Aller au contenu principal
Font Size

Attribution de droits PMTVA
Les offres de droits alimentent les réserves départementales

Les droits PMTVA non utilisés doivent être offerts, de façon temporaire ou bien définitive, afin qu´ils ne soient pas perdus pour le département.


Un certain nombre de règles sont définies pour que la circulation des droits à prime à la vache allaitante à l´échelle départementale soit la plus efficace possible.

* Si un producteur utilise personnellement et/ou par prêt moins de 90 % des droits PMTVA qu´il détient, les droits non utilisés lui sont repris d´office et sont affectés à la réserve départementale. Depuis deux ans - décision prise pendant la seconde crise de l´ESB - ces droits ne sont pas réattribués pour la campagne suivante mais gelés, c´est-à-dire non utilisables pour le département, et ce pour une durée indéterminée pour l´instant (on ne sait pas ce qu´il en sera pour 2004).

* L´offre de droits peut se faire à titre temporaire. Pour une campagne donnée, l´éleveur ne demande pas de prime pour un certain nombre de droits et ces droits sont mis à disposition pour d´autres éleveurs du département. Ces droits prêtés sont considérés comme utilisés, et sont automatiquement réaffectés à l´offreur l´année suivante.
On ne peut pas prêter de droits de façon permanente : sur une période de cinq ans, chaque éleveur doit utiliser personnellement la totalité de ses droits pendant au moins deux années consécutives.
Dans le cas contraire, les droits non utilisés sont réattribués à la réserve.

* L´offre de droits peut se faire à titre définitif. Ce type d´offre se fait souvent dans le cas d´une baisse d´activité. 85 % des droits offerts donnent lieu à une compensation de 10 euros par droit pour le donneur. Et les 15 % restants sont prélevés sans compensation, on les appelle les droits gratuits.

* S´il n´y a qu´une chose à retenir, c´est que les droits gratuits ne peuvent pas être prêtés avant de les avoir utilisés pendant trois ans. Un éleveur qui demande l´attribution de droits doit donc être sûr avant d´en demander, de disposer de suffisamment de femelles pour les faire valoir. Les autres droits coûtent au demandeur 10 euros par droit attribué.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Cet article est extrait du Dossier de Réussir Bovins Viande de Juillet-Août 2003 : «  L´installation hors cadre familial, un défi de taille. » Ce schéma représente une part non négligeable des installations.«  Pour les éleveurs allaitants, l´accès au foncier et aux droits à produire, le financement ... sont autant d´obstacles encore plus difficiles à franchir que lors d´une transmission familiale, » note la revue. Analyse, données chiffrées et témoignages. RBV nº96, 12 pages.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande