Aller au contenu principal

L’impact indirect du Brexit

Le Brexit pourrait se traduire par une réorientation d’une partie des exportations irlandaises de viande bovine jusque-là pour une grande partie vendue au Royaume-Uni.

Le 23 juin dernier, les électeurs britanniques se sont prononcés pour la sortie de leur pays de l’Union européenne. Bien des agriculteurs britanniques se sont émus de cette décision. D’après une étude menée pour le compte de la NFU (National farmer’s Union of England and Wales) principal syndicat agricole britannique, les fermes anglaises pourraient perdre, hors de l’UE, de 17 000 à 34 000 euros. Pour pallier à ces inquiétudes, le nouveau gouvernement britannique a récemment annoncé qu’il comptait verser jusqu’en 2020 le même niveau de subventions qu’accordé par l’Union européenne (UE).

La France exporte outre-Manche d’abord du vin et du fromage

Quel sera ensuite l’impact de cette décision pour les échanges de produits agroalimentaires entre la France et le Royaume-Uni ? « Pour la France, le premier poste d’exportation est historiquement constitué par les boissons alcoolisées — les exportations de vins représentant environ 1,2 Md € — suivi des produits laitiers et particulièrement des fromages, puis des préparations à bases de céréales (biscuits, pains spéciaux…). En moyenne pour les produits agricoles et alimentaires, le Royaume-Uni représente environ 10 % de nos exportations. Notre solde reste déficitaire sur les produits de la mer et les viandes et abats (avec notamment les viandes ovines) », explique FranceAgrimer.

La France est importatrice nette de produits bovins en provenance du Royaume-Uni depuis 2006. « Les opérateurs anglais expédient sur le marché français principalement de la viande bovine fraîche (7 000 tonnes/an). Le Royaume-Uni fait ainsi partie de nos dix premiers pays fournisseurs (8e rang), mais à un niveau modeste face à l’Irlande et la Belgique (27 000 tonnes/an), les Pays-Bas (au 1er rang avec 64 000 tonnes/an) et l’Allemagne (2e, 45 000 tonnes/an) », précise FranceAgrimer.

Réorientation possible des flux de viande irlandaise

De par leur position de premiers fournisseurs du Royaume-Uni pour la viande bovine, les éleveurs irlandais pourraient être les plus lourdement impactés – au moins dans un premier temps – par le Brexit. « Les Irlandais sont de loin les plus affectés par la dévaluation de la livre et la perspective de voir réapparaître des droits de douane. Ils vont commencer à prospecter plus intensément les marchés continentaux, mais aussi les marchés tiers pour leurs viandes bovines et ovines. En effet, le RU représente aujourd’hui une part considérable de l’exportation des viandes irlandaises ovines (30 % en 2015) et surtout bovines (53 % en 2015) », analyse Philippe Chotteau responsable du département économie des filières à l’Institut de l’élevage. L’impact à craindre pour les producteurs français serait alors plus indirect que direct.

Presque autant d’allaitantes que de laitières

D’après Eurostat, fin 2014 le cheptel bovin du Royaume-Uni totalisait 1,883 million de vaches laitières et 1,536 million de vaches allaitantes. Pour ce qui est des tonnages produits, les statistiques de FranceAgrimer font état d’une production de 0,89 million de téc par an. Cela positionne le Royaume-Uni au 3e rang des producteurs européens, derrière la France et l’Allemagne. Cette production provient pour 40 % de l’abattage de bœufs, pour 27 % de génisses et pour 30 % de vaches. Le Royaume-Uni n’est pas autosuffisant dans la mesure où la consommation intérieure avoisine 1,182 million de téc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande