Aller au contenu principal

L’extension du parc du Sommet de l'élevage prévue pour 2016

Pour la 24e édition du Sommet de l’élevage, ses organisateurs ont rempli toutes les surfaces d’exposition disponibles. Une extension du parc est programmée pour l’an prochain.

En attendant son extension tant attendue, le Sommet ouvrira ses portes pour sa 26e édition au parc des expositions de la Grande Halle d'Auvergne.DR
En attendant son extension tant attendue, le Sommet ouvrira ses portes pour sa 26e édition au parc des expositions de la Grande Halle d'Auvergne.DR
© DR

Incontournable rendez-vous d’octobre, le prochain Sommet de l’élevage accueillera 2000 animaux de 70 races différentes et 1 315 exposants, lesquels seront répartis sur 75 000 m² de surface d’exposition soit 6000 m2 supplémentaires. L’an dernier, 85 000 visiteurs avaient fait le déplacement dont 4000 internationaux provenant de 70 pays. Une légère progression est attendue pour cette édition même si le salon reste cantonné à trois jours.

Pour 2016, Jacques Chazalet et Fabrice Berthon, respectivement président et commissaire général confirment dès à présent une extension de 25 000 m² du plateau d’exposition. Autant de surfaces âprement négociées depuis deux ans avec les différentes collectivités locales, et promises aux organisateurs par le conseil régional d’Auvergne, actuel propriétaire des lieux. Avec de telles perspectives, les organisateurs visent toujours plus haut. « Clermont-Ferrand doit devenir la capitale mondiale du commerce de l’élevage », ambitionne Fabrice Berthon.

La Limousine à l’honneur

Plus particulièrement organisé à l'attention des visiteurs étrangers, un programme de choix incluant de nombreuses visites d’élevage a été concocté avec l’ensemble des partenaires. Trente-cinq visites sont programmées contre 28 l’an passé, avec un pré-tour de découverte de filières, le mardi 6 octobre. « La vraie plus-value du Sommet de l’élevage, c’est de pouvoir faire découvrir aux visiteurs étrangers in situ les conditions réelles de l’élevage français », insiste Jacques Chazalet.

Un sentiment partagé par Marc Gambarotto, directeur général de France Limousin Sélection, maître d’œuvre du concours national Limousin qui, pour la troisième fois prendra ses quartiers à la Grande Halle d’Auvergne. Et si pour les premières éditions du Sommet de l’élevage certains sélectionneurs limousins n’étaient pas convaincus, force est de constater qu’ils se bousculent désormais au portillon avec plus de candidats potentiels que de places disponibles.

Pour pallier au manque de surfaces couvertes, la remise en service du Zénith pour les concours nationaux, comme cela avait été le cas en 2009 avec la Salers et en 2010 avec la Charolaise, a été une nouvelle fois évoquée. Une hypothèse possible « même si cela constitue une prouesse technique et un engagement financier conséquent », estime Jacques Chazalet.

Outre sa place de rendez-vous d’affaires, le Sommet de l’élevage se positionnera comme à l’accoutumée comme l’un des temps forts de la rentrée agricole. Et entre la conjoncture et la météo brûlante de cet été, le contexte pourrait être chaud bouillant dans les travées du salon.

Toutes les races sur le web TV

Les concours seront filmés et retransmis sur le web TV du sommet via son site internet et pourront être visionnés en direct ou en rediffusion pour tous ceux qui ne souhaitent rien rater de ces événements. Aubrac, vendredi de 9h à 10h45 ; Blonde, mercredi de 13h30 à 15h30 ; Charolais, mercredi de 16h15 à 18h45 ; Gascon, jeudi de 12h30 à 14h00 ; Parthenais, jeudi de 10h45 à 12h ; Salers, jeudi de 9h à 11h30. Le concours national Limousin occupera le ring viande les mercredi matin, jeudi après-midi et vendredi après-midi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande