Aller au contenu principal
Font Size

Les risques liés à la sècheresse sont toujours très présents

Malgré les belles pluies de début mai, souvent salvatrices pour la pousse de l’herbe du printemps, le risque de sècheresse est toujours très présent sur une grosse partie du territoire français. Les zones les plus concernées sont situées dans un large Centre étendu au quart Nord-Est.

Avec des nuances selon les départements, le mois d’avril a été, d’après les données statistiques rapportées par Météo France, « le 3ème mois d’avril le plus chaud depuis 1900 ». L’écart à la normale est de plus de 3 ° C pour les régions Ouest, Nord, Nord-Est, Centre-Est et Sud-Ouest alors qu’il n’est que de + 1,1 ° C et + 1,6 ° C respectivement pour les parties Sud-Est et la Corse.

Précipitations quasi absentes début avril

Côté pluviométrie, les précipitations ont été quasi absentes durant la première quinzaine du mois. « Des pluies localement orageuses ont ensuite concerné la façade atlantique, le Sud-Ouest et les régions méditerranéennes avec

notamment un épisode méditerranéen intense et précoce du 19 au 22 sur le Roussillon et la Corse. En revanche, le nord-est et le centre-est du pays ont été peu arrosés. Ce déficit pluviométrique, associé à des températures élevées et à un ensoleillement remarquable, a contribué à l’assèchement des sols superficiels sur ces régions. En moyenne sur le pays et sur le mois, le déficit a été proche de 30 %. » souligne Météo France.

Vaste quart nord est

Celà se traduit au premier mai par un indice d’humidité des sols superficiels qui affiche des valeurs inférieures aux normales sur un vaste quart nord-est allant jusqu’à la Haute-Normandie et à la Sarthe ainsi que dans le centre d’Auvergne - Rhône-Alpes. Le déficit atteint par endroits 30 à 50 %, depuis les départements de la Loire et de l’Allier au sud de la Champagne ainsi qu’en Alsace et Lorraine. Les épisodes pluvieux qui ont eu lieu au cours de la première quinzaine de mai ont détendu la situation en redonnant un coup de fouet à la végétation qui commençait à souffrir sérieusement du déficit hydrique. Pour autant ces pluies ont eu une intensité très irrégulière et la situation demeure particulièrement fragile dans de nombreux départements.

Onze départements à risque

Le Comité national de l’eau s’est réuni le 14 mai et sous l’égide d’Emmanuelle Wargon la secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, « afin d’échanger sur les principes à mettre en œuvre pour mieux anticiper les difficultés liées aux épisodes de sécheresse à venir » selon le communiqué publié par le ministère. Les régions les plus à risque à cette date sont Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne Franche-Comté, Grand-Est, Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine. Onze départements (Ain, Allier, Ardèche, Isère, Loire, Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Haut-Rhin, Rhône, Haute-Saône et Saône-et-Loire) présentent d’ors et déjà un niveau de risque « très probable » (cumulant les risques débits des rivières, niveau des eaux souterraines, cumul de précipitations non excédentaires et sécheresse des sols), en matière de sécheresse pour cet été. La seconde quinzaine de mai de devrait pas se traduire par d’importantes précipitations et risque d’agraver la situation même si elle va permettre de récolter des fourrages dans d’excellentes conditions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Les nuisances géobiologiques peuvent avoir deux origines, naturelle (failles, veines d’eau souterraines…) ou artificielle (rayonnements électromagnétiques, courants électriques vagabonds, lignes haute tension, éoliennes, wifi ...). © Chambre d’agriculture des ...
Identifier les nuisances électromagnétiques en élevages bovins
Un diagnostic géobiologique permet de prévenir l’impact des ondes électriques et électromagnétiques sur les bovins, ainsi que l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande