Aller au contenu principal

Prairies fourragères
Les multi-espèces valorisent au mieux des sols à petit potentiel

A la Ferme expérimentale bio de Thorigné d´Anjou, les deux tiers des prairies sont des multi-espèces qui permettent de tirer le meilleur de sols à très petit potentiel agronomique.


Les prairies multi-espèces occupent plus de la moitié de la SAU de la ferme expérimentale bio de Thorigné d´Anjou. Par rapport à la Pac, la moitié d´entre elles sont déclarées en prairies temporaires et la moitié en prairies naturelles. Les sols, des alluvions de la vallée de la Mayenne, y ont de très nombreux défauts : ils sont à la fois caillouteux, séchants, hydromorphes, battants, acides. mais les prairies multi-espèces permettent d´en tirer en moyenne sur trois ans, 5,6 tonnes de matière sèche par hectare. Elles ont permis aussi de « tamponner » les variations qui ont pu être subies entre une année humide comme en 2000 et la sécheresse de 2003 notamment. « Les prairies multi-espèces sont un des points-clés du bon fonctionnement de notre élevage », analyse Jean-Paul Coutard, responsable de cette ferme expérimentale. « J´y crois de plus en plus. »`

 

©C.G.


Bonne valeur azotée des foins multi-espèces
A Thorigné d´Anjou, les vêlages sont répartis sur deux périodes, automne et printemps, et les besoins fourragers du troupeau sont donc étalés sur toute l´année. Là aussi, les prairies multi-espèces ont permis, en démarrant plus tôt en saison et avec une période de production beaucoup plus longue qu´un mélange ray-grass anglais et trèfle blanc, de mieux coller aux besoins fourragers. D´autre part, elles ont permis de progresser sur la gestion des stocks : la fétuque a amélioré l´aptitude à la fenaison et la bonne valeur azotée des foins de multi-espèces, par rapport à des foins de prairies naturelles bio, participe au maintien au meilleur niveau des performances zootechniques des vaches vêlant à l´automne. « Et ce foin est de plus, très appétent et nettement plus ingestible qu´un foin de prairie naturelle ! » Le responsable de la Ferme conseille d´être très vigilant sur les variétés que l´on mélange.

A Thorigné d´Anjou, les mélanges sont conçus pour ne pas arriver à épiaison trop tôt, avec une fétuque élevée semi-tardive et un ray-grass anglais, à choisir en fonction de son type de parcelle, que l´on cherche à faire épier en même temps. La variété de trèfle blanc est à choisir selon l´expérience que l´on a de ses parcelles. En ce qui concerne le lotier ou le trèfle hybride, très peu de variétés sont bien souvent disponibles ce qui ne laisse malheureusement pas vraiment d´alternative.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Hugues Pichard, nouveau Président de Races de France
Le Président de l’Organisme de Sélection Charolais France est depuis le premier octobre le nouveau Président de Races de France,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande