Aller au contenu principal

SÉLECTION Bovin Viande
Les « poids lourds » remis en question

La maîtrise des poids de carcasse est évoquée à plusieurs reprises dans le rapport. Il y est rappelé que les animaux lourds traditionnellement produits à partir des races à viande sont d´abord bien valorisés par la boucherie artisanale.


Mais seulement 18 % des achats de viande bovine ont lieu en boucherie contre 73 % dans la grande distribution. Et cette dernière est de plus en plus tentée de sous-traiter les opérations de découpe-conditionnement à des ateliers industriels extérieurs. Or ces derniers « recherchent de préférence des carcasses de poids modéré (environ 350 kg) et homogènes, dont ils tirent plus facilement des portions individuelles. » Aussi, face à ce constat sévère pour plusieurs de nos races à viande, les auteurs du rapport expliquent : « Il semble souhaitable de repenser des schémas de sélection orientés depuis plusieurs dizaines d´années vers la recherche d´animaux de grand format. Il nous paraît préférable d´orienter plutôt la sélection vers la maturité précoce des viandes, permettant de valoriser des animaux plus jeunes et plus légers. »
Avec un peu plus d´un million de têtes chaque année, la France est de loin le premier fournisseur d´animaux maigres de l´Italie (350 000 têtes). Depuis la seconde crise de l´ESB, la mise en place de cahiers des charges dans la grande distribution renforce les exigences des acheteurs italiens, même s´ils reconnaissent volontiers toute la qualité du maigre français.
L´Inra et deux ministères de tutelle ont récemment créé un groupement scientifique pour la génomique animale.
L e mercredi 12 décembre a eu lieu, entre les ministres de l´Agriculture, de la Recherche et le président de l´Inra (Institut national de la recherche agronomique), la signature du contrat d´objectifs à 5 ans. Un événement qui a permis de confirmer la création d´un groupement scientifique pour la génomique (recherche génétique) animale. Son nom : Agena. L´équivalent de Génoplante qui existe déjà pour la génomique végétale.
Agena démarrera début 2002. Il mobilisera 140 équivalents temps plein au sein de l´Inra auxquels s´ajouteront des chercheurs du CNRS et du Cirad. Ce groupement d´intérêt scientifique, établi en collaboration avec la profession agricole concerne les filières bovines (lait et viande) et la filière truite. Il va intégrer à brève échéance la volaille et le porc.
L´esprit de Génoplante et demain d´Agena est de créer une dynamique de recherche suffisante dans le domaine de la génomique pour peser au niveau international et concurrencer les Américains.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
De nouveaux index de synthèse plus lisibles arrivent pour le troupeau allaitant
REPRO, VELAGE, FORMAT,...en tout six index "techniques", chacun correspondant à un grand thème d’aptitudes, seront livrés fin…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande