Aller au contenu principal

Limiter la pression sanitaire en contrôlant l'hygiène des bâtiments

Encore peu pratiquée en préventif, la désinfection des bâtiments d’élevage fait partie des opérations de contrôle des problèmes sanitaires. Pour être complète, elle doit être accompagnée d’une élimination des rongeurs et des insectes.

Quatre-vingt pour cent de la désinfection passe par un bon curage, détrempage et nettoyage. Une désinfection sur surfaces sales n'a aucun intérêt.
Quatre-vingt pour cent de la désinfection passe par un bon curage, détrempage et nettoyage. Une désinfection sur surfaces sales n'a aucun intérêt.
© A. Labry/Farago Sud-Ouest

La désinfection des bâtiments d’élevage représente une étape essentielle dans la prévention des maladies infectieuses, même si elle est apparaît souvent comme fastidieuse. Elle ne se résume pas à l’application d’un détergent mais comprend un ensemble d’opérations, de nettoyage, de lavage, de désinfection (passage d’un désinfectant) et la mise en place d’un vide sanitaire. Toutes ces actions contribuent ainsi à réduire la pression des microorganismes présents dans le milieu, pression d’autant plus forte aujourd’hui avec l’agrandissement des troupeaux. Pour maximiser l’efficacité du désinfectant, ce protocole doit être maîtrisé dans sa totalité. Encore peu d’élevages profitent de la période estivale pour réaliser ce processus après le curage des bâtiments.

Associer la désinfection à d’autres mesures préventives

Pour être complète, la désinfection doit être associée à d’autres mesures préventives qui passent par la destruction des vecteurs contaminants (rongeurs, insectes). À commencer par la dératisation. Lutter contre les rongeurs passe par la prévention. Des mesures d’hygiène et de propreté limitent l’intérêt pour les rongeurs à venir s’installer dans les bâtiments. Ces mesures sont à associer à un plan de lutte, basé sur l’indispensable utilisation d’anticoagulants. La mise en oeuvre de ces produits est technique et délicate. Il faut tenir compte d’un certain nombre de connaissances sur le comportement des différentes espèces de rongeurs.

Il ne faut pas non plus oublier la désinsectisation. Mouches, moucherons et poux sont les principaux insectes nuisibles en élevages bovins viande. En ce qui concerne les poux, il n’est pas possible de réaliser de désinsectisation en bâtiments. Les mouches, en plus d’être un vecteur de maladies, peuvent aussi impacter la production de viande de l’ordre de 5 à 7 kilos par animal. Contre elles, l’important est d’intervenir tôt, d’apporter un maximum d’hygiène dans les bâtiments et de privilégier les traitements larvicides pour détruire les jeunes.

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Bovins Viande de mai 2015. RBV n°226, p. 18 à 28.

Au sommaire :

. p. 20 - Désinfection, un protocole rigoureux à suivre.

Maintenir un niveau bas d'infection dans les bâtiments.

. p. 24 - Lutter contre les rongeurs passe par la prévention.

Assurer des mesures d'hygiène et de propreté.

. p. 26 - Désinsectisation, agir avant l'invasion.

Respecter le protocole contre les mouches et autres parasites.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande