Aller au contenu principal
Font Size

Alimentation des bovins
Les mélanges de céréales et de pois ont une composition et une valeur alimentaire variables

Les cultures en mélange de céréales et de pois sont un peu à la mode. Peu étudiées en agriculture biologique qu´en conventionnelle, elles présentent des atouts mais qui sont de la B086 peu connus et avec des résultats variables.


J´usqu´au milieu des années cinquante, les associations de céréales avec un protéagineux étaient largement cultivées. Elles le sont toujours fréquemment en agriculture biologique. Les céréales utilisées peuvent être le blé, l´avoine, le triticale ou l´orge, associées à du pois fourrager (Assas), ou du pois protéagineux, voire de la vesce ou de la féverole. Aux yeux de leurs utilisateurs, les avantages de ces mélanges sont nombreux : bonne compétitivité vis-à-vis des adventices, moindre exigence en fertilisation azotée grâce à la fixation d´azote atmosphérique par les légumineuses, limitation de la verse - la paille sert de tuteur au pois par exemple - et meilleure résistance aux maladies.
« Ces cultures se caractérisent par une variabilité forte, en fonction des conditions climatiques et des conditions de sol, de la composition pondérale de ce que l´on récolte, qui peut être différente de ce que l´on a mis dans le semoir », estime Bernard Gaillard de la ferme expérimentale d´Arvalis à La Jaillière (49).

Leur conduite par contre nécessite peu d´intervention. En général en agriculture conventionnelle, elles ne sont pas desherbées ni traitées.« Pour le désherbage, il existe une solution pour intervenir en post-semis prélevée si besoin. » Pour raisonner la fertilisation de ces cultures, on peut se baser sur l´importance du pois et estimer la fertilisation des céréales proportionnellement grosso modo à leur importance dans le mélange. « Des essais ont montré que le pois en culture pure « supportait » des apports de fertilisation azotée sans disparaître », explique Bernard Gaillard. « Placé dans une solution de sol riche en azote, il aura tendance à davantage valoriser l´azote du sol et à moins fixer d´azote atmosphérique », rapporte Bernard Gaillard. Cependant il n´y a pas eu pour l´instant d´essais portant sur la fertilisation de ce type de mélanges, et les éleveurs qui les cultivent se basent sur leur expérience personnelle mais elle n´est pas forcément transposable.
©S. Bourgeois

La valeur azotée de ces mélanges difficile à prévoir
Conséquence de leur variabilité de composition à la récolte, la valeur alimentaire de ces mélanges se caractérise aussi par sa variabilité. « La valeur azotée du mélange est difficile à prévoir et il est fortement conseillé de faire faire une analyse sur un échantillon représentatif de la récolte faite en ensilage », conseille Pascale Pelletier, d´Arvalis à Joué-les-Bois (Indre). Ces mélanges ensilés doivent se rapprocher des céréales immatures (récolte à 20 % d´humidité) qui sont connues en agriculture conventionnelle mais en cultures pures. Pour une récolte en grains, Jean-Paul Coutard de la Chambre d´agriculture du Maine-et-Loire conseille plutôt d´évaluer, sur plusieurs échantillons, la proportion pondérale de chacun des constituants. Ceci permet à partir des tables d´en faire une appréciation de la valeur nutritive.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
« Les vaches boivent beaucoup plus naturellement dans les bacs collectifs de la nouvelle stabulation », observe l’éleveur. © R. Corneloup
Rémy Corneloup : "des abreuvoirs collectifs et un compteur d'eau"
Rémy Corneloup, éleveur à Curbigny en Saône-et-Loire, a opté pour un système d’abreuvement collectif, afin d’offrir une eau en…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande