Aller au contenu principal

L'Espagne subit le contrecoup de la crise monétaire turque

Après trois années dynamiques, les exportations espagnoles sont désormais dans une situation plus contrastée, selon la lettre mensuelle de conjoncture de l'Institut de l'Elevage.      

broutards limousins engraissés en Espagne
© B.Griffoul

D'après Tendances de l'Institut de l'Elevage paru le 15 janvier, en Espagne, les cours des jeunes bovins sont désormais sensiblement touchés par les effets collatéraux de la crise monétaire turque.

 

"La cotation du JB R a été supérieure à 3,80 euro/kgC pendant plus d'un an, de septembre 2017 à septembre 2018, grâce à l'ouverture du marché turc aux jeunes bovins vifs finis. Avec la réduction de ce débouché, la tendance est désormais à la baisse marquée des cours." La cotation du JB R atteignait 3,73 euro/kgC en semaine 50, soit 7 % de moins qu'il y a un an.

 

Du fait des exportations importantes en vif sur la Turquie, les envois de viande bovine avaient globalement reculé en 2018 pour cette destination de 11 % sur les neuf premiers mois de 2018, par rapport à la même période de 2017.

 

Sur les marchés européens de l'Espagne (Portugal, France, Pays-Bas, Italie), la baisse des volumes de viande expédiés est également d'environ 10 %. Et les envois vers son principal client parmi les pays tiers, l'Algérie, ont baissé de 11 %.

 

"Les jeunes bovins non exportés vers la Turquie doivent maintenant trouver leur place sur le marché communautaire peu porteur, mais la compétitivité de la viande espagnole devrait fournir des marges de manoeuvre aux opérateurs" selon l'Institut de l'Elevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Flavien Fayolle mesure 1,75 mètre et malgré un été caniculaire très déficitaire en eau son switchgrass en seconde année de végétation a réalisé une belle croissance.
Deux hectares de panic érigé pour réduire les achats de paille de litière
Pour remédier en partie à leur déficit en paille, les associés du Gaec Fayolle en Corrèze ont semé l’an dernier quatre parcelles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande