour intervenir en pâtures
Yves Lagorsse, éleveur en Corrèze (19), utilise un parc mobile depuis plus de vingt ans. Il est très pratique pour intervenir sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande