Aller au contenu principal

Les risques liés à la sècheresse sont toujours très présents

Malgré les belles pluies de début mai, souvent salvatrices pour la pousse de l’herbe du printemps, le risque de sècheresse est toujours très présent sur une grosse partie du territoire français. Les zones les plus concernées sont situées dans un large Centre étendu au quart Nord-Est.

Avec des nuances selon les départements, le mois d’avril a été, d’après les données statistiques rapportées par Météo France, « le 3ème mois d’avril le plus chaud depuis 1900 ». L’écart à la normale est de plus de 3 ° C pour les régions Ouest, Nord, Nord-Est, Centre-Est et Sud-Ouest alors qu’il n’est que de + 1,1 ° C et + 1,6 ° C respectivement pour les parties Sud-Est et la Corse.

Précipitations quasi absentes début avril

Côté pluviométrie, les précipitations ont été quasi absentes durant la première quinzaine du mois. « Des pluies localement orageuses ont ensuite concerné la façade atlantique, le Sud-Ouest et les régions méditerranéennes avec

notamment un épisode méditerranéen intense et précoce du 19 au 22 sur le Roussillon et la Corse. En revanche, le nord-est et le centre-est du pays ont été peu arrosés. Ce déficit pluviométrique, associé à des températures élevées et à un ensoleillement remarquable, a contribué à l’assèchement des sols superficiels sur ces régions. En moyenne sur le pays et sur le mois, le déficit a été proche de 30 %. » souligne Météo France.

Vaste quart nord est

Celà se traduit au premier mai par un indice d’humidité des sols superficiels qui affiche des valeurs inférieures aux normales sur un vaste quart nord-est allant jusqu’à la Haute-Normandie et à la Sarthe ainsi que dans le centre d’Auvergne - Rhône-Alpes. Le déficit atteint par endroits 30 à 50 %, depuis les départements de la Loire et de l’Allier au sud de la Champagne ainsi qu’en Alsace et Lorraine. Les épisodes pluvieux qui ont eu lieu au cours de la première quinzaine de mai ont détendu la situation en redonnant un coup de fouet à la végétation qui commençait à souffrir sérieusement du déficit hydrique. Pour autant ces pluies ont eu une intensité très irrégulière et la situation demeure particulièrement fragile dans de nombreux départements.

Onze départements à risque

Le Comité national de l’eau s’est réuni le 14 mai et sous l’égide d’Emmanuelle Wargon la secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, « afin d’échanger sur les principes à mettre en œuvre pour mieux anticiper les difficultés liées aux épisodes de sécheresse à venir » selon le communiqué publié par le ministère. Les régions les plus à risque à cette date sont Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne Franche-Comté, Grand-Est, Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine. Onze départements (Ain, Allier, Ardèche, Isère, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Haut-Rhin, Rhône, Haute-Saône et Saône-et-Loire) présentent d’ors et déjà un niveau de risque « très probable » (cumulant les risques débits des rivières, niveau des eaux souterraines, cumul de précipitations non excédentaires et sécheresse des sols), en matière de sécheresse pour cet été. La seconde quinzaine de mai de devrait pas se traduire par d’importantes précipitations et risque d’agraver la situation même si elle va permettre de récolter des fourrages dans d’excellentes conditions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande