Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Cultures fouragères
L´hybride de ray-grass italien et de ray-grass anglais combine productivité et pérennité

Il existe différents types de ray-grass hybride aux comportements bien distincts. Certains peuvent aujourd´hui être exploités trois ans.


Les ray-grass hybrides sont le résultat de croisements entre des ray-grass anglais et des ray-grass italiens. Le but de ce croisement est de conjuguer d´une part la vitesse d´implantation, l´importance de la pousse de printemps du RGI et d´autre part les repousses feuillues, la pérennité du RGA.
Certaines variétés de RGH présentent des caractéristiques très proches de celles d´un ray-grass italien avec une production très rapide au printemps et une pérennité de 24 à 30 mois.
Un autre groupe de variétés de RGH sont plus pérennes et plus souples d´exploitation au pâturage après un ou deux cycles d´exploitation, moins remontantes. Ce second groupe de variétés peut être inscrit sous la dénomination type italien, type anglais ou type intermédiaire.
©S. Bourgeois


Un rendement de 12 à 13 tonnes de MS par an
Les variétés, en grande majorité, sont aujourd´hui tétraploïdes. Il en existe quelques-unes diploïdes disponibles actuellement sur le marché et d´autres sont en cours de sélection. Elles pourraient être à conseiller aux éleveurs qui souhaitent faire beaucoup de fauches. Les tétraploïdes ont des feuilles et des tiges plus développées et plus riches en eau. Le ray-grass hybride fournit une quantité très importante de fourrage au printemps. Il s´installe facilement. Et il rend douze à treize tonnes de matière sèche sur les deux premières années d´exploitation retenues dans les essais d´inscription des variétés. « Sa valeur alimentaire est équivalente à celle d´un RGI en ce qui concerne les variétés diploïdes et tétraploïdes au comportement très italien, et elle est nettement meilleure pour les variétés au comportement plus anglais », estime Claude Alleton de RAGT Semences.

« Les RGH comme les RGI sont peu exigeants pour la qualité des sols. Leur résistance au froid et à la sécherese est équivalente à celle d´un RGI », explique Alain Besnard d´Arvalis (Institut du végétal). Le RGH peut être exploité pendant trois ans en bénéficiant de bonnes conditions. C´est-à-dire selon la variété au moins deux fois plus longtemps qu´un RGI.
« Pour la réussite de la troisième année d´exploitation, les conditions de pâturage comptent beaucoup. Il faut que le RGH ait bénéficié jusque-là de bonnes conditions de pâturage du point de vue de la portance du sol. Si le printemps a été humide, le passage de l´ensileuse a pu aussi compromettre son développement, ce qui est bien sûr difficilement évitable », rappelle Alain Besnard. Le raisonnement de la fertilisation phospho-potassique se fait selon la méthode Comifer à partir d´une analyse de sol.

« Pour la fertilisation azotée, on peut calculer par la méthode des bilans une dose annuelle à ne pas dépasser en fonction du rendement (en moyenne de l´ordre de 180 unités pour un rendement de 12 tMS/ha). La fertilisation azotée doit être ensuite raisonnée à chaque exploitation. » Pour préparer un ensilage début mai, la dose d´azote à apporter sera de l´ordre de 100 unités, plus ou moins 20 unités selon la fourniture par an d´azote par le sol. Pour une seconde exploitation, 40 unités suffisent si le RGH est pâturé et 50 à 60 unités s´il est fauché. Plus tard en saison, l´apport d´azote qui est à raisonner en fonction de la météo ne dépassera pas 30 à 40 unités.
A l´automne, la minéralisation de l´azote du sol suffira normalement à la nutrition du RGH. En général, un traitement est rarement nécessaire, sauf en cas de développement de rumex ou de mouron.
La méthode Comifer à partir d´une analyse de terre. ©Arvalis - Institut du végétal
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Covid 19] Quand l'éleveur François Garrivier prend la plume et dénonce l’attitude des acteurs de l’aval de la filière viande
Eleveur de Charolaises dans la Loire, François Garrivier dénonce le double discours des acteurs de l’aval de la filière viande…
chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande