Aller au contenu principal

Les Rolls de l'Elevage toujours convoités

Les animaux très conformés - E et U - totalisent à peine 10 % des gros bovins abattus en France. Leur bonne valorisation est très liée à l’existence de professionnels de la découpe sachant tirer profit de tous les muscles de la carcasse.

© F. Alteroche

L’an dernier, d'après les statisitiques de la BDNI et de Normabev, 6 558 génisses et 7915 vaches classées E ont été abattues en France. Pour les U, les mêmes sources font état de 80 928 génisses et 121 104 vaches. Il y eut aussi quelques 11500 boeufs classés E et U. Cela représente finalement environ 230 000 animaux très conformés - U et E ont été abattus en France. Ils représentent à peine 10 % du nombre total de gros bovins.


Une forte proportion d’entre eux ont été valorisés dans le cadre de différentes démarches qualité. Les statistiques de Fil Rouge, la Fédération interprofessionnelle des labels rouges boeuf, veau et agneau fait état pour 2009(1) de 59 676 gros bovins labellisés pour lesquels il est légitime de penser qu’il y a une forte proportion d’animaux classés E et U. Différentes autres démarches qualité (AOC, CCP, IGP, marques d’entreprise) ont également permis de valoriser une partie de ces carcasses très conformées. La boucherie traditionnelle, via ses achats à des chevillards ou en direct sur les exploitations, a écoulé une part importante de ces animaux, qu’ils aient ou non été produits dans le cadre d’une démarche qualité. La part restante concerne ceux commercialisés par la grande distribution ou encore la vente directe. Il n’est malheureusement pas possible de mettre un chiffre précis sur les tonnages écoulés par le biais de chacun de ces créneaux pour les animaux correspondant à ce segment de marché.


Ce sont les professionnels de la boucherie, qu’ils soient indépendants ou salariés de la grande distribution, qui sont les mieux à même de tirer parti de ces carcasses haut de gamme. Malheureusement, cette profession attire peu les jeunes. « La pénurie de bouchers professionnels implique une réduction du savoir-faire, notamment pour la valorisation globale des carcasses. », rappelle l’Institut de l’élevage dans un récent rapport sur l’adéquation qualitative offre/demande en viande bovine. Associé à l’évolution des habitudes de consommation et à la multiplication des linéaires en libre-service dans la grande distribution, les achats des ménages tendent à se recentrer sur quelques muscles nobles en piécé et sur des viandes élaborées, steak haché en tête.


Un tableau qui à première vue peut paraître bien noir pour le devenir des animaux de très bonne qualité bouchère. Alors produire ce type de carcasse est-il encore justifié si une part croissante de leurs muscles doit terminer en steak haché faute de professionnels pour les valoriser? La forte implication de la grande distribution dans les concours d’animaux de boucherie qui ont eu lieu ces dernières semaines incite à croire que les carcasses très conformées ont encore toute leur place sur le marché. Pour les années à venir, cette affirmation ne pourra cependant être confirmée que lorsqu’une solution aura été trouvée pour permettre un meilleur renouvellement des générations de bouchers et de professionnels de la découpe.

Dossier - le marché des animaux très conformés


Concours d'animaux de boucherie de haute qualité : la demande ne doit pas excéder l'offre


Gros bovins Label Rouge : en boucherie traditionnelle mais aussi en grande distribution


Une IGP pour Fleur d'Aubrac : la reconnaissance de vingt ans de travail

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande