Aller au contenu principal

Upra Aubrac
Les races rustiques veulent se faire entendre

La constitution de la nouvelle interprofession, qui s´est déroulée en l´absence notamment des races rustiques, a alimenté les discussions de l´assemblée générale de l´Upra Aubrac.


Pour l´Upra Aubrac comme pour tous les organismes travaillant dans la génétique bovine, la mise en place du nouveau dispositif génétique français va être un cap important à franchir dans les mois à venir. Le passage de l´Upra à l´organisme de sélection est prévu pour le premier janvier prochain au plus tard. A l´occasion de la dernière assemblée générale de l´Upra, la mise en place de la nouvelle interprofession génétique a été abordée. Le fait que l´ensemble des races bovines et en particulier les races rustiques n´aient pas été conviées au moment de la constitution de cette interprofession a été fraîchement apprécié.
Un Collectif des races des massifs
« Dans ces conditions, comment ferons-nous entendre notre voix dans le nouveau dispositif génétique français ? », n´a pas manqué de souligner Henry Peyrac, président de l´Upra Aubrac qui s´interroge également pour savoir quelles vont être les modalités de financement de cette nouvelle interprofession. Une question pour l´instant toujours sans réponse.
En revanche le Collectif des races des massifs (Coram) qui fédère plusieurs races bovines (dont la Salers et la Gasconne) et ovines des zones montagneuses semble en bonne voie. Un animateur a été embauché, et comme l´a souligné Henry Peyrac, « l´objectif de ce nouvel outil est de nous permettre de regrouper nos moyens sur des actions communes afin de faire connaître nos spécificités de races de montagne tout en conservant notre indépendance dans nos orientations et notre organisation interne. »

Dans une région comme l´Aubrac où le bétail maigre assure par force, l´essentiel du chiffre d´affaires des exploitations compte tenu du contexte pédo-climatique où elles évoluent, la conjoncture morose actuelle sur les broutards a mobilisé une bonne part des débats.
Cet hiver, la différence de prix entre les mâles purs et croisés s´est accrue. Il a donc beaucoup été question de l`intérêt d´accroître le taux de croisement. Une pratique qui va d´ailleurs dans le sens d´une amélioration génétique en conduisant avec des taureaux charolais, les femelles dont la descendance ne présente a priori guère d´intérêt pour assurer le renouvellement ou l´accroissement numérique des troupeaux.

Un très bon cru grâce aux exportations
Côté finances, le dernier exercice est bénéficiaire. Le rôle très positif de la délivrance des pedigree à l´exportation a été souligné. L´année écoulée est considérée comme un très bon cru grâce à l´exportation de 423 reproducteurs inscrits (334 en 2005), avec la Hongrie, la Suisse et l´Irlande pour les trois premières destinations.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande