Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Limiter la pression sanitaire en contrôlant l'hygiène des bâtiments

Encore peu pratiquée en préventif, la désinfection des bâtiments d’élevage fait partie des opérations de contrôle des problèmes sanitaires. Pour être complète, elle doit être accompagnée d’une élimination des rongeurs et des insectes.

Quatre-vingt pour cent de la désinfection passe par un bon curage, détrempage et nettoyage. Une désinfection sur surfaces sales n'a aucun intérêt.
Quatre-vingt pour cent de la désinfection passe par un bon curage, détrempage et nettoyage. Une désinfection sur surfaces sales n'a aucun intérêt.
© A. Labry/Farago Sud-Ouest

La désinfection des bâtiments d’élevage représente une étape essentielle dans la prévention des maladies infectieuses, même si elle est apparaît souvent comme fastidieuse. Elle ne se résume pas à l’application d’un détergent mais comprend un ensemble d’opérations, de nettoyage, de lavage, de désinfection (passage d’un désinfectant) et la mise en place d’un vide sanitaire. Toutes ces actions contribuent ainsi à réduire la pression des microorganismes présents dans le milieu, pression d’autant plus forte aujourd’hui avec l’agrandissement des troupeaux. Pour maximiser l’efficacité du désinfectant, ce protocole doit être maîtrisé dans sa totalité. Encore peu d’élevages profitent de la période estivale pour réaliser ce processus après le curage des bâtiments.

Associer la désinfection à d’autres mesures préventives

Pour être complète, la désinfection doit être associée à d’autres mesures préventives qui passent par la destruction des vecteurs contaminants (rongeurs, insectes). À commencer par la dératisation. Lutter contre les rongeurs passe par la prévention. Des mesures d’hygiène et de propreté limitent l’intérêt pour les rongeurs à venir s’installer dans les bâtiments. Ces mesures sont à associer à un plan de lutte, basé sur l’indispensable utilisation d’anticoagulants. La mise en oeuvre de ces produits est technique et délicate. Il faut tenir compte d’un certain nombre de connaissances sur le comportement des différentes espèces de rongeurs.

Il ne faut pas non plus oublier la désinsectisation. Mouches, moucherons et poux sont les principaux insectes nuisibles en élevages bovins viande. En ce qui concerne les poux, il n’est pas possible de réaliser de désinsectisation en bâtiments. Les mouches, en plus d’être un vecteur de maladies, peuvent aussi impacter la production de viande de l’ordre de 5 à 7 kilos par animal. Contre elles, l’important est d’intervenir tôt, d’apporter un maximum d’hygiène dans les bâtiments et de privilégier les traitements larvicides pour détruire les jeunes.

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Bovins Viande de mai 2015. RBV n°226, p. 18 à 28.

Au sommaire :

. p. 20 - Désinfection, un protocole rigoureux à suivre.

Maintenir un niveau bas d'infection dans les bâtiments.

. p. 24 - Lutter contre les rongeurs passe par la prévention.

Assurer des mesures d'hygiène et de propreté.

. p. 26 - Désinsectisation, agir avant l'invasion.

Respecter le protocole contre les mouches et autres parasites.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande