Aller au contenu principal

Limiter la pression sanitaire en contrôlant l'hygiène des bâtiments

Encore peu pratiquée en préventif, la désinfection des bâtiments d’élevage fait partie des opérations de contrôle des problèmes sanitaires. Pour être complète, elle doit être accompagnée d’une élimination des rongeurs et des insectes.

Quatre-vingt pour cent de la désinfection passe par un bon curage, détrempage et nettoyage. Une désinfection sur surfaces sales n'a aucun intérêt.
Quatre-vingt pour cent de la désinfection passe par un bon curage, détrempage et nettoyage. Une désinfection sur surfaces sales n'a aucun intérêt.
© A. Labry/Farago Sud-Ouest

La désinfection des bâtiments d’élevage représente une étape essentielle dans la prévention des maladies infectieuses, même si elle est apparaît souvent comme fastidieuse. Elle ne se résume pas à l’application d’un détergent mais comprend un ensemble d’opérations, de nettoyage, de lavage, de désinfection (passage d’un désinfectant) et la mise en place d’un vide sanitaire. Toutes ces actions contribuent ainsi à réduire la pression des microorganismes présents dans le milieu, pression d’autant plus forte aujourd’hui avec l’agrandissement des troupeaux. Pour maximiser l’efficacité du désinfectant, ce protocole doit être maîtrisé dans sa totalité. Encore peu d’élevages profitent de la période estivale pour réaliser ce processus après le curage des bâtiments.

Associer la désinfection à d’autres mesures préventives

Pour être complète, la désinfection doit être associée à d’autres mesures préventives qui passent par la destruction des vecteurs contaminants (rongeurs, insectes). À commencer par la dératisation. Lutter contre les rongeurs passe par la prévention. Des mesures d’hygiène et de propreté limitent l’intérêt pour les rongeurs à venir s’installer dans les bâtiments. Ces mesures sont à associer à un plan de lutte, basé sur l’indispensable utilisation d’anticoagulants. La mise en oeuvre de ces produits est technique et délicate. Il faut tenir compte d’un certain nombre de connaissances sur le comportement des différentes espèces de rongeurs.

Il ne faut pas non plus oublier la désinsectisation. Mouches, moucherons et poux sont les principaux insectes nuisibles en élevages bovins viande. En ce qui concerne les poux, il n’est pas possible de réaliser de désinsectisation en bâtiments. Les mouches, en plus d’être un vecteur de maladies, peuvent aussi impacter la production de viande de l’ordre de 5 à 7 kilos par animal. Contre elles, l’important est d’intervenir tôt, d’apporter un maximum d’hygiène dans les bâtiments et de privilégier les traitements larvicides pour détruire les jeunes.

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Bovins Viande de mai 2015. RBV n°226, p. 18 à 28.

Au sommaire :

. p. 20 - Désinfection, un protocole rigoureux à suivre.

Maintenir un niveau bas d'infection dans les bâtiments.

. p. 24 - Lutter contre les rongeurs passe par la prévention.

Assurer des mesures d'hygiène et de propreté.

. p. 26 - Désinsectisation, agir avant l'invasion.

Respecter le protocole contre les mouches et autres parasites.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande