Aller au contenu principal

Limiter la pression sanitaire en contrôlant l'hygiène des bâtiments

Encore peu pratiquée en préventif, la désinfection des bâtiments d’élevage fait partie des opérations de contrôle des problèmes sanitaires. Pour être complète, elle doit être accompagnée d’une élimination des rongeurs et des insectes.

Quatre-vingt pour cent de la désinfection passe par un bon curage, détrempage et nettoyage. Une désinfection sur surfaces sales n'a aucun intérêt.
Quatre-vingt pour cent de la désinfection passe par un bon curage, détrempage et nettoyage. Une désinfection sur surfaces sales n'a aucun intérêt.
© A. Labry/Farago Sud-Ouest

La désinfection des bâtiments d’élevage représente une étape essentielle dans la prévention des maladies infectieuses, même si elle est apparaît souvent comme fastidieuse. Elle ne se résume pas à l’application d’un détergent mais comprend un ensemble d’opérations, de nettoyage, de lavage, de désinfection (passage d’un désinfectant) et la mise en place d’un vide sanitaire. Toutes ces actions contribuent ainsi à réduire la pression des microorganismes présents dans le milieu, pression d’autant plus forte aujourd’hui avec l’agrandissement des troupeaux. Pour maximiser l’efficacité du désinfectant, ce protocole doit être maîtrisé dans sa totalité. Encore peu d’élevages profitent de la période estivale pour réaliser ce processus après le curage des bâtiments.

Associer la désinfection à d’autres mesures préventives

Pour être complète, la désinfection doit être associée à d’autres mesures préventives qui passent par la destruction des vecteurs contaminants (rongeurs, insectes). À commencer par la dératisation. Lutter contre les rongeurs passe par la prévention. Des mesures d’hygiène et de propreté limitent l’intérêt pour les rongeurs à venir s’installer dans les bâtiments. Ces mesures sont à associer à un plan de lutte, basé sur l’indispensable utilisation d’anticoagulants. La mise en oeuvre de ces produits est technique et délicate. Il faut tenir compte d’un certain nombre de connaissances sur le comportement des différentes espèces de rongeurs.

Il ne faut pas non plus oublier la désinsectisation. Mouches, moucherons et poux sont les principaux insectes nuisibles en élevages bovins viande. En ce qui concerne les poux, il n’est pas possible de réaliser de désinsectisation en bâtiments. Les mouches, en plus d’être un vecteur de maladies, peuvent aussi impacter la production de viande de l’ordre de 5 à 7 kilos par animal. Contre elles, l’important est d’intervenir tôt, d’apporter un maximum d’hygiène dans les bâtiments et de privilégier les traitements larvicides pour détruire les jeunes.

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Bovins Viande de mai 2015. RBV n°226, p. 18 à 28.

Au sommaire :

. p. 20 - Désinfection, un protocole rigoureux à suivre.

Maintenir un niveau bas d'infection dans les bâtiments.

. p. 24 - Lutter contre les rongeurs passe par la prévention.

Assurer des mesures d'hygiène et de propreté.

. p. 26 - Désinsectisation, agir avant l'invasion.

Respecter le protocole contre les mouches et autres parasites.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande