Aller au contenu principal
Font Size

Les mini-guêpes pour lutter contre les mouches en élevage allaitant

Différents moyens de lutte existent pour lutter contre les mouches, qu’ils soient chimique, mécanique ou biologique. En biologique, l’utilisation de mini-guêpes se développe : elles s’attaquent aux mouches au stade larvaire.
Différents moyens de lutte existent pour lutter contre les mouches, qu’ils soient chimique, mécanique ou biologique. En biologique, l’utilisation de mini-guêpes se développe : elles s’attaquent aux mouches au stade larvaire.
© F. Lollivier

Depuis plusieurs années, une offre d’auxiliaires prédateurs naturels des mouches existe. Elle vient se substituer aux larvicides chimiques. Dans les élevages sur fumier sec, pour lutter contre la prolifération des mouches, « on utilise des hyménoptères parasitoïdes ou mini-guêpes (muscidifurax raptorellus). Elles viennent parasiter avec leurs œufs, les pupes de mouches, dont elles se nourrissent. Les larves qui en sont issues se nourrissent ensuite de la pupe morte », explique Jérôme Monnier, chargé technique et commercial Farago Mayenne Anjou. Le système nécessite peu d'entretien et ne demande pas de modification dans les pratiques. Elles n’ont par contre aucune action sur les mouches adultes.

Présentes naturellement dans l’environnement mais à des effectifs néanmoins insuffisants pour inquiéter les mouches, il est donc essentiel d’effectuer des implantations. « La première année, plusieurs interventions sont nécessaires (toutes les cinq semaines). L’introduction de mini-guêpes nécessite un protocole strict pour fonctionner : agir tôt (février-mars), trouver les sites de pontes des mouches, et endroits propices à l’implantation, c’est-à-dire, pas trop ventilés, tempérés, pas trop humides… Il est à adapter au cas par cas », note Christelle Roy, vétérinaire et directrice du GDS de Corrèze.

Pas une nuissance pour les bovins

Après cette première année, l'entretien est variable en fonction des élevages et de la prise des mini-guêpes. Lors de la première année, le coût est relativement identique à celui de la lutte chimique, il diminue les années suivantes, si l’éleveur s’occupe lui-même de l’entretien.

Les mini-guêpes restent au sol au dessus des fumiers. Elles ne constituent donc pas une nuisance pour les bovins. Attention, ces auxiliaires sont par contre sensibles aux insecticides. Les traitements chimiques sont donc proscrits, « sauf si on sectorise des zones. Par exemple, on peut utiliser les mini-guêpes dans les bâtiments d’élevage et avoir recours à une laque insecticide sur une devanture de magasin de vente directe. Des destructeurs électriques d'insectes volants avec plaques de glue peuvent être une solution complémentaire », détaille Christelle Roy.

Voir aussi article " Limiter la pression parasitaire en contrôlant l'hygiène des bâtiments "

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande