Aller au contenu principal

Les marchés dans l’incertitude de la FCO-4

Si jusqu’à mi-décembre*, la FCO-4 a eu peu d’impact sur les marchés, hormis en zone réglementée, l’éventualité de son extension crée beaucoup d’incertitude chez les opérateurs.

Sur le marché au cadran de Moulins-Engilbert, à proximité de la zone règlementé, le zonage mis en place se traduit d'ors et déjà par une baisse non négligeaible des apports.
© F. d'Alteroche

« L’impact du sérotype 4 de la FCO est dans l’immédiat très faible sur le marché des bovins maigres », estimait l’Institut de l’élevage dans sa note de conjoncture de décembre. Après un début de panique et un round d’observation, l’activité commerciale a retrouvé son cours grâce aux accords dérogatoires bilatéraux conclus rapidement avec l’Italie et l’Espagne. Deux marchés, qui restent dynamiques en cette fin d’année. Si les cotations des broutards mâles Charolais ont fléchi assez nettement en novembre, c’est d’abord dû au pic des sorties. « L’Italie et l’Espagne assurent 90 % de nos débouchés, indique Benoît Albinet, directeur commercial de Deltagro Export. C’est une chance que les zones d’engraissement des Charolais, en Italie, soient déjà en zone réglementée pour le sérotype 4. »

La situation est plus compliquée pour les opérateurs qui travaillent sur le marché français et se trouvent en zone réglementée (ZR). « Nous n’avons plus de solutions pour les broutards légers (300 - 360 kg) destinés au marché français, explique Yves Jehanno, responsable génétique du groupe Feder. Ils ont perdus 30 centimes d’euro par kilo. Nous demandons aux éleveurs de les alourdir pour le marché italien et nous essayons de trouver quelques solutions alternatives pour ceux qui ne peuvent pas le faire. » L’activité vaches maigres est très perturbée également : « Nous avons rempli tous les ateliers disponibles et nous incitons les éleveurs à les engraisser. Il faudrait vraiment que les autorités sanitaires acceptent qu’on puisse sortir au moins les vaches de la ZR avec une PCR. »

Apports en baisse sur certains marchés

Le zonage relatif au sérotype 4 a eu un impact sur le fonctionnement des marchés. Celui de Saint-Christophe-en-Brionnais notamment, situé en zone de surveillance, a été fortement touché. Bien que situé en zone indemne mais proche de la ZR, le marché au cadran de Moulins-Engilbert, dans la Nièvre, a perdu 25 à 30 % de ses approvisionnements depuis la mise en œuvre des nouvelles mesures sanitaires. « Alors qu’au 31 octobre, nous étions sur un volume identique à 2016, d’ici la fin de l’année, il va nous manquer 2 000 bovins », calcule Martial Tardivon son directeur. Nous essayons de faire du départ ferme chirurgical pour dépanner les éleveurs qui sont en ZR et n’ont pas d’autre solution. » Mi-décembre, à l’heure où ces lignes étaient écrites, tous les opérateurs s’inquiétaient d’une éventuelle extension de la ZR qui impacterait beaucoup plus lourdement la zone allaitante.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
Quand arrive l’heure du vêlage
Différents facteurs influencent la durée de gestation, mais c’est bien le veau qui déclenche lui-même le moment de la mise bas…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande