Aller au contenu principal
Font Size

Les systèmes avec maïs plus consommateurs de carburant

Une étude conduite dans des élevages bovins viande du bassin charolais a permis de mettre en évidence l’impact des pratiques et du parcellaire sur les consommations de carburant.

© Infographie Réussir

Dans le cadre du Casdar Salenpro (Systèmes allaitants - environnement et production), « nous avons mené une étude avec pour objectif de mettre en évidence les impacts des pratiques fourragères et les caractéristiques du parcellaire sur la consommation de carburant, afin d’identifier des leviers et de quantifier les marges de progrès possibles en vue de réduire les impacts environnementaux, tout en maintenant les performances de production en élevage bovins viande », a expliqué Jean Devun de l’Institut de l’élevage, lors des journées Rencontres Recherche Ruminants de décembre.

Ce travail a été entrepris à partir d’exploitations allaitantes des réseaux de l’Inra et de l’Institut de l’élevage – chambres d’agriculture du bassin charolais. « La démarche visait à établir un modèle de prédiction de la quantité de carburant utilisée, en partant de l’hypothèse que cette consommation dépendait principalement du nombre d’hectares de cultures fourragères (maïs ensilage), du nombre d’hectares de cultures de ventes, du nombre d’hectares d’herbe récoltée en première et deuxième coupes, de son mode de récolte et de distribution. » Les données ont été recueillies au sein de 171 exploitations spécialisées bovins viande avec plus ou moins de cultures, 51 ont fait l’objet d’enquêtes complémentaires sur le parcellaire. Un des objectifs de ces enquêtes a été de caractériser le parcellaire en prenant en compte l’éclatement et la dispersion, mais aussi la diversité des situations vis-à-vis, par exemple, du broyage de haies, de façon à en évaluer les conséquences sur les consommations de carburant.

Une majoration de 13 % avec un parcellaire éclaté

« Cette analyse fait apparaître l’influence très significative des pratiques fourragères sur les consommations de carburant. Deux classes de consommation de carburant ont été définies en fonction du système fourrager : avec ou sans maïs ensilage. Les exploitations avec ensilage de maïs sont les plus consommatrices. Les enquêtes complémentaires ont montré d’autre part que les caractéristiques du parcellaire jouent également un rôle. Ainsi, les exploitations au parcellaire regroupé voient leur utilisation de carburant minorée d’environ 11 %. À l’inverse, celles au parcellaire éclaté ou dispersé ont des consommations majorées d’environ 13 % », poursuit Jean Devun. Elles ont aussi permis d’estimer les temps et les consommations de carburant consacrés au broyat de haies qui prend en moyenne 45 minutes et demande 8 litres de carburant, par hectare de SAU. D’autres facteurs comme la puissance et la dimension des matériels, les techniques culturales et les types de sols restent à étudier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande